Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Coco’

Emmanuel Macron en caricature

mercredi 17 mai 2017

Libération a interrogé plusieurs dessinateurs – Joann Sfar, Coco, Mathieu Sapin, Pétillon, Terreur Graphique, pour savoir comment ils caricaturent le nouveau président de la République Emmanuel Macron. Titre de l’article de Sabrina Champenois “Emmanuel Macron, obscur objet du dessin ?

Extraits :

15355740_886134258196037_2855857820399430695_nJoann Sfar : […] Moi, je ne suis pas dans la caricature politique, je fais du portrait de caractère, basé sur l’observation – d’un comportement, d’attitudes – et ce sont les accrocs, les faux pas qui m’intéressent, quand ils se prennent les pieds dans le tapis. Alors, peut-être que ça va venir, et ça va être intéressant de le regarder, des choses vont forcément émerger. […]

Coco : […] On peut dessiner tout le monde. Les moches et les autres. Le tout, c’est de bien interpréter, de trouver un point de vue. Quand on a trouvé le regard, on a fait 50% du dessin (C’est Cabu qui disait souvent ça, il avait raison). Et les aspérités, ça va venir. Par son couple, peut-être. Pas la différence d’âge, ça, je m’en fous, mais plutôt cette relation prof-élève que j’ai perçue dans le documentaire les Coulisses d’une victoire et qui m’a surprise. Macron, j’ai confiance, ce sera un bon client comme les autres, même si pas aussi physique qu’un Sarkozy. […]

Mathieu Sapin : […] Ce qui est certain, c’est que comme tous les beaux gosses, il pose problème, ceux qui ont des aspérités sont plus intéressants. Mais bon, il y a quelques éléments auxquels on peut s’accrocher : le front haut, la petite coupe de cheveux d’enfant sage, les pattes post-étudiant, un long nez, une forme de menton très anguleux alors que celui de Hollande par exemple, est beaucoup plus fuyant. Et puis il y a sa dentition : il n’a pas les dents en avant mais légèrement écartées et bien visibles alors que celles de Hollande, personne ne les voit ; en fait Macron a quelque chose de carnassier.” […]

Terreur Graphique : «Macron est super compliqué à dessiner, d’ailleurs je n’ai pas trouvé le truc, je ne le dessine jamais de la même façon. Même avec ses dents, petites et légèrement écartées, des dents d’enfant, il garde un côté Ken (de Barbie). Comme je ne fais pas les yeux mais plutôt les traits, son regard ou son nez ne m’aident pas. Je trouve que Mathieu Sapin et Pétillon s’en sortent bien, sinon je vois bien que mes collègues galèrent aussi. Mais bon, on a le temps pour le choper, cinq ans…”

En illustration, dessin de Man (Midi libre) et de Glez qui n’ont pas été interrogés par Libération. A noter que le dessin de Glez à été entrevu dans un reportage de Paris Match sur le QG de campagne du candidat d’En Marche ! Un présence à l’insu de son auteur.

Le_1_macron_poster_lrQG_macron_superMacron

Le dessin satirique contre l’homophobie

mercredi 29 mars 2017

Un peu de publicité pour le projet d’Iconovox (dont le site accueille ce blog en toute indépendance) “Les homophobes sont-ils des enculés ?”.

Encore quelques jours (six) pour participer sur Ulule au financement de ce livre qui accueillera les dessins de Adène, Aurel, Babouse, Ballouhey, Berth, Camille Besse, Christophe Besse, Boll, Cambon, Chereau, Chimulus, Coco, Decressac, Deligne, Faujour, Gab, Gabs, Giemsi, Gorce, Gros, Hin, Jiho, JY, Lacombe, Large, Lasserpe, Lécroart, Lefred Thouron, Lindingre, Man, Mix & Remix, Mric, Mutio, Nawak, Pakman, Pancho, Pessin, Pichon, Rousso, Samson, Sergio, Sié, Soulcié, Tastet, Tignous, Willis from Tunis, Wingz, et les textes de Jean-Luc Roméro, Nicole Ferroni, Guillaume Meurice, Nadia Khiari, Yan Lindingre, Tristan Lopin, Shirley Souagnon, Numa Sadoul, Mano Gentil, Étienne Liebig, Brahim Naït-Balk, Luce Mondor, Martial Cavatz, Kevin Chausson, Emmanuelle Veil, Bernard Joubert, François Rollin.

Parution et soirée de lancement à la mi-avril 2017.

