Isabelle Merlet | Fait d'images - le blog de françois forcadell sur Iconovox.com

Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Isabelle Merlet’

Les grands espaces de Catherine Meurisse

jeudi 17 mai 2018

Les premières images de l’album « Les grands espaces », de Catherine Meurisse (couleurs d’Isabelle Merlet), dévoilées par Thomas Ragon sur Twitter . A paraître en septembre 2018 aux éditions Dargaud.

Merceries

mardi 27 septembre 2011

La « guerre » de la « La guerre des boutons » a eu lieu au cinéma avec la sortie en salles de deux adaptations, mais également dans les librairies de BD avec la parution de deux albums adaptés de l’œuvre originale de Louis Pergaud. Aux éditions Dargaud avec un album d’Olivier Berlion (scénario et dessins) et aux éditions Delcourt avec un album de Philippe Thirault (scénario), Aude Soleilhac (dessins) et Isabelle Merlet (mise en couleurs).

Pour expliquer cette abondance cinématographique et éditoriale, il faut préciser que les droits du roman de Louis Pergaud viennent de tomber dans le domaine public.

Parmi les dessinateurs qui ont aussi illustré ce texte on peut citer Joseph Hémard pour l’éditeur Mornay en 1927, Mathieu Gabella et Valérie Vernay (tome 1 – 2005, et tome 2 – 2006), Khaz et Cekaa (tome 3 – 2008, et tome 4 – 2010) qui ont adapté l’histoire en BD pour les éditions Petit à petit, Vanessa Hié pour Gründ (2011), et surtout, Claude Lapointe qui a illustré le roman en 1977 pour les éditions Gallimard. Cet album a été réédité de multiples fois, en 1995, 2003, 2011, et à aussi fait l’objet de plusieurs éditions en livre de poche avec des dessins hélas reformatés. L’édition de 1977 en grand format fait la part belle aux très beaux dessins de Claude Lapointe.

Au cinéma « La guerre des boutons » a été adaptée en 1936  par Jacques Daroy et Eugène Deslaw sous le titre de « La guerre des Gosses », en 1962, par Yves Robert, une version qui connût un immense succès populaire, en 1995 par le britannique John Roberts, et en 2011 par Yann Samuell, mais aussi par Christophe Barratier.