Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour la catégorie ‘Vente’

BD : la planche à billets

Lundi 15 décembre 2014

Combien vaut un dessin original de Cabu, de Willem, de Wolinski, de Siné, hélas beaucoup moins qu’une planche de bande dessinée qui devient aujourd’hui un objet de placement spéculatif.

Herge-MillonLu dans 20 minutes :

« Un dessin signé Hergé, le père de Tintin, daté de 1939, a été acheté 539.880 euros pendant des ventes aux enchères organisées dimanche simultanément à Paris et Bruxelles.
Le dessin d’Hergé faisait partie d’une série d’œuvres originales de la bande dessinée franco-belge qui ont rapporté au total 1,89 million d’euros dépassant les attentes des organisateurs, selon la maison de ventes Millon à Bruxelles.

Les autres dessins proposés par Millon au cours de cette vente.

Autre article très intéressant sur le même sujet, celui que L’Express consacre à « la fièvre du marché des planches originales de BD« . Extrait :

« Un dessinateur gagnera parfois plus en vendant un ou deux dessins grand format qu’avec un album de 48 planches, qui va lui demander un an de travail et lui rapporter une avance de 10000 euros », poursuit Daniel Maghen. Du coup, autre révolution, ce galeriste salarie des dessinateurs pendant des mois et leur commande de grands formats. Jean-Pierre Gibrat travaille ainsi actuellement à des toiles de 1 mètre carré, qui pourraient donner lieu à une vente aux enchères « monographique » – un seul auteur, le Graal ! – chez Christie’s, à la fin de 2015 ou au début de 2016. »

En illustration, le dessin noir & blanc d’Hergé acheté 539.880 euros.

Dessine-moi un astronome

Vendredi 12 décembre 2014

Raconté par Nathalie Bourrus sur France Info :

un1e-aquarelle-originale-du-petit-prince-aux-encheres-paris« Ce devait être un événement. Une aquarelle originale d’Antoine de Saint-Exupéry était mise aux enchères ce mardi chez Artcurial, à Paris. Mais elle n’a pas été vendue.
Les mines sont défaites. Une vente ratée. Un rêve parti en fumée. Dans les nuages de la crise économique. L’aquarelle représentant l’astronome turc qui a découvert la planète du Petit Prince, n’a pas trouvé preneur aux enchères ce mardi. Elle est pourtant le symbole du tout début de cette fabuleuse histoire. Elle est signée. On y voit un personnage qui montre l’Astéroide B 612. On est au cœur des origines célestes du Petit Prince.
L’expert l’a évalué à 400.000 euros. Déjà, sur le papier, cela semblait un peu énorme. Visiblement, c’etait pire que cela. Le commissaire priseur a demarré à 200.000. Il a fait semblant de monter. Je le croyais. Effectivement, je suis quasi novice en la matière. On m’explique qu’il n’y a aucun acheteur. Je suis troublée. Personne n’a pu, n’a voulu, acquérir cette aquarelle, si émouvante. Un rêve trop coûteux. »

Lionel Koechlin fait son cirque (Parfait)

Mardi 9 décembre 2014

michel_lagarde_koechlin_hauteurJusqu’au 30 janvier 2015, exposition « Le cirque Parfait » de Lionel Koechlin à la galerie Michel Lagarde, 13 rue Bouchardon 75010 Paris.

Présentation de l’auteur par Michel Lagarde :

« On croise son trait élégant et intemporel depuis une petite quarantaine d’années dans le monde de l’édition, de la presse et de la publicité. Son jardin secret se cultive à l’ombre d’un chapiteau. Ses images poétiques et inspirées par l’univers du cirque s’exposent à Paris cet automne. »

Pour tous ceux qui ne pourraient se déplacer, les dessins de Lionel Koechlin sont visibles sur le site Internet de la galerie.

Horaires de la galerie, 14h – 19h du mardi au vendredi et le samedi sur rendez-vous : 01 42 02 50 85 / contact@michellagarde.fr

Le site personnel de Lionel Koechlin.

Simon expose à l’Atelier An-Girard

Dimanche 21 septembre 2014

invitation-simon

Dominique Simon est un dessinateur qui pratique aussi bien le dessin de mode* que le croquis de voyage, mais son jardin secret, pas si secret que ça, reste le dessin d’humour.
En 2012, il a publié « Eclats de vie » (éditions Scriptoria) un livre où ses dessins « illustraient », des textes de la littérature que le comédien Jacques Weber présentait sur scène en 2011.
A partir du 22 septembre et jusqu’au 7 novembre 2014 il exposera à la Galerie An Girard les dessins d’un nouveau livre, « Pas de deux » (éditions Scriptoria) accompagnés cette fois-ci de textes inédits de Jacques Weber inspirés par le travail de Dominique Simon.

