Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Charlie Hebo “à visage découvert”

21 octobre 2019 à 7 h 57

Selon les Dernières Nouvelles d’Alsace, l’équipe de Charlie Hebdo sera le 2 novembre « au grand complet » (sic) « à visage découvert, y compris les toutes dernières recrues », à l’Opéra de Strasbourg pour participer au Forum mondial de la démocratie, (6-8 novembre) organisé sous le thème « « L’information : démocratie en péril ? »

Un joli coup médiatique pour les organisateurs mais aussi la preuve que le journal reste lié à Anne Hommel, communicante de crise dont les clients dans le passé furent DSK, Cahuzac, Bongo (entre autres crapules) car « l’attaché de presse » qui cornaque cette apparition publique n’est autre que Apolline Thomasset collaboratrice de la société Majorelle de… Anne Hommel (un temps « Directrice de la communication » de l’hebdo). On espère en tout cas que cette prestation de Majorelle est gratuite, Charlie qui se bat déjà pour garder ses lecteurs doit déjà faire face aux lourdes dépenses de protection de son équipe et de ses locaux.

Autre annonce d’Apolline Thomasset dans l’article ; « Charlie Hebdo fêtera bientôt ses 50 ans », une information qui fleure bon la captation d’héritage, le Charlie des origines de Cavanna et Choron, n’ayant rien à voir avec le Charlie de l’année 1992 et celui d’aujourd’hui.

A signaler également la présence à ce Forum de l’association Cartooning for Peace avec une exposition de dessins, et le 8 novembre avec intervention de Plantu sur le thème « Le dessin de presse, l’art du politiquement incorrect. »

La 1ère édition de Nîmes s’illustre dédiée à Carlo Rim

25 juin 2019 à 18 h 37

Carlo Rim (1902-1989) a été journaliste, directeur artistique, écrivain, scénariste, cinéaste, et caricaturiste, notamment avec la création de son personnage fétiche Monsieur Virgule.

La manifestation Nîmes s’illustre lui rend hommage les 28 et 29 juin 2019 à l’Hôtel de Bernis, avec une exposition de ses textes illustrés par Cépé, Laurent Duvoux, George(s), Seb Jarnot, Virginie Kypriotis, Simon Landrein, Lokz Phoenix, Eddie Pons, Ana Tortos, Franck Vriens.

Les organisateurs écrivent : « La première édition de Nîmes s’illustre pousse une porte résolument engagée et positive pour mettre en lumière la pluralité du monde de l’illustration et la modernité de ses représentations. Sortie du carnet de commandes, des disciplines, techniques ou supports statiques, l’illustration est une pratique contemporaine plurielle. L’illustration nous touche tous et partout, dans nos quotidiens de vie physiques et numériques. Enfin et surtout, l’illustration porte de nombreux talents, des générations qui s’inscrivent dans une histoire, des univers, des écritures, des identités fortes que nous admirons et qu’il nous tient à cœur de faire découvrir. »

En illustration dessin de Jean-Pierre Desclozeaux inspirateur de cet hommage à Carlo Rim.

Sempé monument vivant international

31 mai 2019 à 10 h 48

Sempé n’est pas mort, ni embaumé de son vivant comme aurait pu le laisser croire la Une de M Magazine avec cette étonnante photo datée de 2017 signée Brigitte Lacombe. Sempé a 86 ans, il est toujours parmi nous, et c’est tant mieux car il peut profiter pleinement des nombreux hommages qui lui sont rendus, lui que Le Monde a qualifié de « monument national » :

Les hommages de la Fondation Louis Vuitton qui fin mars à célébré les 60 ans du Petit Nicolas et celui de Paris Match avec son numéro hors-série également consacré à l’anniversaire du personnage créé avec René Goscinny.

L’hommage de la mairie de Paris avec un mur peint située à l’angle du boulevard des Filles du Calvaire et la rue Sébastien Froissart (75011) inauguré le 16 février en présence de Sempé. Le dessin a été exécuté par Jean-Marie Havan. Sans oublier plusieurs dessins de Sempé affichés dans plusieurs colonnes Morris de la capitale.

