Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Olivia Clavel’

Constellation graphique

mercredi 28 octobre 2015

487214La galerie Corinne Bonnet présente, du 6 novembre au 15 décembre 2015, l’exposition collective « Au-delà, atlas des visionnaires », sous la direction d’ Olivia Clavel, avec la participation de Stéphane Blanquet, Didier Captain Cavern, Olivia Clavel, France de Ranchin, Astrid de La Forest, Richard Di Rosa, Fury, Medi Holtrop, Philippe Lagautrière, Lulu Larsen, Elli Medeiros, Mosner Ricardo, Muzo, Kiki Picasso, Placid, Jacques Pyon, Michel Quarez, Tristam, Anne Van der Linden, Willem, l’esprit de Pascal Doury, une communication télépathique de Pacôme Thiellement, la musique originale des King’s Queer (Laetitia Grib Fistarol) et les photographies d’Pacôme Thiellement.

Vernissage le 5 novembre 2015.

Galerie Corinne Bonnet, Cité artisanale, 63 rue Daguerre, 75014 Paris. Du mardi au vendredi de 14h à 19h / Le samedi de 15h à 19h/ où sur rendez-vous.

Allons à Lorient pêcher le graphiste

lundi 24 février 2014

Il est des rencontres graphiques qui sont déterminantes, soit pour donner l’envie de créer à son tour, soit pour se contenter d’admirer et y prendre du plaisir. Encore faut-il que soient offertes au public des œuvres de qualité, ou tout au moins originales.
Autre point tout aussi important, on peut organiser en province des manifestations bien plus inventives qu’à Paris si l‘on se réfère, par exemple, au manque d’ambition de celles initiées par la Bibliothèque Nationale de France autour du dessin.

Ce préambule un tantinet vindicatif pour parler de l’alléchante 3ème édition des « Itinéraires graphiques – Pays de Lorient »,  qui réunit LolmèdeSylvain Salomovitz, , Philippe Roux, Olivier Besson, Philippe Lagautrière, Placid, Muzo (qui signe l’affiche et qui est le directeur artistique de la manifestation), Jean François Martin, Captain Cavern, Olivia Clavel, Pascale Boillot, Michel Quarez, le collectif Fantôme, et le photographe Arnaud Baumann.

Laïus des organisateurs : « Les artistes exposés cette année ont tous comme point commun d’aimer ‘transcender’ les frontières entre peinture, dessin, dessin de presse, illustration, gravure, collage, volume, photographie, exposition en galerie d’art ou publication presse… Comme le déclare Muzo, « tous les moyens de diffuser son travail sont bons à prendre, que ce soit à l’occasion d’une exposition, ou dans le cadre d’une commande d’affiche ou d’illustration. Ce qui importe, c’est de montrer son travail. Au plus grand nombre. Le monde qui entoure les artistes est leur première source d’inspiration et ils y réinjectent les images qu’il leur a inspirées. Des images qui parlent à tous. Rien d’abscons. Un art populaire. » »

Tous les artistes seront exposés à la galerie du Faouëdic à Lorient du 1er mars au 27 avril 2014. Hôtel de Ville, Boulevard Leclerc, 56100 Lorient – 02 97 02 22 57. Ouverture du mercredi au dimanche de 14h à 19h.

Vernissage le vendredi 28 février à 19h.

Pour en savoir plus sur le programme complet des « Itinéraires graphiques » 2014, le site Internet : http://itinerairesgraphiques.lorient.fr/

L’empreinte d’Hara Kiri

lundi 2 décembre 2013

« Du dessin et rien d’autre ! » précise Cavanna dans le texte d’introduction de « La gloire de Hara Kiri » qui vient de paraître aux éditions Glénat. Effectivement cet album de 336 pages, est un véritable tsunami de styles, de graphismes, d’inventions, d’humour, et de talents, qui aide à mieux comprendre comment ce journal, créé par Cavanna et Georges Bernier (Professeur Choron), a pu si durablement marquer les esprits et générer autant de dessinateurs, pour la plupart encore présents dans la presse aujourd’hui.

La liste des auteurs est impressionnante à commencer par ceux qui ont participé aux  premiers numéros, Fred qui signa les premières couvertures, Topor, Gébé, Wolinski, Cabu, Reiser, Willem.

Générique complet de l’album : Barbe, le groupe Bazooka, Blachon, Bosc, Carali, Cardon, Chaval, Olivia Clavel, Copi, Coureuil, De Carlo, Manfreid Deix, Dimitri, Pierre Fournier, Gourmelin, Got, Guitton, Maurice Henry, Herr Seele, Hopf, Hugot, Kamagurka, Lacroix, Lulu Larsen, Lefred-Thouron, Lob, Masse, Moebius, Mose, Muzo, Nabe, Nicoulaud, Guy Peellaert, Pelotch, Petit-Roulet, Philippe, Kiki Picasso, Loulou Picasso, Pichon, Placid, Poussin, Rémi, Bruno Richard, Sajtinac, Charlie Schlingo, Serre, Siné, Soulas, Vicq, Vuillemin, sans oublier Cavanna, alias Sépia, dessinateur, et créateur du fameux logo d’Hara Kiri.

Un remarquable travail orchestré par Cavanna et Virginie Vernay, accompagné de textes signés Pacôme Thiellement et Jacques Sternberg.

Delfeil de Ton conclut l’ouvrage en écrivant « La gloire, nous dit le dictionnaire, c’est une renommée éclatante. Il dit aussi le dictionnaire, que la gloire est une réputation qui s’attache aux mérites particulièrement remarquables. Voilà des définitions qui correspondent à Hara Kiri. La gloire est également « une chose dont on est fier » : Hara Kiri est particulièrement fier de ses dessins. »

En illustration, dessin de Topor publié dans Hara Kiri en… 1963. Dessin de Reiser en couverture de l’album.

Bazooka d’école

jeudi 27 mai 2010

Explosition Bazooka à l’école Estienne du 3 juin au 8 juillet 2010. Commissaire de l’exposition : Camille Scalabre, en collaboration avec Lulu Larsen.

Comme l’indique le site Wikipedia, le groupe Bazooka s’est formé en 1974 aux Beaux-Arts de Paris et réunit Christian Chapiron (Kiki Picasso), Loulou Picasso (Jean Louis Dupré), Olivia Clavel (alias Electric Clito), avec également Lulu Larsen, Bernard Vidal (Bananar) et Jean Rouzaud.

Ils publient leurs premières images dans le mensuel Actuel puis, après avoir édité quelques fanzines, ils lancent en 1976 une revue grand format Bulletin Périodique, – interdite au moins de 18 ans – et qui connaîtra sept numéros.

En 1977, le groupe d’intervention graphique Bazooka se fait connaître en investissant l’illustration des pages du quotidien Libération. Leurs dessins et leurs images inspirées de photos (souvent pornos ou issue de l’imagerie médicale), dynamitent la maquette et bouleversent les habitudes aussi bien des lecteurs que de la rédaction. Au bout d’un an l’expérience voulue par Serge July tourne court même si le quotidien édite ensuite la revue un Regard Moderne.

L’intégralité et la suite des aventures de Bazooka sur Wikipedia

Le dernier livre consacré au groupe, signé Jean Rouzaud, est paru en 2007 (illustration).

(Pour Pakman) : vernissage le 3 juin à 18h 30 sur invitation.

Exposition ouverte du lundi au vendredi de 9h à 19h,

Ecole supérieure des Arts et industries graphiques Estienne,
18, bd Auguste-Blanqui,
73013 Paris.

Illustration : la Une du premier numéro
du Bulletin périodique signée Olivia Clavel.