Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Charlie Hebdo’

L’humour raté de Stéphane Guillon

Jeudi 26 mars 2015

Guillon-2 Stéphane Guillon tente de se défendre de sa mauvaise plaisanterie (ci-dessous) sur le crash de l’A320 en publiant sur son compte Twitter un dessin de Tignous censé, d’après lui, pratiquer le même humour noir.
Or le dessin de Tignous dénonce ceux qui se précipitent dans un pays après une catastrophe naturelle pour se faire bien voir en profitant de la reconstruction (le dessin est explicite).
Rien à voir avec la vanne, trop rapide, de l’humoriste  qui lui a juste permis de régler ses comptes avec TF1 sur le dos des 150 victimes du crash aérien.
Dans un autre tweet, Stéphane Guillon tente de se sortir de cette « affaire » (il est insulté sur les réseaux sociaux) en invoquant « Ces tartuffes qui pleurent Charlie Hebdo et hurlent avec la meute au moindre trait d’humour noir. L’esprit d’Hara-Kiri est bien mort. »
On peut rire de tout mais pas forcément n’importe comment… Guillon Dieudonné même « combat » ?

Guillon-1

Estienne rend hommage à Cabu et à Charlie

Mercredi 25 mars 2015

IMG_3861Dans le cadre de son Trophée Presse Citron et de la Semaine de la presse, l’école d’arts graphiques Estienne (Paris) à rendu un hommage à son ancien élève Cabu (Jean Cabut). Après la projection du film « Cabu, politiquement incorrect ! » écrit par Bernard Fournier et réalisé par Jérôme Lambert et Philippe Picard, un arbre « remarquable pour sa résistance et sa longévité », un Ginkgo biloba, a été planté dans l’enceinte de l’établissement. Une plaque a ensuite été dévoilée qui donne le nom de Charlie à un amphithéâtre de l’école récemment rénové. Sur cette plaque de marbre sont gravés, un dessin de Charb, et les noms des victimes de l’attentat du 7 janvier 2015.

Les deux cérémonies ce sont déroulées en présence des proches de Cabu et de membres de l’équipe de Charlie Hebdo.

Le dessin de presse à l’ésam de Caen-Cherbourg

Mardi 24 mars 2015

CherbourgLes manifestations autour du dessin de presse ne sont pas toutes reportées ou annulées et les hommages à Charlie Hebdo continuent, c’est tant mieux.

Sarah Fouquet, professeur de design graphique, présente celle organisé à Cherbourg : « Comme chaque année depuis 7 ans, le département design graphique de l’ésam Caen-Cherbourg célèbrera le dessin de presse à l’occasion de la semaine de la presse. Pour cette année très particulière nous rendrons hommage à Charlie Hebdo et aux victimes des attentats en exposant un ensemble d’images produites par des étudiants, anciens étudiants et personnels de l’ésam, images issues d’ailleurs de notre exposition « Charlie je crie ton nom » présentée à Paris fin janvier. L’autre partie de l’exposition se consacrera à l’actualité de cette fin d’année 2014. »

Exposition du 23 mars au 30 avril 2015 à la Maison de l’étudiant de Cherbourg, 2 rue Max Pol Fouchet, 50130 Cherbourg-Octeville.

Le blog Pressez-vous pour plus d’informations.

VernissaheCJCTN-1CJCTN-1

 

 

 

 

 

 

Un hors-série de « dBD » sur le dessin de presse

Lundi 23 mars 2015

Cov dBDblogLe magazine dBD consacre un numéro hors-série au dessin de presse satirique, et à un hommage à Charlie Hebdo.

Dans les 96 pages très illustrées de ce dossier, on peut lire de nombreux entretiens, avec des dessinateurs : Siné, Lefred Thouron, Solé, Pancho, des éditeurs : Hervé Desinge, Lionel Hoëbeke, Jean-Louis Chiflet, ou des proches des dessinateurs disparus Marika, Patrick Pelloux pour Charb, Bernard Fournier pour Cabu.

Frédéric Bosser, maître d’œuvre de ce hors-série, publie également un entretien avec Eric Emptaz, rédacteur en chef du Canard enchaîné, et un autre avec Jean-Louis Porquet, dont Cabu illustrait la chronique « Plouf ! » dans le Canard.

Plusieurs autres témoignages, Charlie Bouhana (Cuba Si), José Fort (L’Humanité) Daniel Fuchs (Hara-Kiri), Numa Sadoul (« Dessinateurs de presse », Glénat), Jean-Michel Ribes (théâtre du Rond-Point), et Ronald Virag (« Bitologue » de Wolinski), complètent ce numéro très riche en anecdotes et souvenirs.

