Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Procès Colonna, la suite

9 février 2009 à 9 h 00

Dessin de Tignous : Le procès ColonnaLe dessinateur Tignous va suivre dès le 9 février et pour Charlie Hebdo, le procès en appel de Yvan Colonna, condamné en 2007 à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat du Préfet Érignac.

Le compte-rendu des cinq semaines du premier procès avait donné lieu à un album de 120 pages, Le procès Colonna, paru aux éditions 12bis. Ce livre constituait une grande première, car les dessins de Tignous et les textes de Dominique Paganelli rendaient compte fidèlement de l’ensemble des audiences. Il se dit même que l’ouvrage a failli être versé dans les pièces du procès en appel par une des parties.  D’ailleurs, ce livre document a reçu en janvier 2009 le 15e Prix France Info de la Bande Dessinée d’actualité et de reportage.

Voilà ce qu’en on dit deux journalistes. Philippe Cohen de Marianne :

« Au-delà de la question corse, d’autres enjeux ont traversé les audiences : le fonctionnement de la police, de la justice et des médias furent au cœur des débats. Et surtout, le livre donne à voir des hommes habités par des passions, des convictions et des doutes, des hommes aussi, qui jouent avec la vérité comme un chat avec une pelote de laine. Le trait de Tignous traduit admirablement leur désir de sincérité. Et pourtant, il y a forcément des mensonges, donc des menteurs, à ce procès. Nous lecteurs, sommes comme dans un fauteuil de juré. Pas facile, comme position. Mais terriblement instructif. »

Dessin de Tignous : Le procès Colonna

Et Éric Pelletier sur le site de TV5 monde :

« Les auteurs en brossent un tableau dense et inédit, jusqu’à la condamnation du nationaliste à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat du préfet de Corse Claude Érignac. Ils croquent ces instants avec une affection particulière pour les seconds rôles : greffiers, gendarmes ou avocate stagiaire. Phrases, tranchantes comme des rasoirs, prononcées à la barre ou «brèves de comptoir» du public : par une porte dérobée, le lecteur se glisse dans les coulisses d’un des plus grands procès d’assises de ces dernières années. »

Illustrations : extraits de l’album publié par les éditions 12bis.