affaire des caricatures | Fait d'images - le blog de françois forcadell sur Iconovox.com - Part 4

Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour la catégorie ‘affaire des caricatures’

Charlie Hebdo, ce n’est toujours pas réparti !

vendredi 10 avril 2015

Signalé par un des lecteurs du blog, un article (non signé) à vocation fielleuse paru le 20 mars 2015 dans Le Point sur Antoine Comte, un des avocats choisi par le Collectif Charlie Hebdo et plusieurs familles de victimes du journal.
Pas un mot en revanche sur Richard Malka, avocat « historique » de Charlie Hebdo, mais aussi de Dominique Strauss-Kahn, Clearstream, Manuel Valls (contre Dieudonné), entre autres, et que Philippe Val qualifie d’ami et de frère en 2009.

718368-charlieRappelons qu’une quinzaine de salariés de Charlie ont fait appel à Antoine Comte et à Stéphane Servant pour contrer le rouleau compresseur de l’avocat Richard Malka (assisté de l’omniprésent Christophe Thévenet), qui semble vouloir mettre le journal en coupe réglée avec à la clé la réorganisation de la rédaction et la « répartition » du pactole reçu après le 7 janvier 2015.

Aujourd’hui une campagne finement orchestrée dans les médias (par Anne Hommel une amie de R. Malka ?) tend à faire croire que le collectif ne serait intéressé que par cet argent alors que le texte de leur tribune est parfaitement clair sur leurs objectifs (Texte intégral). Patrick Pelloux déclarait d’ailleurs dans Le Monde « On essaye de nous faire passer pour des cupides, c’est n’importe quoi », rajoutant « la direction ne peut simplement pas rester dans les mains de deux personnes [les actionnaires Riss et M. Portheault] ».

Du côté de Richard Malka les finalités semblent plus opaques, comme cette création d’une fondation du dessin de presse dont on peut s’interroger sur le contenu et la réelle utilité, en dehors d’être une véritable usine à gaz juridique et à recyclage de dons. f.f.

Bonus
Ci-dessous un extrait du passage de Philippe Val dans Le Supplément de Canal+ (en promo chez ses amis des médias pour son dernier livre) :

« Maïtena Biraben : On va rester sur ce qui vous concerne, puisqu’on parle de ces dividendes que vous avez touché avec Cabu pour le numéro emblématique « C’est dur d’être aimé par les cons », 300 000 euros chacun, est-ce que vous le confirmez ?
Philippe Val : Heu, c’est compliqué à expliquer. Je voulais… Cabu et moi, on voulait céder notre journal à Riss et à Charb, et à d’autres aussi qui ont refusé. Ils n’avaient pas les moyens, et fiscalement c’était impossible pour eux. Il fallait dégonfler le capital. Moi comme je partais on a dégonflé le capital, de façon à qu’ils puissent avoir des actions, qu’ils puissent posséder le journal pratiquement gratuitement, sinon c’était impossible.
Maïtena Biraben : La somme vous la confirmez ?
Philippe Val : Oui, il y a eu 300 000 euros qui leur ont permis d’accéder à la possession du journal. C’était un journal qui nous appartenait à Cabu et à moi, on leur a donné gratuitement. »

Bien évidemment tout ceci est faux et un énorme mensonge comme d’habitude chez Val. Le Collectif Charlie Hebdo a bien raison de vouloir être défendu.

Charlie Hebdo 3 mois déjà…

mercredi 8 avril 2015

ob_0c3553_l4057Un trimestre déjà et toujours ce même état de sidération.

Témoignage d’Aurel sur Tignous.

Hommage de Marc Villard à Honoré.

Bientôt un site Internet pour Cabu, sans oublier Charb (et son amendement pour la presse) et Wolinski (dont on expose, avec d’autres, ses affiches à Toulouse).

En illustration : la nouvelle Une de Charlie dessinée par Riss.

La liberté de rire contre l’intolérance

mercredi 8 avril 2015

FortedeiMarmiLe Musée de la Satire et de la Caricature de Forte dei Marmi (Italie), présente du 11 avril au 7 juin 2015 l’exposition “Encre libre (Inchiostro coraggioso) – Quand la liberté de rire se dresse contre l’intolérance”, organisée par le webmagazine satirique italien Buduàr et la FECO France, association française de dessinateurs.

LoupFortedeiMarmiExposants : Dino Aloi, Carlos Amorim, Arthos Careghi, Gianni Audisio, Aurel, Avoine, Carlo Baffi, Ballouhey, Battì, Bauer, Catherine Beaunez, Biz, Bridenne, Brito, Gianni Burato, Assunta Toti Buratti, Cambon, Davide Ceccon, Chimulus, Coco, Lido Contemori, Lele Corvi, Marco De Angelis, Franco Donarelli, Dubouillon, Mattia Franceschini, Giox (Giovanni Sorcinelli), Antonio Guarene, Gianlorenzo Ingrami, Emilio Isca, Jiho, Firuz Kutal , Andrzej Krauze, Man, Large, Lécroart, Jac Lelièvre, Loup, Fabio Magnasciutti, Rémi Malingrey, Ro Marcenaro, Valerio Marini, Melanton (Antonio Mele), Claudio Mellana, Françoise Menager, Milko Dalla Battista, Million, Mofrey, Ramses Morales, Flavien Moreau, Mutio, Richard Nagy, Marilena Nardi, Pakman, Palex (Alessandro Prevosto), Pancho, Danilo Paparelli, Passepartout (Gianfranco Tartaglia), Andrea Pecchia, Pesso , Pétillon, Pichon, Pinter, Placide, Plantu, Franck Raynal, Rousso, Sabatier, Oscar Sacchi, Eugenio Saint Pierre, Ugo Sajini, François San Millan, Silver (Guido Silvestri), Doriano Solinas, Carlo Squillante, Sergio Staino, Mauro Talarico, Trax, Lucio Trojano, Gianfranco Uber, Pietro Vanessi, Veesse.

