Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Charlie Hebdo’

Un répit pour Charlie hebdo et Siné mensuel

Mardi 18 novembre 2014

index Selon l’AFP : « Le journal satirique Charlie Hedbo, en difficulté financière, avait recueilli 28.000 euros lundi, une dizaine de jours après le lancement de son appel aux dons, a fait savoir l’hebdomadaire. Charlie Hebdo, qui souhaite « dans l’idéal » récolter 1 million d’euros, a précisé avoir enregistré 200 abonnements supplémentaires depuis le 5 novembre, date de l’ouverture des dons.

WILLEM_fente-web« Tout compris, on vend 30.000 exemplaires chaque semaine, contre 55.000 il y a 5 ou 6 ans. Il faudrait en écouler 35.000 pour être à l’équilibre », a expliqué le journaliste et dessinateur Stéphane Charbonnier, alias Charb, directeur de la publication du journal. « L’an dernier, on a perdu 50.000 euros. On va peut-être en perdre le double cette année », a-t-il ajouté. [...]

Autre journal satirique en difficulté, Siné Mensuel a également appelé ses lecteurs à contribution, début octobre. Lundi, le titre avait recueilli plus de 50.000 euros de dons, soit plus de la moitié de l’objectif des 100.000 euros fixé initialement. « 

En illustration dessin de Charb et de Willem.

Vu à la télé

Mercredi 12 novembre 2014

Coup de pouce à Siné mensuel et Charlie hebdo de Laurent Ruquier qui a rappelé dans son émission On n’est pas couché du 8 novembre 2014 que ces deux journaux avaient lancé un appel aux dons à leurs lecteurs pour continuer à paraître.

La séquence consacrée aux dessins parus dans la presse dans son intégralité.

Ruquier-SMCH-RuquierDessin de Faujour pour Siné mensuel et de Reiser pour le livre de Charlie hebdo.

Situation critique pour Siné mensuel et Charlie hebdo

Mardi 4 novembre 2014

ns2-cannabis-650Les journaux satiriques Siné mensuel et Charlie hebdo font appel, chacun de leur côté, à leurs lecteurs pour sauver leur titre.

Dans un texte publié avant la sortie du numéro dans les kiosques Charlie hebdo écrit sous le titre « Charlie en danger » : « Aidez-nous. Les ventes ne couvrent plus le coût de fabrication du journal, sa viabilité est menacée. Il n’est pas question pour nous d’augmenter le prix de vente de Charlie, et pourtant il faut qu’on trouve rapidement les moyens de continuer à exister sans dépendre d’actionnaires extérieurs ou de l’attaque de banques.
Charlie Hebdo doit rester cette splendide verrue sur le nez mou du consensus médiatique ! Que deviendrait la meute des curés de la bien-pensance, qui nous traitent alternativement de pédés, d’homophobes, de Juifs, d’Arabes, d’islamophobes, de christianophobes, de laïcards, de féministes, de misogynes, de bougnoules, de racistes, de gauchistes, de socialistes, de végétariens, de mangeurs de cadavres, d’anarchistes, de staliniens, de punks à chien, de centristes à chat (consultez les réseaux sociaux pour avoir la liste complète) ?
Aujourd’hui, vous pouvez soutenir la résistance aux deux premières religions du monde : l’Intolérance et la Bêtise. Rejoignez le djihad pacifique contre la connerie ! C’est possible en faisant un don à Charlie Hebdo. Un don défiscalisé à hauteur de 66% pour les particuliers et de 60% pour les entreprises. »

De son côté, Siné mensuel consacre la Une de son numSM36_COUV-BATéro à paraître le 5 novembre à un appel au soutien de ses lecteurs à qui il demande de l’aide pour pouvoir continuer. Une prochaine réunion de la rédaction devrait sceller le sort du journal si la collecte des dons n’augmente pas suffisamment. Dans un communiqué Siné mensuel écrit :

« La campagne d’appel aux dons que nous avons lancée le mois dernier fonctionne bien, mais pas assez. Nous avons récolté 18 500 €, ce qui est déjà beaucoup, mais trop peu pour envisager un avenir au-delà de 2014. On sait bien que tout le monde est dans la mouise. Sauf, manque de bol, ceux qui nous ne lisent pas ! Si rien ne se passe, c’est une assurance de mort certaine. Nous n’avons pas les moyens de nous offrir des campagnes de pub, et notre seul soutien, ce sont les lecteurs. »

Dessin de Luz pour la couverture du numéro spécial de Charlie Hebdo sur le cannabis et de Berth pour Siné mensuel.

La presse satirique et les temps de crise

Vendredi 24 octobre 2014

Sarko_back_zelium_lightSiné annonce dans sa dernière Mini zone que Siné mensuel a recueilli après son appel aux dons près de 12 000 euros en deux semaines, une somme importante mais « encore loin du compte pour commencer à apercevoir des lendemains qui chantent ! ». Selon le journal, 2 000 acheteurs supplémentaires permettraient de lui assurer un avenir plus serein.

