Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Libération’

Françoise Mouly, directrice artistique du New Yorker

mercredi 19 octobre 2016

the-new-yorker-cover-04-592x800Libération du 14 octobre 2016 a publié un très intéressant entretien avec Françoise Mouly, directrice artistique du prestigieux magazine The New Yorker qui compte 1 million d’abonnés. Courts extraits (à lire dans son intégralité ici ) :

[…] Plus qu’ailleurs, vos lecteurs se sentent propriétaires du magazine et vous le font savoir. Comment réagir à cette pression ?

C’est l’essence même du New Yorker d’avoir des lecteurs intelligents, engagés, fidèles. Ils écrivent des lettres d’injures quand ils ne sont pas d’accord, mais on a une grande liberté, ce qui est très rare aux Etats-Unis, car nos lecteurs sont présumés intelligents : s’ils ne comprennent pas, ils se disent qu’il doit y avoir quelque chose qui vaut la peine de creuser. Nous sommes également peu vendus à l’unité, une grosse partie de la diffusion est faite par abonnement. Et ces abonnements ont un taux de renouvellement énorme : 84 % ! Donc, nous ne sommes pas jugés sur un seul numéro. […]

[…] La caricature est devenue un sujet de grande crispation ici. Etes-vous plus libres aux Etats-Unis ?

C’est un problème qui fait honneur au crayon. Au moment des caricatures de Mahomet qui sont passées dans Charlie Hebdo, mon cœur était du côté de Charlie, qui a reproduit les caricatures tout de suite, alors qu’aux Etats-Unis il y a eu une certaine hypocrisie : beaucoup d’articles écrits dessus, mais pas de dessins montrés. Avec l’excuse qu’on peut les trouver sur Internet – certes, mais il faut avoir le courage de ses opinions. Charlie a non seulement montré les images, mais en a fait faire à tous ses dessinateurs. Sachant que le tollé de protestations était lié à l’idée même du dessin, plutôt qu’aux dessins eux-mêmes – que personne n’a regardés. C’est l’idée d’une vache sacrée qui est un problème, pas la façon de dessiner la vache.

En illustration quelques Unes « empruntées » au site La boîte verte signées Saul Steinberg, 1976, Ronald Searle, 1973, Sempé, 1985, André François, 1988.

the-new-yorker-cover-42-579x800the-new-yorker-cover-07-606x800the-new-yorker-cover-28-613x800

La formidable épopée de la satire en France

mercredi 28 septembre 2016

Dans « Revue de presse », album sous-titré « petite histoire des journaux satiriques et non-conformistes », on croise Charles Philipon, J.J Grandville, André Gill, Jossot, Paul Iribe, Jean-Jacques Pauvert, Siné, Pr Choron, Cavanna, et toute la bande Cabu, Gébé, Willem, Reiser, Wolinski, Carali, Delfeil de Ton, Pierre Fournier, Fred, Vuillemin, mais aussi Eric Martin, Charlie Schlingo, Lindingre, Charb. Sont également cités les journaux Bizarre, Libération, L’idiot international, Le Canard enchaîné, Charlie Hebdo, Jalons, Infos du monde, Actuel, L’Echo des Savanes, La Grosse Bertha, Le Psikopat, et Fluide glacial qui édite ce livre.

C’est dire si l’ouvrage est bien documenté. Le tout est astucieusement raconté par Toma Bletner qui a « baigné dans l’univers de la presse depuis l’enfance », et brillamment mis en images, et avec beaucoup d’humour, par Romain Dutreix.

Dans le texte de présentation de l’éditeur on peut lire : « Depuis la révolution de 1789, la France cultive une tradition journalistique mettant sans cesse à l’épreuve la liberté d’expression. C’est pourquoi la satire, l’irrévérence sont devenus un véritable sport national ! », « Revue de presse » en porte le témoignage.

La publication de cette série de strips avait débuté en 2015 dans Libération à l’initiative d’Alain Blaise, et a continué dans Fluide glacial l’année suivante.

revue-presse

Une exposition Willem ET Vuillemin

vendredi 17 juin 2016

13411960_1080287108730753_3506019413730373333_oLe 25 juin sera inaugurée à La Louvière en Belgique une exposition Willem – Vuillemin. Même si on peut regretter cette nouvelle mode qui consiste à regrouper des dessinateurs qui mériteraient une exposition individuelle, il faut saluer l’événement (un peu moins l’affiche fourre-tout).

En complément de cette exposition proposée par le Musée Ianchelevici jusqu’au 4 septembre 2016, les amateurs de dessins pourront également visiter une exposition de dessins sur le thème « Le sport dans tous ses états », assister à une rencontre avec Nicolas Vadot qui évoquera le dessin de presse aujourd’hui, participer à un débat avec l’équipe du journal satirique El Batia moûrt soû, et visionner le film de 46 minutes réalisé par ACTV dans lequel Philippe Decressac s’entretient avec Willem (Libération, Charlie Hebdo, Siné mensuel) et Vuillemin (Charlie Hebdo, L’Echo des savanes, dBD).

