Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Nicoulaud’

Mric illustre la cuvée 2015 de La Ficelle-St Pourçain

mardi 15 décembre 2015

FicelleMric Réaliser une étiquette pour La Ficelle de Saint-Pourçain est une tradition à laquelle ont déjà contribué nombre de dessinateurs : Avoine, Mric-La Ficelle 2015-2Barbe, Barberousse, Barrigue, Blachon, Bridenne, Rik Cursat, Dubouillon, Faujour, Jy, Honoré, Laville, Loup, Mose, Napo, Nicoulaud, Piem, Roche, Sabatier, Soulas, Tignous, Trez, Lerouge, Samson, Willem, Carali, Lasserpe.

Cette année, c’est Mric ( Siné Mensuel, Psikopat, Marianne, L’Equipe ) qui signe le dessin de la cuvée 2015. A noter que la 29ème édition de la Ficelle rend un hommage particulier aux dessinateurs Honoré et Tignous disparus dans l’attentat de Charlie Hebdo en janvier.

En illustration, la présentation du dessin de Mric ( photo : Philippe Bigard / La Montagne ), les dessins d’Honoré et Tignous réalisés en 2005 et 2006, et le magnum dédié aux deux dessinateurs (Doc. La Montagne).

A lire sur le sujet l’article du site Greta Garbure. Merci à A. C.

Ficelle HonoreFicelle TignousLa Montagne 6 decembre 2015

Les Unes « historiques » de Charlie Hebdo

mardi 30 septembre 2014

ECH-unes-69-81-400Après les livres publiés par les éditions Hoëbeke (Les années Charlie, 2004, Hara- Kiri Les belles images, 2008, Le Pire d’Hara-Kiri, 2010, Hara-Kiri, jusqu’à l’os, 2011), Glénat (La gloire de Hara-Kiri, 2014), sans oublier « Bête, Méchant et hebdomadaire » de Stéphane Mazurier ( Buchet-Chastel, 2009), il ne restera bientôt plus rien à publier sur la fabuleuse épopée éditoriale Hara-KiriCharlie Hebdo.
Un dernier album volumineux, à paraître le 2 octobre 2014, va peut-être clôturer cette série de livres nostalgiques (à moins que Delfeil de Ton nous livre un jour son récit complet de cette époque…).

« Charlie Hebdo – 1969 Les Unes 1981» propose sur 320 pages, la totalité (700) des désormais mythiques premières pages de L’hebdo Hara-Kiri et de Charlie Hebdo parues au siècle dernier (y compris celles de l’éphémère Charlie matin). Elles sont signées Cabu, Carali, Pr Choron, Dimitri, Fournier, Gébé, Golo, Hugot, Nicoulaud, Reiser, Siné, Willem et Wolinski.

Dans son texte de présentation Charb, aujourd’hui directeur de la nouvelle version de Charlie Hebdo, écrit « J’ai appris à lire à l’école, mais j’ai appris à lire un dessin dans Hara-Kiri et Charlie Hebdo. Il paraît que Cavanna disait qu’un bon dessin devait être un coup de poing dans la gueule… Qu’est-ce que je m’en suis pris ! On dit que les dessins de Hara-Kiri et de Charlie Une-Hebdo-Hara-KiriHebdo étaient violents, mais ils l’étaient cent fois moins que la connerie qu’ils dénonçaient ! »

A noter le travail de Harold Peiffer et Philippe Ghielmetti sur la maquette qui restitue la plupart des Unes « dans leur jus » même si l’on peut regretter quelques numéros présentés sans le logo-titre. Quelques lignes en signalent la raison  à la fin de l’ouvrage « La couverture n°367 et les logos Hara-Kiri n’ont pu être reproduits. Pour les couvertures de la période Hara-Kiri, seuls les dessins de Une ont été utilisés. » Pour mémoire le logo-titre de l’Hebdo Hara-Kiri intégrait un dessin de Cavanna (voir illustration).

« Charlie Hebdo – Les Unes – 1969 à 1981» est publié par les éditions Les Echappés-Charlie Hebdo. 39 euros.

Depuis des années les Unes et couvertures des éditions des Trois-Portes sont également visibles sur Internet : http://palladio.free.fr/harakiri/

Barbe 1936 – 2014

dimanche 9 février 2014

Le dessinateur André-François Barbe est mort.

La presse et les éditeurs l’avaient un peu abandonné ces dernières années malgré son grand talent de dessinateur (ils peuvent toujours rééditer son magnifique « Barbe-Bleue » et le non moins étonnant « Don Juan » (La Découverte 1991). Tout au long de sa longue carrière, débutée en 1958 dans Le Rire, il a dessiné pour Lui, Hara-Kiri, Charlie mensuel (où il a publié sa série « Cinémas » éditée par Glénat en 1982),  Pilote, L’Echo des Savanes, A suivre, La Recherche, Le Monde, Lire, et aussi pour Punch (G-B), Esquire (USA), Pardon (All).

Membre des Humoristes Associés (H.A.) il a participé de 1980 à 1988 à tous leurs albums collectifs qui réunissaient Avoine, Blachon, Bridenne, Fred, Granger, Jy, Lacroix, Laville, Loup, Mordillo, Mose, Napo, Nicoulaud, Sabatier, Serre, Siné, Soulas, et Trez.

En 1998, il a publié « Je t’aime » (Hors collection) dans lequel ses dessins accompagnaient des textes de Cavanna. L’album fut également édité au Japon en 2004 (Aoyama, Tokyo).

