Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Charlie Hebdo’

Le meilleur de Willem

mardi 5 juin 2018

Vient de paraître “Macron l’amour fou” aux éditions Les Requins Marteaux.

A paraître fin 2018, “Le bon, le vrai, le beau”, 50 ans de revues de presse publiées dans De Nieuwe Linie, Ix, Hara-Kiri Hebdo, Charlie Hebdo, Charlie mensuel, Zéro, Libération, Charlie Hebdo 2. Un demi-siècle de créations graphiques dénichées et répertoriées par Willem. Actuellement en souscription chez l’éditeur Jean-Pierre Faur, voir document ci-dessous (cliquer dessus).

En photo (Philippe Lagautrière) : Willem parmi les trésors de la librairie de Jean-Pierre Faur, Un Regard Moderne, 10 rue Gît-le-Cœur 75006 Paris.

 

 

 

Que peut la satire ?

mercredi 23 mai 2018

Depuis le massacre du 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo on ne s’est jamais autant intéressé à la caricature et au dessin de presse, même si on constate à regret qu’il n’y a pas plus de place pour ce moyen d’expression dans les médias. Avec l’album de BD « Le pouvoir de la satire » (Dargaud) ce sont deux dessinateurs qui s’y collent, Fabrice Erre et Terreur Graphique (Georges Boissier).

Historique (deux siècles), liberté d’expression, censure, presse (« racine de la démocratie »), analyse de la satire, tout les thèmes y sont passés en revue et on peut juste regretter que ne soit pas abordé le statut économique et social des dessinateurs. C’est dense (pré-publié en chapitres dans l’excellente Revue dessinée), illustré par pas mal d’anecdotes, on y cite beaucoup Charlie Hebdo, et surtout les auteurs se posent beaucoup de questions sur ce qui est encore aujourd’hui un métier. L’album se termine par ces constats « la satire prend de nouvelles formes, surgit à d’autres endroits : elle est toujours là ! », et « Ce n’est pas sûr qu’elle puisse sauver le monde, mais au moins le rendre plus libre (Et plus drôle !)». Drôle, c’est une des qualités de l’album à défaut de nous convaincre totalement que la satire (et son « esprit frondeur ») a un réel pouvoir.

Dessins et dessinateurs

mercredi 21 mars 2018

Des informations glanées de ci-de-là :

Exposition de dessins de Wolinski au Palais de Tokyo à Paris, du 13 avril au 13 mai 2018.

Charlie Hebdo préparerait une nouvelle maquette pour relancer ses ventes qui sont au plus bas. Celle-ci serait confiée à Jean Bayle déjà auteur d’une nouvelle mise en pages en 1993.

Le prochain numéro de Zélium (n°10) revient dans les kiosques à journaux le 3 avril après un an d’absence. Le dessin de couverture est signé LB qui a également signé ces derniers mois des couvertures de Siné mensuel.

Eric Salch (Fluide Glacial) dessine désormais pour Charlie Hebdo. Il se dit aussi que la signature Zorro cacherait celle de François Boucq, en tout cas ça y ressemble. Celui-ci avait déjà dessiné dans l’hebdo en 2015 pour soutenir sa reparution. Autre (nouvelle) signature celle de Biche (Adrien Bernardet).

Le prochain album de Catherine Meurisse sera publié en septembre 2018 aux éditions Dargaud.

Selon un membre éminent de l’Eiris, Bernard Bouton ne sera peut-être pas présent à la BnF le 22 mars pour la Journée d’étude sur le dessin de presse et c’est bien dommage.

La librairie Un Regard Moderne va présenter prochainement une réédition du mythique Album Primo-Avrilesque d’Alphonse Allais paru en 1897. Illustration ci-dessous Gallica.

Vive les comédiens et Cabu !

vendredi 16 mars 2018

Sur la page Facebook de Fait d’Images quelques photos de l’exposition “Vive les comédiens !” qui présente dans le cadre de la Comédie française plus de 200 dessins réalisés par Cabu. L’inauguration a eu lieu le 15 mars en présence de Véronique Cabu-Brachet, Eric Ruf, l’administrateur général, Jean-François Pitet, concepteur de l’exposition, et d’une centaine de personnes parmi lesquelles figuraient des membres de la rédaction du Canard enchaîné, de Charlie hebdo et Philippe Val, ainsi que des dessinateurs, Pétillon, Wozniak, Riss, Mougey, Salch. Si le grand public peut voir une partie des dessins de Cabu dans la rotonde d’accueil au rez-de chaussée, il doit assister à une représentation (ou plusieurs) pour découvrir l’ensemble des dessins répartis dans tout l’édifice (y compris dans les toilettes).

