Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Siné mensuel’

J-C Menu et l’esprit Charlie à Angoulême

Vendredi 30 janvier 2015

1-3-LAUREAT2015-CH2Extraits de la prise de parole de Jean-Christophe Menu (L’Apocalypse) lors de la remise du Grand prix spécial à Charlie Hebdo à Angoulême (source La Charente libre) :

« Etre Charlie, c’est d’en avoir rien à branler. C’est ça la meilleure réponse »

« L’esprit Charlie, ce n’est pas de transformer en héros nationaux des satiristes qui chiaient sur le pouvoir, de faire sonner Notre Dame pour des anticléricaux« … « c’est de dire que le maire d’Angoulême est un con quand il pose des grillages sur des bancs. Voilà, je transmets ».

« Tout se mélange avec tous ces hommages un peu foireux. On a juste envie de dire fuck ». (Venir chercher ce prix ?) « C’est Luz qui me l’a demandé. Il m’a dit : ‘sois toi et tu seras nous. Démerde toi’. J’en ai pas dormi pendant trois jours ».

« L’humour et la démocratie, c’est kif kif. Le progrès, c’est 250 ans depuis la Révolution. La régression, elle, prend 15 secondes avec une kalachnikov. L’humour est la meilleure réponse, car une société qui ne rit plus, qui vit dans la terreur, n’a plus de sens ».

« Vive Charlie Hebdo, vive Le Canard enchaîné, vive Siné mensuel, vive toute la presse satirique, et l’autre, l’autre, quand elle se sera sorti les doigts du cul et qu’elle commencera à contribuer à sauver la planète, alors ce jour-là, l’autre, on lui dira peut-être aussi Vive la France et qu’elle est Charlie. »

Une autre perception de l’intervention par France Inter qui titre sur son site Internet : « Angoulême : l’hommage à Charlie, l’insulte au maire… ». A écouter sur ce même site l’intervention intégrale de Jean-Christophe Menu (4,17′)

Angoulême rend hommage à Charlie Hebdo

Mardi 20 janvier 2015

affiche_angouleme_jesuischarlieLes organisateurs du prochain festival de la BD d’Angoulême sortent de leur chapeau promotionnel la création d’un prix intitulé « Le prix Charlie de la liberté d’expression » qui sera remis pour sa première édition aux dessinateurs Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski, exécutés par des terroristes le 7 janvier dans les locaux de Charlie.

Il n’est pas dit que cette récupération fédératrice efface les problèmes internes entre les organisateurs du festival qui trouvent dans cet hommage éploré au dessin de presse un échappatoire à leurs conflits éthiques et commerciaux.

Il n’est pas dit non plus que cette initiative « solidaire », ainsi que celle des éditeurs avec la publication de l’album hommage collectif « La BD est Charlie », occulte les Etats généraux de la BD et la grève des signatures contre la paupérisation du métier, qui se dérouleront pendant le festival.

Enfin, Charb, Cabu, Honoré, Tignous, Wolinski, ne seront plus là pour expliquer que, même s’ils en faisaient parfois, leur métier n’était celui de dessinateur de bandes dessinées comme le grand public, et hélas les professionnels, le catégorise trop souvent dans un raccourci simplificateur. On se souvient du tollé provoqué en 2013 par le grand prix remis à Willem, dessinateur pas tout à fait estampillé 100% BD.

Il paraît que des Unes de Charlie Hebdo seront affichées dans toute la ville, une bonne idée qui aurait pu être complétée par l’affichage de Unes de Siné mensuel, Zélium, Fakir, Le Ravi, etc. …

Et tant qu’ils y sont ils pourraient rendre un hommage à Gébé avant qu’on ne l’oublie encore.

Ce sera -  sûrement – pour les prochaines éditions du festival de la bande dessinée. f.f.

En illustration, affiche dessinée par Lewis Trondheim.

Fermé (entrouvert) pour cause de deuil

Mardi 13 janvier 2015

Ce blog va espacer ses publications, temporairement, peut-être même s’interrompre. Peut-être. Je m’interroge.

Pourtant j’aurais aimé continuer à m’énerver contre ceux qui plastronnent debout dans les flaques de sang, signaler le texte de Daniel Maja sur Honoré, vilipender tous ces journaux qui commandent quantité de dessins hommage qu’ils ne paieront jamais, terminer le bêtisier (le Pape qui prie pour Charlie !!!…) que j’avais commencé sur tous ces évènements… mais désolé, je suis à la peine.

A voir les tombereaux d’inepties déversés par les journalistes, les tsunamis de dessins approximatifs diffusés par les médias et dont la « qualité » n’est même pas excusable par un chagrin insupportable, je me fais aussi beaucoup de soucis pour ce métier. J’écris bien métier.

