Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Georget Bernier’

Charlie Hebdo et le bout du tunnel

jeudi 5 janvier 2017

c1p8bzhwiaesdc6A la veille du deuxième anniversaire du 7 janvier 2015, Le Point consacre cette semaine 3 pages au livre “Charlie Hebdo, le jour d’après”  de Marie Bordet du Point et Laurent Telo du Monde (Fayard), et l’AFP a diffusé un long article titré « Deux ans après les attaques, Charlie Hebdo repart à l’offensive ». Dans l’interview publiée par Sud Ouest et qui accompagne ce texte, Riss déclare « La ligne éditoriale (de 2017) sera dans la continuité de 1992 (date de la relance du journal), 1993 et ainsi de suite. 2015 a été l’année de la survie, 2016 celle de la stabilisation. En 2017, il faut peut-être qu’on soit plus incisifs et offensifs, politiquement. J’ai parfois l’impression que depuis deux ans les gens s’intéressent à Charlie Hebdo uniquement sous l’angle de l’émotion, du drame, plutôt que de voir les problèmes politiques très difficiles que posent tous ces attentats. C’est toujours la même histoire : l’intolérance religieuse, etc. Ce sont des sujets qui s’effacent du débat public. Est-ce qu’on n’a pas un peu oublié les raisons pour lesquelles ils se sont faits tuer le 7 janvier ?”

Libération du 5 janvier consacre lui aussi sa Une (dessin de Coco) et 3 pages à Charlie Hebdo avec un texte du réalisateur Francesco Mazza qui avait pris fait et cause pour le journal après un dessin de Félix sur le tremblement de terre en août dernier (le dessin est reproduit en grand par le quotidien). Ce texte paraîtra le 7 janvier dans l’hebdomadaire italien Oggi.

A propos du livre « Charlie Hebdo », le jour d’après » :

jour-dapresA quoi bon s’intéresser à un journal dont les ventes recommencent à baisser inexorablement mais qui survivra grâce à la cagnotte des ventes exceptionnelles de l’après 7 janvier 2015 ? A quoi bon publier des informations déjà diffusées dans la presse et qui consacrent les déchirements de la rédaction après le massacre des frères Kouachi ? A quoi bon raconter comment Riss et Eric Portheault ont manœuvré pour devenir les seuls maîtres à bord en roulant la rédaction et les familles en deuil ? A quoi bon espérer quoi que ce soit d’un journal “satirique” noyauté par Anne Hommel, conseillère en communication (DSK, Cahuzac,Bongo), elle même amie de l’entreprenant et omniprésent avocat Richard Malka, lui même « frère » de Philippe Val ex-patron de l’hebdo parti avec la caisse et qui continuerait à rôder autour des locaux de l’hebdo pourtant ultra-sécurisés ? Tout cela a déjà été dit sur ce blog ou raconté par Denis Robert dans “Mohicans” (Julliard).

Le massacre du 7 janvier 2015 a dramatiquement fini de vider de son esprit originel ce titre mythique qui n’est plus aujourd’hui, et après le passage dévastateur à sa tête de Philippe Val, que le lointain reflet de celui imaginé par ses fondateurs Cavanna et Georget Bernier.

Tant mieux si ce journal reste un symbole de la liberté d’expression, il en faut, tant mieux si quelques-uns y trouvent de quoi vivre, écrire, dessiner, mais s’acharner sur un journal qui aurait du changer de nom, qui visiblement n’a aucun projet (en dehors d’une version allemande), c’est lui donner une importance très grande, et franchement quel intérêt ? ff (chroniqueur peu clairvoyant)

En illustration la couverture signée Foolz du numéro de cette semaine.

Choron : « Un monstre de vie » J-M Gourio

mercredi 9 décembre 2015

501 CA C_EST CHORON[BD].inddOn s’est longtemps demandé comment des personnalités aussi différentes que celle de François Cavanna, ancien dessinateur, journaliste, écrivain, et celle de Georget Bernier, ancien d’Indochine, roublard, « gestionnaire » hasardeux, avaient pu coexister aussi longtemps. La réponse est dans « Ça c’est Choron ! » le livre que Virginie Vernay a consacré au Professeur Choron : Bernier était un créateur et son imagination débordante a fortement contribué à l’épanouissement des éditions du Square et de ses journaux.

choron-par-lefred-thouronCavanna écrit «  Sans Choron, pas de Hara-Kiri. Sans la bande, pas de Hara-Kiri. L’un et l’autre indispensables. Complémentaires. Mais la bande accomplissait sa vocation, et avait imposé cette vocation à Choron. La bande condamnait Choron à faire Hara-Kiri, à ne faire que ça. »

A la légende de Choron montant sur les tables pour tremper sa bite dans une coupe de champagne, il faudra désormais rajouter son œuvre féconde : ses inventions pour Hara-Kri, les Fiches bricolages, ses Jeux de con, ses chansons, ses journaux Grodada, La Mouise, ses grilles de mots croisés (si, si), que l’on retrouve dans ce grand album abondamment illustré dédié à sa gloire et publié par les éditions Glénat.

En illustration, le Prof vu par Lefred-Thouron.

Pour les Parisiens : Mercredi 9 décembre à 18h30, soirée dédicace à la librairie-galerie Le Monte-en-l’air, 71, rue de Ménilmontant,  2, rue de la Mare, 75020 Paris, en présence de Virginie Vernay, Delfeil de Ton, Vuillemin, Pacôme Thiellement.