A noter que les souscripteurs (à partir de 35 euros ) recevront en plus des autres contreparties le livre inédit “Tignous pour tous”. Les bénéfices du livre seront reversés à l’association SOS Homophobie.

En illustration dessin de Camille Besse et Chereau.

C Besse HomoChereau Homo

 

 

Pakman, l’humour en rouge et noir (souvent)

lundi 27 mars 2017

5-pakman-rouge-sang-et-humour-noir“Pakman – Rouge sang et humour noir”, est le cinquième titre de la collection Les Iconovores* consacrée au dessin de presse publiée par les éditions Critères.

Elodie Cabrera qui signe les textes de ce livre de dessins présente ainsi le travail de Pakman : « Pakman ne voit pas la vie en rose. En noir et rouge plutôt. Son trait et son humour cinglants renouent avec la tradition d’un dessin de presse violent et impétueux. Violence toute symbolique bien sûr, car elle se pratique sur papier et au crayon, et extra-forte, car elle nous met face à l’insupportable et l’inacceptable. Mais telle est la destinée du caricaturiste : faire rire et pleurer en proposant une vision différente et libre des événements et de ceux qui les font.
Et c’est là que Pakman excelle. Impitoyable et cynique, il s’attaque aux oppresseurs, imposteurs, usurpateurs en creusant les sillons de la vérité avec des dessins allégoriques élégants et puissants. Après 25 ans dans la publicité, diplômé de l’École Estienne, Pakman s’amarre au dessin de presse en 2008. Il collabore avec différents journaux papier ou en ligne tels que Bakchich.info, la revue Siné hebdo, La Mèche, Zélium, Urtikan.net, Ravages, Fabula, Lui, Monsieur.

Les autres titres déjà publiés sont Coco, Samson, Camille Besse, Faujour, un Willem est également annoncé prochainement :

1-coco2-samson 3-besse 4-faujour

 

 

 

 

 

 

*A ne pas confondre avec Iconovox (mes voisins de blog) qui éditent Chimulus, Cambon.

DES DESSINS, DES INFOS, DES COMMENTAIRES SUR L’ACTU, SUIVEZ AUSSI FAIT D’IMAGES SUR FACEBOOK

Résultats du 24ème Trophée Presse-Citron 2017

jeudi 16 mars 2017

24 Presse CitronAmbiance chaleureuse et festive le 15 mars à l’école d’art Estienne où étaient décernés les 24ème Trophées Presse Citron/BnF.

De nombreux dessinateurs étaient présents parmi lesquels Bridenne, Dobritz, Pessin, Cambon, Coco, Schvartz, Catherine Beaunez, Ballouhey, Boll, Chereau, Dubouillon, Waner, Cointe, Flavien, Foolz, Foy, Ménégol, Trax, Placide, Pinel, Redon, Alba, Lanchon, J-M Renard, Mlefèvre, Lara, Vidberg, Wingz, Giemsi, Valère, Jac, Lacombe, Mykaia, Lardon, Gros, Lécroart, Mric, Oncle Gab, Pakman, Mutio, Pancho, Mric, Vial, Hin, Mulatier, Soulas. Lindingre aurait été aperçu.

C’est le dessinateur Wiglaf qui a obtenu le Trophée Presse-Citron pro décerné par les élèves de l’école Estienne pour un dessin  publié dans le Psikopat, et Lécroart le Trophée Coup de cœur pro pour un dessin publié par Urtikan.net (autant le souligner).

Les Trophées étudiants ont été attribués à Marin Martinie (Ensad), Rodrigo de Sousa (Estienne). Le Trophée La plume de Pierre, partenaire du Presse-Citron Libanais a été décerné à Priscilla Bassil. A noter que de plus en plus d’écoles d’art participent au Trophée (qui fêtera l’an prochain avec faste ses 25 ans), organisé par les enseignants et les élèves de l’école sous l’impulsion de sa créatrice la toujours sémillante Luce Mondor.