Pour ma part, les dessinateurs assassinés ne sont pas devenus mes « amis » après leur massacre. Ma relation avec eux était trop personnelle, trop professionnelle, pour que je puisse arborer une quelconque proximité amicale en ruban de deuil médiatique.

Je vais m’octroyer le temps de les pleurer encore, et surtout, penser très fort à ceux qui, à Charlie Hebdo, et dans d’autres journaux, vont devoir continuer à dessiner. Je ne saurais trop leur conseiller d’utiliser des feutres waterproof ou de la vraie encre de Chine qui résiste à l’eau (mais on en trouve de moins en moins et encore faut-il dessiner à la plume ou au pinceau).

Merci à tous ceux, très très nombreux qui ont suivi ce blog ces derniers jours.

françois forcadell

Dessin de Chimulus (dessinateur de père en fils) déjà utilisé mais tellement vrai.

charlie-croquis-redaction

Mahomet à la Une de Charlie Hebdo

Lundi 12 janvier 2015

La Une du n°1178 de  Charlie Hebdo qui sera diffusé le 14 janvier à 3 millions d’exemplaires, dévoilée par Libération. Dessins de Luz. Mercredi, les lecteurs trouveront également dans les kiosques un hors série de 8 pages de Siné mensuel, « Spécial Charlie » :

LuzCharlie

La Une de Siné mensuel accompagnée de ce texte de la rédaction : « Entre Charlie et nous, il y a des amitiés, des rencontres, des souvenirs. Des engueulades, aussi. Aujourd’hui, la seule réponse possible au chagrin et à la colère était de nous mettre au boulot. Toute l’équipe de Siné Mensuel a dessiné et écrit pour proposer ce hors-série : « Achetez Charlie ». Le dessin est de Rémi Malingrëy. Les dessins qui n’ont pu être publiés seront mis en ligne sur le site du journal.

SINE-Charlie

Charlie Hebdo va vivre

Vendredi 9 janvier 2015

indexLes bonnes nouvelles pour l’avenir du journal :

Dans Le Monde :
« Charlie Hebdo » va continuer de paraître et lance un appel aux dons

Extrait de l’article :  »
[...] « En novembre 2014, Charlie Hebdo, déficitaire depuis longtemps, selon Charb, avait lancé une souscription : « Je ne dis pas que nous sommes un monument national, mais nous sommes un peu le dernier vestige d’une presse indépendante », avait-il dit aux Inrocks, qui rappelaient le rôle complémentaire du Canard enchaîné et de Siné Hebdo. « Nous ne renaîtrons pas de nos cendres. Personne ne reprendra le risque de relancer un journal comme Charlie, sous cette forme. Ça ne rapporte rien », imaginait alors Charb.
Mais juste avant la tuerie du 7 janvier, les 200 000 euros apportés par la souscription avaient donné « une bonne bouffée d’air » à l’équipe, se rappelle Luce Lapin. Et redonné un élan que la rédaction espère retrouver. »

Sur Twitter :
« Le seul a comptabilisé 12.600 abonnements à Charlie entre mercredi et jeudi (contre 300/an normalement) « 
A noter que Siné mensuel bénéficie aussi de cette solidarité avec un afflux (moindre) des abonnés et soutiens (le site du journal est d’ailleurs actuellement  saturé).

Ne nous laissons pas abattre

Jeudi 8 janvier 2015

Au-delà de l’indicible chagrin suscité par toutes ces morts injustes, il est à craindre qu’une fois le soufflé médiatique et émotionnel retombé, le dessin de presse d’opinion ne se retrouve dans le triste état où il était avant ce drame.

Faut-il rappeler que tous les médias qui s’épanchent sur le tragique sort de Charlie Hebdo ne publient que très rarement des dessins (…et en publieront sans doute encore moins), et que très récemment, Charlie Hebdo et Siné mensuel ont du lancer un appel aux dons auprès de leur lecteurs pour continuer à paraître.

La presse et les médias ont beau se présenter comme les ardents défenseurs de la liberté d’expression, force est de constater que le dessin n’y prend sa part que lorsqu’on met le feu à un journal ou qu’on assassine une rédaction.

La caricature, le dessin satirique, ont de tout temps dénoncé par le rire les abus de pouvoirs, les injustices, les intégristes de tout poils, les travers de nos sociétés, le meilleur hommage que l’on puisse rendre à Charb, Cabu, Honoré, Wolinski, Tignous, c’est d’inciter la presse à favoriser en permanence ce moyen d’expression.

A part entière et en toutes libertés, comme ils le faisaient à Charlie.
Ils ne seront pas morts pour rien. f.f.

Dessin de Chimulus.

charlie-croquis-redaction