Vernissage de l’exposition le 22 septembre à partir de 18h 30.

Atelier An-Girard, 7, rue Campagne Première – 75014 Paris.
Tél. : 01 43 22 01 16 – Contact : atelier@angirard.com
Ouvert du mardi au vendredi de 13h30 à 19h et sur rendez-vous.

Le site Internet de Dominique Simon.

* Dominique Simon exposera ses dessins de mode à Lyon à La maison des Canuts du 20 octobre au 13 novembre 2014.

Sempé mis en pièces

Jeudi 12 juin 2014

L’immense dessinateur Jean-Jacques Sempé a-t-il encore le contrôle de l’exploitation de son travail ? On peut légitimement se poser la question au vu des dernières productions qu’il nous propose : un album co-édité avec le journal L’Equipe et une série de pièces en argent éditées par la Monnaie de Paris et vendues à grand renfort de publicité par La Poste.
Lui qui a toujours veillé à la grande qualité de ses albums et à éviter (semble-t-il) tout mercantilisme autour de son œuvre, surprend par ses deux offres.

L’album « Le Petit Nicolas fait du sport » est paru à l’initiative d’Aymar du Châtenet, patron des éditions IMAV créées avec sa femme Anne Goscinny et qui depuis quelques années valorise sous toutes les formes le capital exceptionnel laissé par René Goscinny. Cette compilation a fait l’objet d’un lancement tonitruant dans le quotidien L’Equipe (avril 2014 – n°21 824) avec un 4 pages spécial (remarquablement mal imprimé) contenant une double page d’interview de Sempé. Le journal indiquait dans sa présentation que « Son trait est mondialement connu et reconnu. Sa passion dévorante passion pour le sport était quasiment secrète. » Celle de Goscinny pour ce type d’album restera elle aussi secrète puisqu’il est décédé en 1977.

A propos des pièces réalisées par la Monnaie de Paris, on peut toujours se féliciter qu’un tel organisme s’intéresse à nouveau au dessin, mais on peut aussi s’interroger sur les thèmes  illustrés « les valeurs de la République : Liberté, Egalité, Fraternité » déclinées au fil des quatre saisons par des dessins de Sempé… sur le vélo.
Jérôme Garcin qui publie dans le Nouvel Observateur un entretien avec l’auteur nous apprend que la série comporte « douze pièces de 10 euros en argent. A quoi s’ajoutent, sur le thème universel de la paix, deux pièces de 50 euros en argent. Et enfin, pour les plus fortunés, une pièce exceptionnelle de 500 euros en or pur à l’effigie de la République. Car le Sempé est une monnaie forte. »

Ceux qui aiment Sempé peuvent aussi investir dans ses nombreux albums parus ces dernières années aux éditions Denoël et Gallimard. De vraies valeurs sûres, pour certaines rééditées par Martine Gossieaux.

Goossens expose 30 ans de dessins

Jeudi 12 juin 2014

La Galerie Daniel Maghen, 47, quai des Grands-Augustins 75006 Paris, exposera les dessins de Daniel Goossens (Fluide glacial) du 11 au 28 juin 2014. Présentation de l’évènement par les organisateurs :

« Grand Prix d’Angoulême en 1997, Daniel Goossens propose pour sa première exposition-vente, une véritable rétrospective couvrant plus de trente ans de carrière. Les planches de Daniel Goossens sont de ceux qu’on ne se lasse de lire, tant pour sa maîtrise d’un univers absurde à travers un trait faussement simple que pour son utilisation de nombreuses références et détails échappant souvent à une première lecture. Héritier de Gotlib et des Monty Python, il possède un ton sarcastique mis en valeur par un style graphique unique.

Parmi les quelques 80 originaux de cette exposition, seront présentés une trentaine issue de sa série principale “Georges et Louis” avec des planches, des illustrations mais surtout les couvertures originales en couleur des six premiers volumes. Une douzaine de planches ainsi que la couverture et la page de titre provenant de l’album “Voyage au bout de la lune”, et une dizaine de planches de “Route vers l’Enfer” sont également proposées, aux côtés de planches et d’illustrations réalisées pour “Sacré Comique”, “L’Encyclopédie des Bébés”, des collectifs, des affiches et ex-libris. Il est à noter que l’intégralité des planches exposées sont lettrées et ont été réalisées à l’encre de chine et au lavis sur papier. »

Vernissage le vendredi 13 juin à partir de 19h00 en présence de Daniel Goossens.

Merci à J.H.