Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘L’An 01’

Aimer, boire et dessiner

mardi 18 mars 2014

L’affiche du dernier film d’Alain Resnais « Aimer, boire et chanter » (dans les cinémas le 26 mars), a été dessinée par Blutch. Un dessinateur qu’appréciait beaucoup le cinéaste (décédé le 1er mars à 91 ans) qui lui avait confié l’affiche de ses précédents films « Les herbes folles » et « Vous n’avez encore rien vu » (en illustration). Dans un entretien avec Olivier Delcroix (2009), Resnais évoque sa relation avec le dessinateur et l’influence de la bande dessinée sur son œuvre.

Tout au long de sa carrière, Alain Resnais avait fait appel à des dessinateurs pour concevoir ses affiches ;  Bilal (« Mon oncle d’Amérique », « La vie est un roman »), Floc’h (« On connaît la chanson », « Smoking, No Smoking »), et c’est un grand portrait réalisé par ce dernier qui accueillait l’assistance lors de ses obsèques (photo Reuters Charles Platiau – RFI). Ce dessin figure aussi sur la couverture du livre « Positif, revue de cinéma » d’Alain Resnais (Folio).

Sur le site « Oui, oui, madame ! Tout ça est fait à la main ! » on apprend également qu’Alain Resnais, avait fondé en 1962, avec Francis Lacassin, Jean-Claude Forest, Pierre Couperie, Jacques Lob et quelques autres, le « Club des bandes dessinées » qui édita la revue « Giff-Wiff ». Il avait aussi participé, avec Jacques Doillon et Jean Rouch, à la réalisation du film « L’An 01 » inspiré de l’œuvre du très regretté Gébé.

Merci à Boll.

Gébé toujours et encore

vendredi 20 avril 2012

En 1992, Gébé publiait dans « Culte » le mensuel de Frédéric Pajak une série de dessins nommée « 50 choses qu’il ne faut pas oublier de faire avant de mourir ». On ne sait pas si Gébé a réussi à les réaliser toutes avant cette funeste année de 2004 où il nous a laissé orphelins.

A nous de nous débrouiller sans lui et sa folie douce. Depuis, Frédéric Pajak lui a consacré un beau livre « Un pas de côté » chez Buchet Chastel, et L’Association a réédité la plupart de ses livres, de « L’An 01 » au « Services des cas fous », mais aussi ses chroniques de Charlie Hebdo (1993-2003), « Les Colonnes de Gébé ».

Aujourd’hui, ce sont les éditions Wombat, qui nous offrent « Tout s’allume », album de « bande dessinée, reportage et croquis », publié dans la collection « Iconoclastes ». Gébé nous explique le livre :

« Genre : Fiction encéphalopolitique – Lieux de l’action : A l’extérieur des gens et à l’intérieur de leur tête (région des hémisphères cérébraux). Moyen d’expression : La bande dessinée, conçue comme un film à faire. Objet : Montrer comment l’élargissement de la conscience, par le mécanisme de la Prise de Conscience Provoquée, peut modifier le comportement individuel et social et conduire irrésistiblement au changement de consensus politique d’une nation. »

« Tout s’allume » a été publié pour la première fois en feuilleton dans Charlie-Hebdo puis en recueil dans Charlie mensuel en 1979 (d’où l’introduction de Wolinski dans le livre, qui dirigeait alors le magazine).

Gébé nous manque. Par sa façon de nous amener ailleurs, par sa façon de nous apprendre à voir le monde tel qu’il est, par sa façon de faire confiance au talent des autres, et par sa façon d’avoir toujours su rester Gébé.

Pierre Carles a lui aussi eu la bonne idée de reprendre des dessins de Gébé pour illustrer l’affiche de son film « DSK, Hollande, etc. » co-réalisé avec Julien Brygo et Aurore Van Opstal. Gébé n’a pas fini de se rappeler à nous. A sa façon.

Le site Internet des éditions Wombat.

En illustration l’affiche d’une des premières versions du film de Pierre Carles.