Les dessins primés :

IVG170116-2017-votez-loup-lecroart

 

 

 

 

 

 

 

 

CP Et 1CP 2

PC LIban

 

Charlie Hebdo et le bout du tunnel

jeudi 5 janvier 2017

c1p8bzhwiaesdc6A la veille du deuxième anniversaire du 7 janvier 2015, Le Point consacre cette semaine 3 pages au livre “Charlie Hebdo, le jour d’après”  de Marie Bordet du Point et Laurent Telo du Monde (Fayard), et l’AFP a diffusé un long article titré « Deux ans après les attaques, Charlie Hebdo repart à l’offensive ». Dans l’interview publiée par Sud Ouest et qui accompagne ce texte, Riss déclare « La ligne éditoriale (de 2017) sera dans la continuité de 1992 (date de la relance du journal), 1993 et ainsi de suite. 2015 a été l’année de la survie, 2016 celle de la stabilisation. En 2017, il faut peut-être qu’on soit plus incisifs et offensifs, politiquement. J’ai parfois l’impression que depuis deux ans les gens s’intéressent à Charlie Hebdo uniquement sous l’angle de l’émotion, du drame, plutôt que de voir les problèmes politiques très difficiles que posent tous ces attentats. C’est toujours la même histoire : l’intolérance religieuse, etc. Ce sont des sujets qui s’effacent du débat public. Est-ce qu’on n’a pas un peu oublié les raisons pour lesquelles ils se sont faits tuer le 7 janvier ?”

Libération du 5 janvier consacre lui aussi sa Une (dessin de Coco) et 3 pages à Charlie Hebdo avec un texte du réalisateur Francesco Mazza qui avait pris fait et cause pour le journal après un dessin de Félix sur le tremblement de terre en août dernier (le dessin est reproduit en grand par le quotidien). Ce texte paraîtra le 7 janvier dans l’hebdomadaire italien Oggi.

A propos du livre « Charlie Hebdo », le jour d’après » :

jour-dapresA quoi bon s’intéresser à un journal dont les ventes recommencent à baisser inexorablement mais qui survivra grâce à la cagnotte des ventes exceptionnelles de l’après 7 janvier 2015 ? A quoi bon publier des informations déjà diffusées dans la presse et qui consacrent les déchirements de la rédaction après le massacre des frères Kouachi ? A quoi bon raconter comment Riss et Eric Portheault ont manœuvré pour devenir les seuls maîtres à bord en roulant la rédaction et les familles en deuil ? A quoi bon espérer quoi que ce soit d’un journal “satirique” noyauté par Anne Hommel, conseillère en communication (DSK, Cahuzac,Bongo), elle même amie de l’entreprenant et omniprésent avocat Richard Malka, lui même « frère » de Philippe Val ex-patron de l’hebdo parti avec la caisse et qui continuerait à rôder autour des locaux de l’hebdo pourtant ultra-sécurisés ? Tout cela a déjà été dit sur ce blog ou raconté par Denis Robert dans “Mohicans” (Julliard).

Le massacre du 7 janvier 2015 a dramatiquement fini de vider de son esprit originel ce titre mythique qui n’est plus aujourd’hui, et après le passage dévastateur à sa tête de Philippe Val, que le lointain reflet de celui imaginé par ses fondateurs Cavanna et Georget Bernier.

Tant mieux si ce journal reste un symbole de la liberté d’expression, il en faut, tant mieux si quelques-uns y trouvent de quoi vivre, écrire, dessiner, mais s’acharner sur un journal qui aurait du changer de nom, qui visiblement n’a aucun projet (en dehors d’une version allemande), c’est lui donner une importance très grande, et franchement quel intérêt ? ff (chroniqueur peu clairvoyant)

En illustration la couverture signée Foolz du numéro de cette semaine.

Le palmarès de St Just-le-Martel 2016

dimanche 9 octobre 2016

13445411_1806784989543513_7966273500753621913_n« Le Grand Prix de l’Humour Vache parrainé par le GLBV (Groupement Limousin Bétail viande) a été décerné conjointement à Michel Kichka et Khalid Gueddar » peut-on lire sur le site du Festival, ou Salon, international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de St Just-le-Martel.

Les autres prix attribués par la manifestation sont : Gérard Gibo, Crayon de porcelaine pour son album « Gibo fait la tête », Jacques Lerouge, Prix de la Mal-bouffe, Phil Umbdenstock, Prix de l’Humour tendre, et Christophe Fey, Crayon de porcelaine de la Presse Quotidienne Régionale.

Prix de l’Amitié et de la fidélité pour le nouveau Président de la FECO France Pierre Ballouhey.

Prix du public attribué à Hamidou Zoetaba.

A noter le prix “Presse Internationale” décerné à la dessinatrice. Marilena Nardi (dessin en illustration).

L’affiche de cette 35ème édition était signée Coco (en illustration) et les lauréats primés recevaient un dessin de Loup encadré en porcelaine.

immagine-1234