Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Choron’

Wolinski pour ceux qui n’ont jamais osé l’aimer

jeudi 10 novembre 2016

15003221-1513091618707029-6356221017720288620-o« Le bonheur est un métier » (Glénat) est un des meilleurs livres de Wolinski. Georges Wolinski y raconte sa vie, son travail, on y croise Cavanna, Siné, Reiser, Choron, et c’est passionnant car cette autobiographie, composée de ses textes et de ses dessins mis en perspective par Virginie Vernay, révèle tout ce qui donne corps à l’œuvre d’un auteur.

Toute sa vie Wolinski en a agacé plus d’un avec sa fausse nonchalance et ses gros cigares, ce n’était pourtant qu’une carapace pudique derrière laquelle il s’amusait à observer en toute liberté ses contemporains. L’ensemble de ses dessins, et ce livre en particulier, traduisent parfaitement son plaisir à vivre son époque, et surtout son métier.

La postface du livre reprend le texte d’Elsa Wolinski, sa fille, paru dans le magazine Elle en janvier 2015.

A l’occasion de la parution de ce livre, Arte propose cinq petits films autour du livre avec la participation de sa femme Maryse Wolinski, de Martine Mauvieux de la Bnf, de Caroline Mangez, rédactrice en Chef « actualités » à Paris-Match, de Jacques Glénat éditeur, et de Joël Garestier, maire de la Commune de Saint-Just-Martel : http://info.arte.tv/fr/le-bonheur-est-un-metier-wolinski-raconte-wolinski

Delfeil de Ton fait revivre Hara-Kiri hebdo

jeudi 21 avril 2016

Affiche_Delfeil_BlondeauxLongtemps, Moi, Odile, la femme à Choron (Mengès) et Bête et méchant de Cavanna (Livre de Poche), lus et relus, ont été mes livres de chevet. Ce sont ces récits qui m’ont donné envie de créer un journal, un journal satirique (et qui sait, de recommencer…). Aujourd’hui, je peux rajouter à ces deux titres Ma véritable histoire d’Hara-Kiri hebdo de Delfeil de Ton, publié par Les Cahiers dessinés.

Tous les noms qui ont fait la réussite de cette aventure éditoriale hors-normes, Cavanna, Choron, Reiser, Cabu, Wolinski, Gébé, Fred, Pellaert, Fournier, Topor, Siné, Willem, y sont. Et on se demande, une fois de plus, comment il a été possible de réunir tant de talents et les faire travailler ensemble sans la présence d’un directeur des ressources humaines ;-). Delfeil de Ton y parle aussi un peu de lui, normal, il y était, et franchement il l’écrit drôlement bien cette histoire. ff.

13041256_10153989410865569_1488094167180817280_o

Le 28 avril 2016, le Café Bête & Méchant à Paris organise une soirée exceptionnelle autour de trois livres édités par Les Cahiers dessinés, en présence de Delfeil de Ton, de Pascal Blondeaux pour Berck de Gébé, et de Alexandre Devaux pour Topor Voyageur du livre et Topor Dessinateur de Presse, qui nous parlera sans doute de l’exposition que la BnF consacrera en 2017 à ce dessinateur.

Café Bête et Méchant, 18, rue Montreuil 75011, Paris. A partir de 19 h.

Savoir qui on est et à qui on le doit…

vendredi 23 octobre 2015

Manque sur la photo « Moi, Odile, la femme à Choron », « la petite histoire de Hara-Kiri et Charlie Hebdo » (Mengès 1983).IMGE HK_4979

Charlie Hebdo, le témoignage d’Angélique

jeudi 18 juin 2015

Charlie N1Extrait du témoignage d’Angélique responsable des abonnements à Charlie Hebdo depuis 19 ans, recueilli par Liliane Roudière pour le magazine Causette :

[…] « Tout a explosé. Notre travail n’est plus le même. Riss et Éric doivent apprendre à gérer autant d’argent et autant de médiatisation. Avant, les journaux ne parlaient pas de Charlie. Pendant la première affaire des caricatures, ils n’étaient pas là, ils ont couvert le procès l’année suivante. N’ont pris aucun risque. Ensuite, quand il y a eu l’incendie, ils ont titré : “Charlie met de l’huile sur le feu ?” Mais c’est eux, l’huile sur le feu. J’y vois une sorte de jalousie morbide. Sinon pourquoi s’acharner autant ? Pour faire du buzz et vendre sur le chagrin. Laissez-nous du temps, du silence, du recueillement, de la paix. Nous ne sommes que des êtres humains, nous ne sommes pas des symboles, nos vies ont été détruites et chacun a ses méthodes pour survivre et reprendre. Certains ont besoin de prendre la parole, d’autres préfèrent le silence. Certains préfèrent travailler, d’autres prendre du recul. […]

A lire tous les témoignages de ceux qui ont vécu la tragédie de Charlie Hebdo, sur place, ou pas très loin, on se demande comment des personnes qui racontent, expliquent, analysent ce qui s’est passé avec autant de lucidité et d’humanité peuvent ne pas trouver – ensemble – une solution à la situation actuelle ?