De son côté le journal Zélium dévoile dans un communiqué avoir atteint son objectif de 8 500 euros sur le site participatif Ulule pour financer ses deux prochains numéros. L’équipe dit vouloir continuer la collecte avec l’intention de consacrer ces nouveaux financements à un troisième numéro, et, si les 15 000 euros sont atteints, à la création d’« un bistro Zélium, bar associatif dédié au dessin de presse et aux médias indépendants. »

Pour Charlie Hebdo, qui a échangé son slogan de « Journal irresponsable » contre celui de « Nouvelle formule », son directeur Charb interrogé sur ses projets a répondu au Courrier Picard « faire vivre Charlie Hebdo dans un contexte difficile : celui de la crise de la presse et de crise qui touche tout le monde. La situation est compliquée, mais c’est une lutte de tous les jours. » Prochainement les abonnés de l’hebdomadaire devraient pouvoir consulter le journal en ligne.

Enfin, Le Canard enchaîné, pilier de la presse satirique française avec ses 399 567 exemplaires a annoncé pour 2014 une baisse de son chiffre de ventes de 16 % en 2013. L’année précédente il avait déjà été de 5,7%. A noter que l’hebdomadaire continue à faire des « essais » pour recruter de nouveaux dessinateurs.

En illustration dessin de ÏoO pour Zélium.

Deux livres de Wolinski

Lundi 6 octobre 2014

9782021187953A 80 ans, Georges Wolinski, auteur prolifique et inventeur d’une écriture dessinée qui n’appartient qu’à lui, se lance dans le roman graphique avec « Le village des femmes » (Seuil). Un récit dont le thème n’est pas loin de nous rappeler le film de Riad Sattouf « Au royaume des filles » sorti en 2014 dans les salles de cinéma.
Extrait de l’article qui lui a été consacré dans le Journal du Dimanche (dans lequel il dessine ) :

« Georges Wolinski a tellement aimé les femmes qu’il a fait un rêve : et s’il leur prenait l’envie de vouloir tout diriger, non seulement leur existence mais aussi les affaires de la cité. Dans son premier roman graphique, Wolinski s’invente un double, Olivier, vieux dessinateur solitaire et blasé. Son coup de foudre pour une jeune étudiante, Anna, le mène jusque dans l’Orne, dans le « village des femmes ». Les hommes n’y sont tolérés qu’à condition d’être « accompagnés par des femmes qui se portent garantes d’eux ». Ils se maquillent, portent des robes et des perruques, ils ne traînent pas dans les rues, veillent à la bonne tenue de la maison. Pendant ce temps, les femmes passent des heures au café, font de la politique, ont des amants (ou des maîtresses). »

Autre livre « Wolinski mes années 70 » publié aux éditions Les Echappés – Charlie Hebdo, 320 pages, 500 dessins, à paraître le 16 octobre 2014
ECH-Wolin-400Extrait de la présentation de l’éditeur :

« Wolinski, c’est un mythe. Et plonger dans ses dessins inédits des années 70, c’est découvrir ses premières armes, son trait qui s’affirme, ses positions politiques qui se renforcent. Chaque semaine, la “Une” de Charlie Hebdo était choisie à partir des nombreux dessins proposés par les dessinateurs de l’équipe. Ses “couvertures échappées” non publiées, Wolinski les a précieusement conservées. »

C’est aussi pendant ses années, en 1974, Que Wolinski rejoint le quotidien communiste L’Humanité après que plusieurs autres dessinateurs de l’époque aient décliné la proposition. Ses dessins seront réunis dans plusieurs albums édités par le journal. Cette collaboration « engagée » suscitera une polémique au sein de la rédaction de Charlie Hebdo.

A noter aussi que Georges Wolinski, après Léo Kouper, Etienne Delessert et Cabu, sera le parrain d’honneur du Salon d’Automne 2014 qui se tient à Paris sur les Champs-Elysées du 15 au 19 octobre. A cette occasion, il exposera 22 planches en couleur, 3 planches dessinées à l’encre, 1 croquis de 1972, 1 dessin rendant hommage à Modigliani, 1 peinture, ainsi qu’un dessin de son père, Siegfried Wolinski.

Miège et la minute de l’injure raciale

Mercredi 1 octobre 2014

MiegeDavid Miège, le dessinateur du journal d’extrême droite Minute risque 2 000 euros d’amende pour un dessin représentant « un petit singe pleurant à côté d’un avocat, lequel explique que son client porte plainte pour avoir été odieusement caricaturé en madame Taubira ». L’hebdomadaire, et son directeur, sont menacés d’une amende de 5 000 euros pour l’avoir publié.

La plainte portée contre le dessinateur par le MRAP pour injure à caractère racial, a été examinée le 24 septembre 2014 par la 17ème chambre du tribunal de Grande instance de Paris. A lire le compte-rendu de l’audience dans Libération. Jugement le 30 octobre 2014.

Dans une video diffusée sur le site Délit d’Images et sur Youtube, le dessinateur qui a repris à son compte le style graphique de Konk (ex collaborateur de Minute à la retraite), explique ses démêlés avec la justice et indique qu’il se place dans la tradition de Daumier, de Pierre Desproges, et dénonce Charb de Charlie Hebdo « un de ses excellents confrères » qui lui n’a pas été poursuivi pour un dessin qu’il juge « déplacé » sur Christiane Taubira. Cette émission de TV Libertés ayant été enregistrée avant le jugement on y entre-aperçoit le dessin incriminé (photo d’illustration).

Une souscription « Soutenons Miège et la liberté d’expression ! » a été lancée « pour faire face aux frais de procédure » «(dons déductibles de vos impôts) » (sic !), par le site nationaliste SB Actions.

Merci à D.B.