En raison de travaux au Musée, les dessins sont exposés Villa Bertelli, via Mazzini 200 – Vittoria Apuana, Forte dei Marmi (Province de Lucca). Vendredi et samedi de 16h30 à 19h30, dimanche de 10h30 à 13h et de 16h30 à19h30

En illustration : logo dessiné par Altan et dessin de Loup (Octobre 2012).

Philippe Val est un fieffé menteur

mardi 7 avril 2015

Gros mensonge de Philippe Val, filmé lors de l’émission Le Supplément diffusée le 5 avril 2015 sur Canal+.
Interrogé sur le fait qu’il aurait touché personnellement 300 000 euros de dividendes après la vente record du numéro de Charlie Hebdo « C’est dur d’être aimé par des cons… », Philippe Val a fait une réponse dilatoire et confuse, amalgamant cette somme et la cession du journal à Charb et Riss, s’évitant ainsi de confirmer qu’il l’avait bien touchée.

media_xll_7391651Seul problème, c’est bien en 2006 que Val s’en est mis plein les poches (en fait 330 000 euros) en tant qu’actionnaire principal du journal comme l’a dévoilé Le Monde dans son numéro daté du 30 juillet 2008 .
A l’époque seule une petite prime avait été versée aux salariés et rien aux collaborateurs payés en droits d’auteur. Val, Cabu, Bernard Maris, Eric Portheault, actionnaires, se partageant les bénéfices (825 000 euros) de cette vente extraordinaire (près de 500 000 exemplaires).

Rien à voir donc avec la cession du titre et des actions à Charb et Riss lors de son départ en 2009 pour France Inter (Il pourrait dire aussi qu’il a empoché les parts de la société immobilière propriétaire des locaux de Charlie). Philippe Val qui tente aujourd’hui de se refaire une santé médiatique pour la sortie de son dernier livre, n’hésite pas une fois de plus, à piétiner la vérité et ses amis perdus… qui ne lui parlaient plus pour la plupart.

ValSupplementDans la même émission, il s’en est pris aux signataires de la tribune du Collectif Charlie Hebdo, parue dans Le Monde, « une chronique assez étrange », les accusant de dire à propos des 30 millions d’euros de Charlie Hebdo, « nous on est pas du côté de l’argent on est du côté de la morale », alors que selon lui « l’argent et la morale ne s’opposent pas ». Surtout quand on n’en a aucune, comme Philippe Val. f.f.

Le Supplément à voir en replay (Val à 57.01 minutes après son portrait) avec d’autres perles du genre « Le journal qui nous appartenait à Cabu et à moi, on leur a donné gratuitement »…

L’amendement Charb définitivement voté

vendredi 3 avril 2015

avatar-charbLu dans L’Express à propos de la loi sur la modernisation de la presse :

[…] Par ailleurs, le texte crée un nouveau statut “d’entreprise solidaire de presse d’information“, destiné à favoriser la viabilité de nouveaux titres qui, faute de capitaux, disparaissent souvent peu après leur naissance. Il est réservé à la presse d’information politique et générale.

Les contribuables souscrivant au capital de ces entreprises pourront bénéficier d’une réduction d’impôt de 50% dans une limite d’un versement de 1.000 euros.

Le texte permet également la défiscalisation de dons aux associations d’intérêt général œuvrant pour le pluralisme de la presse.

Ces mesures de réductions d’impôt constituent ce qui a été appelé “l’amendement Charb“, en hommage à l’ancien directeur de Charlie Hebdo qui les avait réclamées.  […]

Illustration : dessin de Charb (Stéphane Charbonnier).

Charlie Hebdo financerait Siné mensuel

mercredi 1 avril 2015

Charlie-LuzLe 1er avril 2015 est passé, désolé pour tous ceux qui y ont cru et pour tous ceux qui aimeraient que ce soit possible…

Charlie Hebdo a encore un peu de mal à se réorganiser après l’attentat du 7 janvier mais sa situation, au moins matérielle, devrait s’améliorer avec son déménagement ces jours-ci dans de nouveaux locaux, ceux de la rue Nicolas Appert étant toujours inaccessibles.

On en sait aussi un peu plus sur la redistribution de la quantité de dons reçus par le journal (plus d’une quinzaine de millions d’euros selon Le Monde). Une grande partie sera répartie entre les blessés et les familles des victimes, une autre partie financera une fondation du dessin de presse créée en hommage aux cinq dessinateurs disparus SM41_COUV-webCabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski, et dont la direction sera confiée à Joachim Roncin, directeur artistique, inventeur du slogan « Je suis Charlie ».

C’est dans ce cadre, que des journaux satiriques comme Siné mensuel, Zélium, Fakir, Le Ravi, Urtikan.net, devraient obtenir chacun un aide substantielle. Le Canard enchaîné (qui a diffusé à un million d’exemplaires son numéro hommage à Cabu) a décliné cette proposition. Pour Siné mensuel, l‘accord, déjà négocié par Richard Malka, avocat de Charlie et qui d’après Libération « a tenté l’impossible pour pacifier les rapports avec Siné » lors du procès avec Philippe Val, devrait être signé aujourd’hui. La fondation aurait également l’intention de financer des stages pour dénicher et former de nouveaux dessinateurs, on parle de la dessinatrice Louison (Charlie Hebdo, Marianne, Voici ), assistée de Jérôme Fournier (ESJ Lille) pour mener à bien ce projet.

En illustration : la Une de Charlie Hebdo et de Siné mensuel.