Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Charlie Hebdo’

La presse satirique et les temps de crise

Vendredi 24 octobre 2014

Sarko_back_zelium_lightSiné annonce dans sa dernière Mini zone que Siné mensuel a recueilli après son appel aux dons près de 12 000 euros en deux semaines, une somme importante mais « encore loin du compte pour commencer à apercevoir des lendemains qui chantent ! ». Selon le journal, 2 000 acheteurs supplémentaires permettraient de lui assurer un avenir plus serein.

De son côté le journal Zélium dévoile dans un communiqué avoir atteint son objectif de 8 500 euros sur le site participatif Ulule pour financer ses deux prochains numéros. L’équipe dit vouloir continuer la collecte avec l’intention de consacrer ces nouveaux financements à un troisième numéro, et, si les 15 000 euros sont atteints, à la création d’« un bistro Zélium, bar associatif dédié au dessin de presse et aux médias indépendants. »

Pour Charlie Hebdo, qui a échangé son slogan de « Journal irresponsable » contre celui de « Nouvelle formule », son directeur Charb interrogé sur ses projets a répondu au Courrier Picard « faire vivre Charlie Hebdo dans un contexte difficile : celui de la crise de la presse et de crise qui touche tout le monde. La situation est compliquée, mais c’est une lutte de tous les jours. » Prochainement les abonnés de l’hebdomadaire devraient pouvoir consulter le journal en ligne.

Enfin, Le Canard enchaîné, pilier de la presse satirique française avec ses 399 567 exemplaires a annoncé pour 2014 une baisse de son chiffre de ventes de 16 % en 2013. L’année précédente il avait déjà été de 5,7%. A noter que l’hebdomadaire continue à faire des « essais » pour recruter de nouveaux dessinateurs.

En illustration dessin de ÏoO pour Zélium.

Deux livres de Wolinski

Lundi 6 octobre 2014

9782021187953A 80 ans, Georges Wolinski, auteur prolifique et inventeur d’une écriture dessinée qui n’appartient qu’à lui, se lance dans le roman graphique avec « Le village des femmes » (Seuil). Un récit dont le thème n’est pas loin de nous rappeler le film de Riad Sattouf « Au royaume des filles » sorti en 2014 dans les salles de cinéma.
Extrait de l’article qui lui a été consacré dans le Journal du Dimanche (dans lequel il dessine ) :

« Georges Wolinski a tellement aimé les femmes qu’il a fait un rêve : et s’il leur prenait l’envie de vouloir tout diriger, non seulement leur existence mais aussi les affaires de la cité. Dans son premier roman graphique, Wolinski s’invente un double, Olivier, vieux dessinateur solitaire et blasé. Son coup de foudre pour une jeune étudiante, Anna, le mène jusque dans l’Orne, dans le « village des femmes ». Les hommes n’y sont tolérés qu’à condition d’être « accompagnés par des femmes qui se portent garantes d’eux ». Ils se maquillent, portent des robes et des perruques, ils ne traînent pas dans les rues, veillent à la bonne tenue de la maison. Pendant ce temps, les femmes passent des heures au café, font de la politique, ont des amants (ou des maîtresses). »

Autre livre « Wolinski mes années 70 » publié aux éditions Les Echappés – Charlie Hebdo, 320 pages, 500 dessins, à paraître le 16 octobre 2014
ECH-Wolin-400Extrait de la présentation de l’éditeur :

« Wolinski, c’est un mythe. Et plonger dans ses dessins inédits des années 70, c’est découvrir ses premières armes, son trait qui s’affirme, ses positions politiques qui se renforcent. Chaque semaine, la “Une” de Charlie Hebdo était choisie à partir des nombreux dessins proposés par les dessinateurs de l’équipe. Ses “couvertures échappées” non publiées, Wolinski les a précieusement conservées. »

C’est aussi pendant ses années, en 1974, Que Wolinski rejoint le quotidien communiste L’Humanité après que plusieurs autres dessinateurs de l’époque aient décliné la proposition. Ses dessins seront réunis dans plusieurs albums édités par le journal. Cette collaboration « engagée » suscitera une polémique au sein de la rédaction de Charlie Hebdo.