L’hommage du cinéma à travers l’adaptation de son album Raoul Taburin. Si le film n’a pas rempli les salles il aura au moins permis à quelques journalistes de découvrir l’existence d’un des plus grands dessinateurs d’humour actuels. L’album Raoul Taburin paru en 1995 vient d’être réédité par Denoël.

L’hommage à son parcours professionnel avec la parution de l’album “Itinéraire d’un dessinateur d’humour”. Celui-ci est édité par celle qui a pris en main la destinée artistique et éditoriale de Sempé, Martine Gossieaux. Même si l’ouvrage eut mérité un meilleur papier il retrace, avec de très nombreux dessins et la complicité de Marc Lecarpentier pour la préface et les textes, les 70 ans de métier d’un auteur exigeant et immensément talentueux. 39 euros.

Enfin l’hommage, et il faut espérer que ce ne sera pas le dernier en 2019, que lui rendent Bordeaux, sa ville natale, et le Musée Mer Marine, avec une grande exposition “Sempé en liberté” présentant plus de 300 dessins originaux et dont l’ouvrage précédemment cité fait office de catalogue officiel. Jusqu’au 6 octobre 2019 au Musée Mer Marine, 89 Rue des Étrangers, 33300 Bordeaux.

Suivez Fait d’Images sur Facebook

26 mai 2019 à 16 h 03

Fait d’Images continue sur Facebook et sur Twitter (de temps en temps).

Le Canard enchaîné va former ses dessinateurs

1 avril 2019 à 9 h 00

Avec les disparitions des dessinateurs Cabu et Pétillon, l’hebdomadaire satirique a perdu ses dernières années deux de ses plus grands pourvoyeurs de dessins. Or depuis le journal a du mal à recruter de nouvelles signatures. Si Lefred-Thouron, Mougey, Wozniak, Escaro, forment le dernier carré d’anciens, le Canard continue à faire appel aux vétérans Delambre, Potus, Kerleroux, Pancho, Ghertman, ou même Kiro, dont certains sont en principe à la retraite. La présence des nouveaux est quelquefois aléatoire, Aranega, Aurel, Bouzard, depuis peu, Dutreix, Lindingre, et Urbs, Sans oublier les deux dessinatrices, Adelinaa et Vera Makina qui elle illustre régulièrement la chronique Plouf ! de Jean-luc Porquet.

Cette multiplicité de signatures dénote les difficultés à constituer une équipe régulière. On voit bien que la rédaction tâtonne encore avec l’arrivée récente et inopinée de Chappatte,.

D’où l’idée de la création d’un atelier formation au sein du journal où les dessinateurs (y compris de jeunes débutants) pourraient échanger avec les rédacteurs des idées, ces derniers pouvant également orienter le style graphique pour obtenir le résultat souhaité, ce qui, il faut le dire, est déjà parfois le cas. Ainsi Lindingre a du abandonner ses nez de personnages en forme de groin qui faisaient l’originalité de ses caricatures, mais il n’est pas le seul a avoir bénéficié de conseils avisés de la rédaction.

Les surtitres, autre tradition de l’hebdomadaire feraient aussi l’objet d’un travail en commun. Il faut aussi savoir qu’au Canard ce sont les rédacteurs qui sélectionnent les dessins à paraître. Situé au dernier étage du journal cet atelier de formation rentrerait en activité au tout début avril 2019. Le 1er avril pour être précis.

Dessin de Pétillon et inédit de Cardon en retrait du Canard depuis quelques années.

Une centaine de dessins de Morez aux enchères

18 mars 2019 à 14 h 28

Le dessinateur d’humour Henri Morez disparu en 2017, a eu la malchance de faire carrière en même temps que Sempé à qui il a été souvent comparé. Le 22 mars 2019 aura lieu à Paris Drouot une vente aux enchères d’une centaine de ses dessins organisée par la maison L’Huillier & Associés. http://www.lhuillierparis.com/html/index.jsp…
(Merci à Claude Haber).