A noter que les maîtres d’œuvre de cette exposition sont le dessinateur Philippe Decressac (Zélium, L’Echo des savanes), et Guillaume Doizy, l’historien bien connu de la caricature et du dessin de presse qui signe la préface du catalogue et présente son exposition « Le dessin de presse face à la censure ».

Musée Ianchelevici, place Communale 21, 7100 La Louvière, Belgique

Petite précision apportée par P. Decressac via Facebook : « Pour info, puisqu’il m’est permis de préciser deux ou trois couilles de mouche, l’idée finale d’exposer ensemble vient d’eux ! Et perso, je trouve particulièrement excitant cette « confrontation »… Quant à l’affiche, le côté foutraque est également une décision collective. Aucun des deux ne voulant un visuel avec deux dessins (un de chaque dessinateur) ni un seul qui « lèserait » le second, on a opté pour un beau bordel fait de détails de leurs travaux… »

Perso, je maintiens ce que j’ai écrit même si moi aussi je trouve excitante cette « confrontation » de deux de nos plus talentueux dessinateurs actuels. ff

Deuxième précision de Guillaume Doizy, reçue par mail : « Je me permets de rajouter que Philippe Decressac est le seul commissaire de l’exposition. On m’a juste demandé d’écrire des textes. Tout le mérite lui revient, ainsi bien sûr qu’aux deux dessinateurs. Le principe du dialogue entre ces deux géants si différents est je crois bien plus riche que deux expos en solo. Il y aurait eu par ailleurs peu de chance pour qu’un musée de La Louvière programme coup sur coup deux expos de dessin de presse. Pour le public belge, il y a là une très belle occasion de croiser ces DEUX dessinateurs, ce qui n’aurait pas été possible autrement.

Qui est qui, et qui fait quoi, dans le programme officiel :

Willem Vuillemin Louviere 2016

L’Express licencie

vendredi 2 octobre 2015

Vue sur FaceBook une affiche de Rémi Malingrëy qui proteste contre le plan de licenciement à L’Express de 125 salariés. A noter que les bâtiments de L’Express devrait bientôt accueillir la rédaction de Libération, deux journaux rachetés par Altice, la holding boulimique de Patrick Drahi qui finance ses acquisitions par l’endettement , et maison-mère de Numericable-SFR.

Depuis quelques jours la presse indique que Altice aurait perdu 21% de sa valeur en Bourse après la chute de ses actions.

LExpressMerci à T.S.

Cartes d’été : Vuillemin expose à Paris

mercredi 26 août 2015

Ce sera un des événements de la rentrée, le dessinateur Vuillemin (L’Echo des savanes, dBD, Libération, Charlie Hebdo) expose du 18 septembre au 17 octobre 2015 à la Galerie Huberty & Breine, 91, rue St Honoré, 75001 Paris. Vernissage de l’exposition « C’est pas de la merde ! », le  17 septembre à partir de 18h 30.

Vuillemin

Cet été suivez aussi Fait d’Images sur FaceBook.

Luz à la Une de Libération

lundi 18 mai 2015

Luz-Une-de-LibeAprès la mise au point de Riss dans Le Monde, c’est au tour de Libération de donner la parole à Luz qui explique sur quatre pleines pages les raisons de son départ du journal en septembre.

Extraits :

« Il y a eu une volonté collective de continuer très vite. Moi, j’avais besoin de temps, mais j’ai suivi par solidarité, pour laisser tomber personne. Sauf qu’à un moment donné, ça a été trop lourd à porter. Il n’y avait plus grand-monde pour dessiner : je me suis retrouvé à faire trois unes sur quatre. Chaque bouclage est une torture parce que les autres ne sont plus là. Passer des nuits d’insomnie à convoquer les disparus, à se demander qu’est-ce que Charb, Cabu Honoré, Tignous auraient fait, c’est épuisant. »

« Beaucoup de gens me poussent à continuer, mais ils oublient que le souci c’est l’inspiration. Si l’actu ne t’inspire plus, tu peux toujours dessiner, c’est presque pavlovien, mais tu vas refaire une idée que tu as déjà faite. Cette décision du départ elle est aussi dans cette angoisse : la peur d’être mauvais. J’entendais encore l’autre jour une porte-parole des verts qui se demandait s’ils entraient au gouvernement… mais qu’est-ce que j’en ai à branler ? Ces petits événements anodins, ça me passe au-dessus de la tête désormais parce qu’on a vécu quelqu’un chose qui n’est pas anodin. »

En illustration la Une de Libération du 18 mai 2015 consacrée à Luz.

A lire également le très long entretien que Luz a accordé à Frédéric Potet pour le blog du Monde « Les petits Miquets« .

Dans un communiqué diffusé à l’AFP, sans doute par Anne Hommel  présentée dans Libération comme la « Dircom » du journal, Charlie Hebdo joue la transparence financière et explique que les « environ 4,3 millions d’euros » de dons recueillis après le 7 janvier seront intégralement reversés aux familles de victimes.