Ana Juan | Fait d'images - le blog de françois forcadell sur Iconovox.com

Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Ana Juan’

145 écrivains U.S. contre Charlie Hebdo

vendredi 1 mai 2015

New_Yorker_Charlie_Hebdo_1.0Lu dans Libération, à propos de la réaction de 145 écrivains américains qui boycottent la remise du prix PEN America Center pour le « le courage et la liberté d’expression », à Charlie Hebdo le 5 mai à New-York :

[…] « Si nous approuvions la liberté d’expression seulement à ceux avec qui on est d’accord, la notion même de liberté d’expression serait très limitée», explique Andrew Solomon, président américain du PEN : « La récompense n’est pas nécessairement en accord avec le contenu exprimé ».

Sur Twitter, Salman Rushdie, menacé depuis de longues années par une fatwa pour son ouvrage Les Versets sataniques, a accusé ses confrères, qui n’étaient au départ que six, d’être des « lavettes ». Pour l’écrivain, ils ont « horriblement tort ». Selon lui, « démystifier la religion n’est pas de la haine ». Mais de « la satire » précise-t-il.

L’article intégral de Libération.

En illustration la Une du New Yorker (Ana Juan) parue après l’attentat du 7 janvier contre Charlie Hebdo.

Charlie Hebdo récompensé par le PEN

jeudi 26 mars 2015

New_Yorker_Charlie_Hebdo_1.0Lu sur le site de Livres Hebdo :

[…] “Le PEN American Center, qui défend la défense de la liberté d’expression, va rendre hommage en mai au magazine satirique français Charlie Hebdo lors d’un gala à New York. L’organisme a précisé mercredi que le critique cinéma de la revue et essayiste Jean-Baptiste Thoret serait présent le 5 mai pour recevoir cette récompense. Il sera accompagné de Bob Mankoff, responsable des illustrations au prestigieux The New Yorker, qui avait écrit un hommage vibrant pour ses confrères parisiens.

Dans le communiqué, Suzanne Nossel, directrice générale du PEN, a estimé qu’il appartenait aux caricaturistes dans toute société libre de remettre en question les puissants et le sacré, pour “que l’expression soit plus libre et plus robuste pour nous tous“.

En payant le prix ultime pour avoir usé de sa liberté, et ensuite s’être rassemblé comme un seul homme après cette énorme perte, Charlie Hebdo mérite d’être reconnu pour sa détermination après l’une des attaques les plus nocives contre la liberté d’expression“, a-t-elle poursuivi, se référant à l’attentat du 7 janvier dans les locaux parisiens du journal et qui a tué douze personnes dont cinq dessinateurs. […]

En illustration la Une du magazine The New Yorker publiée après les attentats du 7 janvier et dessinée par Ana Juan.