Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Aurélie Filippetti’

Angoulême se termine aujourd’hui (la 41ème édition)

dimanche 2 février 2014

Dernière journée pour le festival de la bande dessinée d’Angoulême avec une visite au « Monde des bulles » et ses files d’attente interminables chez les « grands » éditeurs pour obtenir une dédicace personnalisée sur un album, et une visite à la bulle « Le nouveau monde » où son regroupés tous les « petits » éditeurs et les nombreux journaux et fanzines qui ne demandent qu’à grandir.

Un festival et ses polémiques, avec l’ambassadeur du Japon en France qui proteste contre les œuvres d’un collectif d’artistes sud-coréens ayant pour thème les  « femmes de réconfort » enrôlées de force par l’armée japonaise pour satisfaire les besoins sexuels des militaires lors de la Seconde guerre mondiale (à lire sur le sujet « Angoulême : l’expo qui fâche le Japon » sur le site du Nouvel Observateur ). Mais aussi avec la société israélienne Sodastream, sponsor de l’exposition « Les légendaires », dont une trentaine de dessinateurs ont dénoncé la présence dans une lettre ouverte (à lire sur le sujet « Le soutien de SodaStream au Festival d’Angoulême fait polémique » dans Le Monde ). Sans oublier celle qui concerne la désignation du grand prix de la ville d’Angoulême dont le lauréat présidera le prochain festival (à lire sur le sujet « BD : le Grand Prix d’Angoulême est-il obsolète ? » dans Le Nouvel Observateur ).
A noter que l’exposition en plein air sur les 80 ans du Journal de Mickey n’a suscité aucune contreverse.

Le bilan global de cette édition reste à faire, notamment sur l’affluence du grand public, mais on peut d’ors et déjà saluer cette 41ème édition par la cohérence de la programmation autour du dessin (Willem, Bofa, Tardi, Jean-Marc Rochette, dont les expositions sont visibles à Angoulême jusqu’au 8 mars 2014) et de l’ouverture, le thème de 2014 était « les différents regards sur le monde », une approche qui doit beaucoup à la présidence exceptionnelle à tous points de vue de Willem (à lire son portrait dans Télérama).

Reste à s’interroger, comme l’a déjà fait Didier Pasamonik (Lettre ouverte au ministre de la culture, Aurélie Filippetti), sur l’avenir de cette manifestation et de son évolution au service du 9ème art, des éditeurs, et surtout des centaines d’auteurs qui essaient de vivre de ce métier.
A suivre…

A propos de dessinatrices…

lundi 11 février 2013

Après le discours d’Aurélie Filippetti ministre de la Culture qui commentait le travail de Pénélope Bagieu en lui remettant la médaille de chevalier de l’ordre des Arts et lettres à Angoulême, extrait :

« Vous savez ré-enchanter le quotidien par petites touches d’humour, des notes de couleurs vives ou un trait alerte. Votre plume, tour à tour malicieuse, poétique et lucide, nous livre un quotidien qui malmène doucement rêves et aspirations et décrit avec candeur l’optimisme de rigueur de ces héros maladroits que le réel semble s’acharner à désespérer. Tantôt drôle ou grinçante, vous savez saisir sur le vif l’air du temps, le moindre détail, l’anecdote criante de justesse qui vous rend si irrésistiblement contemporaine. » (l’intégralité ici),

voilà les commentaires de Michel-Edouard Leclerc sur les peintures de Marjane Satrapi à lire sur le site du Figaro.fr.

Extrait : « «Peut-on dire que Marjane Satrapi peint comme une femme ? Je ne crois pas. Bien sûr, c’est une voix féminine qui s’est exprimée dans le monde encore très masculin du 9e art où les femmes étaient, de tradition, peu nombreuses. Elle s’y est immiscée avec aplomb et sans complexe, ne revendiquant qu’elle-même au naturel. Du coup, on l’a un peu vite rangée dans la case politique ou exotique ».

Marjane Statrapi qui évoque la cigarette pour Le Monde et dont le dernier film ne semble pas avoir plu à Paris Match.

A lire aussi dans un autre genre « Des arts, des lettres, et des décorations » par DDT sur BiblioObs.

En illustration, les dessinatrices Li Chuan Xia (Chine), Cathy Wilcox (Australie), Riham El Hour (Maroc), Caro (Suisse), Louison (France) présentes aux 14ème RIDEP de Carquefou (photos RIDEP-Facebook).

Quino n’a pas encore la Légion d’Honneur

mercredi 5 décembre 2012

De nombreux médias indiquent que le dessinateur argentin Quino aurait reçu la Légion d’Honneur des mains d’Aurélie Filippetti, or ce sont bien les insignes d’Officier de l’ordre des Arts et Lettres qui lui ont été remis le 1er décembre 2012 durant le dernier Salon du livre de jeunesse de Montreuil, comme l’indique le site Internet du ministère de la Culture qui publie par ailleurs l’intégralité du discours de la ministre. Extrait de l’allocution :

« Toute la France vous connaît, vous aime : tant de vos albums ont circulé entre nos mains, tant de rires, de sourires, de réflexions avons-nous eu en vous lisant au fil des années. Mafalda fait partie de notre vie. Elle est, au fond, la petite fille libre et affectueuse, insolente et tendre, au coeur frais et déjà lucide que nous aimerions avoir ou que nous aimerions être. Cette fillette est inscrite à jamais dans notre existence, dans notre imaginaire. Ce n’est pas une héroïne, c’est une amie, qui nous dit, avec son intelligence, sa vivacité critique, son impertinence naturelle, sa clairvoyance spontanée, des vérités sur ce que nous sommes. Ces vérités que vous n’avez cessé d’exprimer à travers elle, avec elle. Et parmi ces vérités la nécessité absolue de la liberté, le respect de la liberté, l’exercice permanent de la liberté face à toutes les dictatures, face aux ordres imposés, aux négations du libre arbitre. Cela, vous l’avez prouvé dans votre propre vie par vos engagements, par vos départs, votre manière de vous tenir droit, de ne jamais vous incliner. Si vous êtes un si grand dessinateur, c’est parce que le dessin n’est pas simplement pour vous une distraction, un divertissement, une évasion gratuite, il a un sens politique. Il est un moyen de révéler une société à elle-même, de nous en dire, grâce au comique, les dérives, les absurdités, les injustices. Mafalda est toute petite, mais elle est plus grande que tous les sociologues du monde ; elle est toute frêle mais avec sa mappemonde fétiche, elle a un esprit plus solide, plus avisé, plus pertinent que bien des politologues. » […]

Selon Wikipedia « L’ordre des Arts et des Lettres est une décoration honorifique francaise qui, gérée par le ministère de la Culture, récompense « les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde. »

En illustration Quino par Quino.

Quino Officier des Arts et Lettres

vendredi 30 novembre 2012

Quino, de son vrai nom Joaquin Lavado, créateur de Mafalda et auteur de nombreux albums de dessins d’humour (publiés en France par Glénat), sera fait  le 1er décembre Officier des Arts et des Lettres par Aurélie Filippetti ministre de la Culture. En 2010, Quino avait déjà été faitChevalier des Arts et des Lettres par Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la communication, au titre de la promotion des personnalités étrangères.

En France, le dernier titre paru est une réédition de son livre Pour l’humour de l’Art (Glénat, 2006).

Le site Internet officiel de Quino.