Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Terreur graphique’

Le 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo vu par La Revue dessinée

samedi 26 décembre 2015

jpg-90808Le dernier numéro (10) de La Revue dessinée entame le déferlement d’articles et de reportages qui, début janvier, vont nous replonger dans les attentats de janvier 2015.

Le magazine publie les témoignages poignants des policiers mobilisés sur le massacre de Charlie Hebdo, ceux qui ont pénétré les premiers dans les locaux de l’hebdomadaire satirique et participé aux enquêtes après la tuerie.

Au total 28 pages, illustrées par Titwane, complétées par un entretien avec Laurent Léger, journaliste à Charlie Hebdo, qui a échappé le 7 janvier aux balles des tueurs.

A la question « C’est lourd à porter, toute cette histoire », il répond : « C’est très lourd, parfois. Mais nous ne sommes pas un symbole, le symbole, c’est le journal. Ce que je ne supporte pas, ce sont les gens ou les confrères qui disent : « Continuez ! » Mais eux, alors, que font-ils ?

Dans le même numéro, d’autres reportages toujours aussi intéressants et six pages qui retracent l’histoire de la presse satirique en France (note aux auteurs : Terreur Graphique et Fabrice Erre, Charlie Hebdo n’est réapparu qu’en 1992).

A noter que le quotidien Libération a publié des extraits du reportage sur Charlie Hebdo dans son édition du 25 décembre 2015.

“Dessinateur, un métier d’avenir”

mardi 3 mars 2015

Nouveau blog sur le site Internet de Libération :

125f0edb12b47b22264569f7c6c3e12337474986fde90d9d3b90123e9c7f165fLe dessinateur Terreur graphique (c’est sa signature), de son vrai nom Fred Lassagne, est présenté ainsi : ” Terreur Graphique est né en 1977, il dessine pour Fluide Glacial, Dargaud, 6 Pieds Sour Terre, Même Pas Mal, Vraoum, Vide Cocagne… derniers livres parus : Le Petit Livre de la Bande Dessinée (avec Hervé Bourhis – Dargaud) et Le F. I. S. T. (avec Jorge Bernstein – Fluide Glacial). “

Dans un article de Libération il a déclaré en janvier 2015 : ” Est-ce qu’on rit encore d’un dessin politique ? Oui, quand il est bon. Un dessin politique réussi, ce n’est pas un dessin militant, c’est un dessin sur le fil. Reiser et Charlie sont sur l’ambiguïté. Ce qui est drôle c’est d’être à la frontière entre le bon goût et le mauvais. Du coup, forcément, cela arrive, et ça m’est arrivé plein de fois, de ne pas être compris. Pour moi, la grille d’analyse doit être de savoir si le dessin est réussi ou non, pas militant ou non. […]”