En illustration, la couverture avec un dessin signé Beb-deum.

(Petites précisions : je signe plusieurs articles dans ce numéro (journaux satiriques, la relève du métier) et je répond aux questions de Frédéric Bosser  sur la création de l’hebdomadaire La Grosse Bertha, mais, contrairement à ce qui est indiqué dans l’édito, je ne suis pas « historien » du dessin de presse. Je rajouterai ni spécialiste, tout au plus un passionné et ardent défenseur de ce moyen d’expression. f.f.)

La presse s’intéresse à l’argent de Charlie Hebdo

Samedi 21 mars 2015

718368-charlieAprès 20 minutes, c’est au tour du quotidien Le Monde de consacrer un article aux « Tensions à « Charlie Hebdo» sur le mode de gestion du journal ».

Extraits : « Je suis écœuré que des éléments tirés de réunions internes se retrouvent dans la presse. Nous avions des engagements mutuels. Ce n’est pas digne de Charlie Hebdo », regrette Eric Portheault, directeur financier du journal  [...]

A propos de l’ouverture du capital à un actionnariat salarié Le Monde écrit : [...]« C’est le point qui cristallise le plus les tensions. La dépêche* était titrée : « Division à CharlieHebdo sur l’argent du journal ». Des proches de la direction sous-entendent qu’il est indigne d’évoquer dès aujourd’hui la répartition future du capital car elle concerne notamment les 40 % détenus par Charb, dont les parents sont encore en deuil. La dessinatrice Coco, qui ne fait pas partie du collectif créé cette semaine, a envoyé un message dans ce sens.
« En tant qu’avocat dans ce journal depuis vingt-trois ans, je m’interdis de m’exprimer dans les médias sur une situation qui me désole et qui m’inquiète. Je sens des tensions certaines. J’ai une pensée particulière pour les familles des victimes et me demande comment ils regardent cela », déclare Richard Malka. L’avocat est très actif dans la vie du journal et y a fait venir la communicante Anne Hommel, qui, comme lui, a travaillé pour Dominique Strauss-Kahn. M. Malka est aussi proche du dessinateur Riss.»
Une situation qui désole Patrick Pelloux, mais il n’est pas le seul, chroniqueur de l’hebdomadaire satirique, « On essaye de nous faire passer pour des cupides, c’est n’importe quoi »…
* de l’AFP.
A lire également ce billet paru en Une de l’Est républicain du 21.3.2015 :
CH Est Repu

A qui appartient Charlie Hebdo ?

Vendredi 20 mars 2015

Charlie-1182Lu dans 20 minutes l’article « La cagnotte de «Charlie Hebdo» crée des tensions au sein de la rédaction du journal« . Extrait :

« Laurent Léger (journaliste de Charlie Hebdo, ndlr) a annoncé mercredi en conférence de rédaction avoir créé un collectif pour ouvrir des négociations sur une répartition égalitaire du capital», a indiqué à l’AFP l’un des avocats du journal, représentant de la direction, qui n’a pas souhaité être nommé. Dans un courriel dont l’AFP a obtenu une copie, Laurent Léger précise que ce collectif réunit onze collaborateurs, dont lui-même, l’urgentiste Patrick Pelloux et le dessinateur Luz. Ce collectif a engagé deux avocats, Antoine Comte et Stéphane Servant. Charlie Hebdo est détenu actuellement à 40% par les parents de Charb, ayants droit de leur fils tué dans l’attaque du 7 janvier, 40% par le dessinateur Riss, nouveau directeur de la publication blessé à l’épaule, et 20% par Eric Portheault, directeur général. »

Une bonne idée d’actionnariat collectif initiée par Luz et reprise aujourd’hui par le collectif. 20 minutes rajoute « «La direction l’a appris mercredi. Nous prenons acte des souhaits des salariés d’être associés à la vie du journal. Mais nous sommes très loin de la réflexion sur l’actionnariat», a commenté l’avocat du journal, expliquant que les dirigeants étaient «navré » de cette initiative. »

Autre question corollaire : si Charlie Hebdo avait passé un accord financier (dérisoire) avec Cavanna pour l’utilisation du titre qu’il avait inventé, on peut se demander comment celui-ci a été renouvelé avec ses ayant-droits ?

La nouveauté dans cette affaire c’est cette information : « a indiqué à l’AFP l’un des avocats du journal, représentant de la direction, qui n’a pas souhaité être nommé. »…