A noter aussi que Georges Wolinski, après Léo Kouper, Etienne Delessert et Cabu, sera le parrain d’honneur du Salon d’Automne 2014 qui se tient à Paris sur les Champs-Elysées du 15 au 19 octobre. A cette occasion, il exposera 22 planches en couleur, 3 planches dessinées à l’encre, 1 croquis de 1972, 1 dessin rendant hommage à Modigliani, 1 peinture, ainsi qu’un dessin de son père, Siegfried Wolinski.

Miège et la minute de l’injure raciale

Mercredi 1 octobre 2014

MiegeDavid Miège, le dessinateur du journal d’extrême droite Minute risque 2 000 euros d’amende pour un dessin représentant « un petit singe pleurant à côté d’un avocat, lequel explique que son client porte plainte pour avoir été odieusement caricaturé en madame Taubira ». L’hebdomadaire, et son directeur, sont menacés d’une amende de 5 000 euros pour l’avoir publié.

La plainte portée contre le dessinateur par le MRAP pour injure à caractère racial, a été examinée le 24 septembre 2014 par la 17ème chambre du tribunal de Grande instance de Paris. A lire le compte-rendu de l’audience dans Libération. Jugement le 30 octobre 2014.

Dans une video diffusée sur le site Délit d’Images et sur Youtube, le dessinateur qui a repris à son compte le style graphique de Konk (ex collaborateur de Minute à la retraite), explique ses démêlés avec la justice et indique qu’il se place dans la tradition de Daumier, de Pierre Desproges, et dénonce Charb de Charlie Hebdo « un de ses excellents confrères » qui lui n’a pas été poursuivi pour un dessin qu’il juge « déplacé » sur Christiane Taubira. Cette émission de TV Libertés ayant été enregistrée avant le jugement on y entre-aperçoit le dessin incriminé (photo d’illustration).

Une souscription « Soutenons Miège et la liberté d’expression ! » a été lancée « pour faire face aux frais de procédure » «(dons déductibles de vos impôts) » (sic !), par le site nationaliste SB Actions.

Merci à D.B.

Les Unes « historiques » de Charlie Hebdo

Mardi 30 septembre 2014

ECH-unes-69-81-400Après les livres publiés par les éditions Hoëbeke (Les années Charlie, 2004, Hara- Kiri Les belles images, 2008, Le Pire d’Hara-Kiri, 2010, Hara-Kiri, jusqu’à l’os, 2011), Glénat (La gloire de Hara-Kiri, 2014), sans oublier « Bête, Méchant et hebdomadaire » de Stéphane Mazurier ( Buchet-Chastel, 2009), il ne restera bientôt plus rien à publier sur la fabuleuse épopée éditoriale Hara-KiriCharlie Hebdo.
Un dernier album volumineux, à paraître le 2 octobre 2014, va peut-être clôturer cette série de livres nostalgiques (à moins que Delfeil de Ton nous livre un jour son récit complet de cette époque…).

« Charlie Hebdo – 1969 Les Unes 1981» propose sur 320 pages, la totalité (700) des désormais mythiques premières pages de L’hebdo Hara-Kiri et de Charlie Hebdo parues au siècle dernier (y compris celles de l’éphémère Charlie matin). Elles sont signées Cabu, Carali, Pr Choron, Dimitri, Fournier, Gébé, Golo, Hugot, Nicoulaud, Reiser, Siné, Willem et Wolinski.

Dans son texte de présentation Charb, aujourd’hui directeur de la nouvelle version de Charlie Hebdo, écrit « J’ai appris à lire à l’école, mais j’ai appris à lire un dessin dans Hara-Kiri et Charlie Hebdo. Il paraît que Cavanna disait qu’un bon dessin devait être un coup de poing dans la gueule… Qu’est-ce que je m’en suis pris ! On dit que les dessins de Hara-Kiri et de Charlie Une-Hebdo-Hara-KiriHebdo étaient violents, mais ils l’étaient cent fois moins que la connerie qu’ils dénonçaient ! »

A noter le travail de Harold Peiffer et Philippe Ghielmetti sur la maquette qui restitue la plupart des Unes « dans leur jus » même si l’on peut regretter quelques numéros présentés sans le logo-titre. Quelques lignes en signalent la raison  à la fin de l’ouvrage « La couverture n°367 et les logos Hara-Kiri n’ont pu être reproduits. Pour les couvertures de la période Hara-Kiri, seuls les dessins de Une ont été utilisés. » Pour mémoire le logo-titre de l’Hebdo Hara-Kiri intégrait un dessin de Cavanna (voir illustration).