Sa dernière exposition a eu lieu en 2012 à la Galerie An-Girard.

Ses dessins figurent dans « La gloire de Hara-Kiri » (Glénat) le tout dernier livre de Cavanna.

L’empreinte d’Hara Kiri

lundi 2 décembre 2013

« Du dessin et rien d’autre ! » précise Cavanna dans le texte d’introduction de « La gloire de Hara Kiri » qui vient de paraître aux éditions Glénat. Effectivement cet album de 336 pages, est un véritable tsunami de styles, de graphismes, d’inventions, d’humour, et de talents, qui aide à mieux comprendre comment ce journal, créé par Cavanna et Georges Bernier (Professeur Choron), a pu si durablement marquer les esprits et générer autant de dessinateurs, pour la plupart encore présents dans la presse aujourd’hui.

La liste des auteurs est impressionnante à commencer par ceux qui ont participé aux  premiers numéros, Fred qui signa les premières couvertures, Topor, Gébé, Wolinski, Cabu, Reiser, Willem.

Générique complet de l’album : Barbe, le groupe Bazooka, Blachon, Bosc, Carali, Cardon, Chaval, Olivia Clavel, Copi, Coureuil, De Carlo, Manfreid Deix, Dimitri, Pierre Fournier, Gourmelin, Got, Guitton, Maurice Henry, Herr Seele, Hopf, Hugot, Kamagurka, Lacroix, Lulu Larsen, Lefred-Thouron, Lob, Masse, Moebius, Mose, Muzo, Nabe, Nicoulaud, Guy Peellaert, Pelotch, Petit-Roulet, Philippe, Kiki Picasso, Loulou Picasso, Pichon, Placid, Poussin, Rémi, Bruno Richard, Sajtinac, Charlie Schlingo, Serre, Siné, Soulas, Vicq, Vuillemin, sans oublier Cavanna, alias Sépia, dessinateur, et créateur du fameux logo d’Hara Kiri.

Un remarquable travail orchestré par Cavanna et Virginie Vernay, accompagné de textes signés Pacôme Thiellement et Jacques Sternberg.

Delfeil de Ton conclut l’ouvrage en écrivant « La gloire, nous dit le dictionnaire, c’est une renommée éclatante. Il dit aussi le dictionnaire, que la gloire est une réputation qui s’attache aux mérites particulièrement remarquables. Voilà des définitions qui correspondent à Hara Kiri. La gloire est également « une chose dont on est fier » : Hara Kiri est particulièrement fier de ses dessins. »

En illustration, dessin de Topor publié dans Hara Kiri en… 1963. Dessin de Reiser en couverture de l’album.

Avoine en exposition

lundi 10 juin 2013

Dans le « Dico Solo » on trouve cette citation du dessinateur Avoine qui déclarait déjà en 1981 «  Le dessin d’humour est un genre qui ne devrait pas être exclu de la presse et pourtant c’est ainsi. Le marché existant, c’est l’utilisation de mes dessins, en illustrations disons humoristiques. »

A la même époque les dessinateurs étaient pourtant invités dans les émissions littéraires comme en témoigne cet extrait d’Apostrophes de Bernard Pivot recevant une belle brochette de dessinateurs Reiser, Jean Effel, Siné, Tim, Laville, Barbe, et… Avoine, qui venait présenter son livre de dessins d’humour « Faites moi rire, je pars dans quatre minutes » (B.Diffusion).

Avoine a dessiné, entre autres dizaines de journaux, pour Paris Match, A suivre, Télérama, Le Monde, Elle, Le Point, L’Express, La Recherche, et même Le New-Yorker. Il a été membre des H.A. (Humoristes Associés) en compagnie de Laville, Fred, Mose, Serre, Siné, Soulas, Nicoulaud, Napo, Trez, Barbe, Blachon, Lacroix, Sabatier, Granger, Bridenne, Mordillo, Loup, et Jy.

Du 13 juin au 27 juin 2013, Avoine expose ses dessins sur l’actualité – publiés notamment dans Siné Hebdo, Siné mensuel ou Bakchich– à l’Espace Louise Michel, 42 ter, rue des Cascades, dans le 20ème arrondissement de Paris.

Disparition d’Isabelle Soulié

jeudi 10 janvier 2013

Sous la signature Isabelle Cabut (le nom de son premier mari), elle fût la rédactrice en chef du mensuel La Gueule Ouverte qu’elle co-fonda en 1972 avec Pierre Fournier et Arthur (Henri Montant). Ce journal qui déjà à l’époque parlait d’écologie et annonçait la fin du monde, deviendra hebdomadaire en 1974 avant de fusionner en 1977 avec le périodique pacifiste Combat non violent. Il cessera définitivement de paraître en mars 1980.

La Gueule Ouverte, publiera de nombreux dessinateurs de l’équipe Hara-Kiri qui l’éditait : Fournier, Cabu, Gébé, Hugot, Willem, Philippe Bertrand, Soulas, Nicoulaud, entre autres.

A écouter, l’émission consacrée à La Gueule Ouverte par France Culture en 2006.

Isabelle Soulié était la mère de Mano Solo (Emmanuel Cabut), chanteur et dessinateur, disparu en 2010. Avec son mari actuel Jean-Louis Soulié elle avait fondé Ricochets, un journal publié à Ozoir-la-Ferrière où elle a vécu.