L’événement donne l’occasion de découvrir ou de redécouvrir l’immense production de Cabu sur le théâtre, notamment les affiches, et le grand nombre de reportages publiés dans Hara-Kiri, Le Canard enchaîné et Charlie hebdo.

Une affiche, un livret et des cartes postales ont été éditées à cette occasion. Comédie française, 1 Place Colette, 75001 Paris.

Une Duduchothèque pour les dessins de Cabu

vendredi 16 février 2018

Le quotidien L’Ardennais titre dans son édition du 15 février 2018 : “Bientôt un Duduchothèque à Châlons pour exposer les œuvres de Cabu” et rajoute en sous-titre “Le futur espace Cabu s’est précisé jeudi soir lors du conseil municipal. Il sera baptisé La Duduchothèque et abritera des milliers d‘œuvres du dessinateur.” L’article précise : “Ce dépôt prend la forme d’un prêt gracieux – conformément à la volonté du dessinateur qui n‘a jamais voulu monétiser la transmission de ses œuvres – consenti d‘abord pour une durée de dix ans et renouvelable tous les cinq ans. Croquis et esquisses prendront place au sein de la… Duduchothèque. Situé au rez-de-chaussée du 68, rue Léon-Bourgeois, l‘endroit est aujourd’hui occupé par le Maison de l’architecture en Champagne-Ardenne et l’Ordre des architectes, qui doivent déménager au printemps.” L’article détaille les conditions d’utilisation et de consultation des dessins souhaitées par Véronique Brachet-Cabut, femme du dessinateur.

Dans un communiqué diffusé le 16 février la ville de Châlons donne plus de précisions sur le projet : “

Monsieur Benoist Apparu, Maire de Châlons-en-Champagne et le Conseil municipal sont heureux d’annoncer que la famille du dessinateur CABU (Véronique, son épouse, Marie-Thérèse, sa sœur et Michel, son frère) a décidé de confier à la Ville de Châlons ses œuvres de jeunesse.

Ce fonds est constitué de dessins d’enfance (remontant à ses 10 ans), de dessins publiés dans L’Union ou restés inédits, de croquis. Y sont caricaturés la société châlonnaise de l’époque, comme les personnalités qui y passaient en tournée. De nombreux dessins d’humour sur la vie quotidienne comme sur le quotidien des adolescents montrent que son talent a très vite été singulier.

Seront également joints plusieurs recueils de cartes postales anciennes de Châlons et des documents de travail de Cabu liés à sa ville de naissance ainsi que le meuble à peinture de son père, Marcel Cabut.

L’ensemble sera accueilli à l’espace Cabu situé 68 rue Léon Bourgeois et qui, d’un commun accord entre la ville et la famille s’appellera « La Duduchothèque ».

D’ici la fin de l’année 2018, après des travaux de réaménagement, une exposition thématique sera présentée dans ces lieux afin de montrer à chacun le regard unique de Cabu. Ce sera le premier des événements rendus possibles grâce à ce fonds qui vient enrichir le patrimoine et amplifier l’attractivité culturelle de la Châlons-en-Champagne.

Une conférence de presse sera organisée début mars.

Info dénichée par Christophe Postel.

A noter qu’une exposition de dessins de Cabu sur le théâtre devrait être présentée en 2018 dans le cadre de la Comédie française.

Photo L’Ardennais.

Suivez aussi Fait d’Images sur Facebook

Vuillemin expose à Paris

jeudi 15 juin 2017

VuilleminA lire l’entretien accordé par le dessinateur Vuillemin dans le cadre de l’exposition “Le meilleur de lui-même” à la galerie Huberty & Breyne 91, Rue Saint-Honoré – 75001 Paris. Du 16 juin au 2 septembre 2017. Vernissage le 15 juin à partir de 18h 30.

Le dessinateur explique comment il est entré à Charlie Hebdo et parle de son travail dans cet hebdomadaire, extrait :

“Il y a quelques années j’avais déjà évoqué avec Charb l’idée de collaborer pour Charlie mais comme je suis fainéant ça ne s’était pas fait. En 2015, lorsque Coco (Corine Rey) m’a appelé pour me demander si j’aimerais les rejoindre, j’ai accepté. Je me suis aperçu que, jusqu’ici, je ne m’étais plus ou moins cantonné qu’aux Sales Blagues. Ce qui me manquait c’était le stress d’une parution régulière. Ça me pousse au cul. J’ai commencé par déposer mon dessin toutes les semaines au journal et progressivement je me suis installé. Aujourd’hui ça me fait plaisir de les retrouver toute les semaines pour la conférence de rédaction.” […]
L’exposition présente les dessins publiés dans Charlie depuis deux ans et une série de rébus inspirée de “A la recherche du temps perdu” de Marcel Proust.