« Charlie Hebdo – Les Unes – 1969 à 1981» est publié par les éditions Les Echappés-Charlie Hebdo. 39 euros.

Depuis des années les Unes et couvertures des éditions des Trois-Portes sont également visibles sur Internet : http://palladio.free.fr/harakiri/

Télérama dialogue avec 2 dessinateurs

Lundi 29 septembre 2014

Meurisse-Orsay-221x300Catherine Meurisse, dessinatrie et auteure BD (Charlie Hebdo) et Riad Sattouf (Fluide glacial, Charlie Hebdo), auteur BD et réalisateur, sont les seuls dessinateurs invités à la journée « Télérama dialogue #2 » qui se déroulera le lundi 29 septembre 2014 au Théâtre du rond-point, 2, bis avenue Franklin Roosevelt, 75008 Paris.

L’hebdomadaire présente ainsi ses rencontres « Toute la rédaction de Télérama se mobilise une journée durant pour célébrer le travail d’artistes, créateurs et intellectuels avec lesquels l’hebdomadaire entretient une relation singulière. Chaque journaliste a choisi d’interviewer selon son goût, sa curiosité, une personnalité marquante – arabe_c12-tt-width-300-height-430-bgcolor-FFFFFFprésente ou pas dans l’actualité de cette rentrée culturelle, star dans sa discipline ou pas encore révélée au plus grand nombre. L’occasion, pendant toute une journée, d’entendre parler littérature, cinéma, musique, design, théâtre, photographie, BD, mais aussi journalisme et sciences humaines… »

La rencontre avec Catherine Meurisse est programmée à 15h, salle Jean Vauthier, et celle avec Riad Sattouf à 19h 30, salle Jean Tardieu. Tarif unique : 4 euros la rencontre. Programme complet sur le site de Télérama.

En illustration, les derniers albums publiés par Catherine Meurisse et Riad Sattouf.

Jean-Jacques Pauvert aimait aussi le dessin

Dimanche 28 septembre 2014

Bizarre36-37Jean-Jacques Pauvert qui vient de décéder à l’âge de 88 ans a été l’éditeur de nombreux ouvrages consacrés à l’érotisme et au Marquis de Sade, mais il a aussi été l’éditeur historique de Siné dont il publiera en 1955 le premier livre « Complaintes sans paroles ».

La même année il reprend la revue Bizarre, créée par Éric Losfeld, une publication qui compte parmi ses collaborateurs Raymond Queneau, Jean-Christophe Averty, François Caradec, Michel Leiris, Michel Laclos, Jacques Sternberg, mais aussi les dessinateurs Cardon, Siné, Wolinski, Topor, Magritte, Gourmelin, Folon, Chaval, Fred, Gébé, Mose, Solo, Ylipe, Cabu, Maurice Henry, Copi, Grove, Tetsu, Morez, Avoine, Bonnot, entre autres.

Jean-Jacques Pauvert publiera ensuite d’autres livres de Siné «Portée de chats » (1957), «Les proverbes» (1958), «Les Chats» (1959), «Tout ça n’est rien quand on a la sainteté» (1959), «Dessins avariés» (1960), «Dessins de l’Express – tome 1 » (1961), « Dessins de l’Express – tome 2 » (1963), «Haut le cœur ! » (1965), «C.I.A.» (1968), et «Erotissiné» (1980).
 
En 1961, Jean-Jacques Pauvert aidera Siné à créer l’hebdomadaire « Siné Massacre » (mensuel pour les deux derniers numéros) qui ne verra paraître que 9 numéros et récoltera 9 procès.

Lors des évènement de mai 1968, Jean-Jacques Pauvert aide encore Siné à la création de « L’Enragé » qui n’aura que 12 numéros mais le journal donnera l’idée à Cavanna, Georges Bernier-Pr Choron, et à l’équipe du mensuel Hara-Kiri, de créer en 1969 « L’Hebdo Hara-Kiri » qui deviendra par la suite « Charlie Hebdo ».