CH 1195 2015Certes la vie d’un journal n’est pas toujours un fleuve tranquille surtout lorsque tout l’intérêt de ce type de rédaction est de réunir des caractères atypiques, mais comment un journal qui a une histoire, est porteur d’un esprit libertaire, a-t-il pu confier son devenir à un avocat arriviste, envoyer une lettre de licenciement, embaucher une communicante de crise (elle était celle de DSK, de Cahuzac, Le Canard enchaîné cette semaine nous apprend qu’elle est aussi celle d’Ali Bongo) ?

Au moment où l’on célèbre Cavanna, co-fondateur de Charlie Hebdo avec le film de Denis Robert, l’hebdomadaire devrait peut-être se ressourcer dans son adn pour trouver un nouveau chemin. Charlie Hebdo n’a jamais été un journal comme les autres, c’est la part de l’héritage léguée par Cavanna, Choron, Gébé, Cabu, Wolinski, Fournier, Reiser, … (oublions la sinistre période Val) Ils en ont fait un espace de création et de grande liberté. Pour sa rédaction et surtout pour ses lecteurs, l’idéal serait qu’il le reste… ff.

En illustration : la Une du n°1 (1970) dessin de Gébé et celle du n°1195 signée Coco.

Les Unes « historiques » de Charlie Hebdo

mardi 30 septembre 2014

ECH-unes-69-81-400Après les livres publiés par les éditions Hoëbeke (Les années Charlie, 2004, Hara- Kiri Les belles images, 2008, Le Pire d’Hara-Kiri, 2010, Hara-Kiri, jusqu’à l’os, 2011), Glénat (La gloire de Hara-Kiri, 2014), sans oublier « Bête, Méchant et hebdomadaire » de Stéphane Mazurier ( Buchet-Chastel, 2009), il ne restera bientôt plus rien à publier sur la fabuleuse épopée éditoriale Hara-KiriCharlie Hebdo.
Un dernier album volumineux, à paraître le 2 octobre 2014, va peut-être clôturer cette série de livres nostalgiques (à moins que Delfeil de Ton nous livre un jour son récit complet de cette époque…).

« Charlie Hebdo – 1969 Les Unes 1981» propose sur 320 pages, la totalité (700) des désormais mythiques premières pages de L’hebdo Hara-Kiri et de Charlie Hebdo parues au siècle dernier (y compris celles de l’éphémère Charlie matin). Elles sont signées Cabu, Carali, Pr Choron, Dimitri, Fournier, Gébé, Golo, Hugot, Nicoulaud, Reiser, Siné, Willem et Wolinski.

Dans son texte de présentation Charb, aujourd’hui directeur de la nouvelle version de Charlie Hebdo, écrit « J’ai appris à lire à l’école, mais j’ai appris à lire un dessin dans Hara-Kiri et Charlie Hebdo. Il paraît que Cavanna disait qu’un bon dessin devait être un coup de poing dans la gueule… Qu’est-ce que je m’en suis pris ! On dit que les dessins de Hara-Kiri et de Charlie Une-Hebdo-Hara-KiriHebdo étaient violents, mais ils l’étaient cent fois moins que la connerie qu’ils dénonçaient ! »

A noter le travail de Harold Peiffer et Philippe Ghielmetti sur la maquette qui restitue la plupart des Unes « dans leur jus » même si l’on peut regretter quelques numéros présentés sans le logo-titre. Quelques lignes en signalent la raison  à la fin de l’ouvrage « La couverture n°367 et les logos Hara-Kiri n’ont pu être reproduits. Pour les couvertures de la période Hara-Kiri, seuls les dessins de Une ont été utilisés. » Pour mémoire le logo-titre de l’Hebdo Hara-Kiri intégrait un dessin de Cavanna (voir illustration).

« Charlie Hebdo – Les Unes – 1969 à 1981» est publié par les éditions Les Echappés-Charlie Hebdo. 39 euros.

Depuis des années les Unes et couvertures des éditions des Trois-Portes sont également visibles sur Internet : http://palladio.free.fr/harakiri/

Ma vie, mon œuvre, mon cul !, le tome 8 !

mardi 6 mai 2014

Il aura fallu attendre 11 ans avant de pouvoir lire le huitième tome de « Ma vie, mon œuvre, mon cul ! » saga savoureuse dans laquelle Siné raconte avec beaucoup d’humour et un style inimitable une existence pas banale, la sienne.

Dans ce tome, intitulé « On les aura ! », qui couvre les années 1961 à 1965, Siné évoque la fin de la guerre d’Algérie, son voyage à Cuba et sa rencontre « burlesque » avec Fidel Castro, sa démission de L’Express alors journal anti-colonialiste, la création avec Jean-Jacques Pauvert de son premier journal Siné Massacre, et son amitié avec Malcolm X leader politique afro-américain qui sera le parrain de sa fille.

Les 7 premiers tomes sont parus sous forme de hors-série publiés par Charlie Hebdo lorsque Siné en était le collaborateur émérite, le huitième est toujours diffusé sous forme de hors-série mais par Siné mensuel.

Il ne reste plus qu’à espérer que Siné reprendra plus rapidement sa plume pour évoquer l’année 1968 où il publia L’Enragé, dont s’inspirèrent Cavanna et Choron pour créer L’Hebdo Hara Kiri, et celles qui suivirent et qui ne furent pas moins fertiles en événements.

En vente dès le 21 mai 2014 dans tous les kiosques.