Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Georges Bernier’

Tromperie sur la marchandise

mardi 22 mars 2016

L9886Une grosse merde éditoriale. Ce blog a rarement utilisé ce qualificatif professionnel mais c’est celui qui semble le plus approprié au « journal » Hara Kiri (n°2 – 20 pages, 3 euros) que l’on trouve actuellement dans les kiosques.

Non seulement le contenu est indigne du titre qu’il usurpe, mais la maquette de la Une joue délibérément la confusion graphique avec les titres Charlie Hebdo ou Siné mensuel pour mystifier les acheteurs. Cette publication est une véritable tromperie commerciale destinée à vendre du papier (voir blog du 14.1.2016). Une escroquerie anonyme puisque aucune mention légale, ni périodicité, ne figurent dans les pages et que les « articles » ne sont pas signés. Il est d’ailleurs étonnant que dans ces conditions, les MLP (Messageries Lyonnaises de Presse) se rendent complices de cette arnaque en le distribuant dans les kiosques.

Enfin dernier point, on s’étonne que les ayants droits de François Cavanna, fondateur avec Georges Bernier d’Hara Kiri, et propriétaire légal du titre comme le raconte Denis Robert dans le livre « Mohicans » (Fayard), n’aient toujours pas intenté une action en justice contre cette utilisation frauduleuse du titre*. Un vrai boulevard pour des avocats spécialistes du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle. ff

* J’ai reçu un message selon lequel une action est en cours. A suivre.

Une exposition pour le Pr Choron

lundi 16 novembre 2015

Encore quelques heures pour voir l’exposition « Choron, professeur de chant » avec des photographies de Dominique Schneeberger, présentée par la MJC Lillebonne, 14 Rue du Cheval Blanc, 54000 Nancy, à l’occasion de la parution de « Ça, c’est Choron ! (Glénat) un très beau livre sur l’œuvre très créative de Georges Bernier, alias Pr Choron.
L’intégralité de l’article publié par L’Est Républicain. Sur la photo Vuillemin, Virginie Vernay, Lefred-Thouron.

ChoronNancy

Choron et Sylvia Lebègue

jeudi 5 février 2015

Choron-LebegueLe livre « Choron et moi » de Sylvia Lebègue va sûrement provoquer quelques réactions outragées, et c’est déjà le cas si l’on en croit le communiqué publié sur le forum Internet L’Organe magazine qui nous apprend que l’avocat de Michèle Bernier, fille du Pr Choron, a exigé que lui soient communiquées avant parution les épreuves du livre.

L’éditeur présente ainsi l’ouvrage :
« Voici mon parcours : vingt ans passés avec cet homme hors du commun. Je raconte tout : ma rencontre, la vie à Hara-Kiri, les coups, les huissiers, l’isolement de Choron face à ses créanciers, la faillite du journal, mes premiers pas dans la prostitution, les déménagements à la cloche de bois… Je raconte, tels que je les ai vécus, la création du mensuel Grodada et son échec, la vente des locaux aux enchères publiques, notre installation à la campagne, la dégradation de la santé du professeur Choron et sa mort. Ma vie de déglingue auprès de celui qui fut l’homme que j’ai le plus aimé, cette vie de débauche, d’alcool, de pleurs, de désarroi, de folie pure.
« Un livre de plaies et de bosses et néanmoins d’amour ! Choron fut un homme exceptionnel et l’amour, malgré tout partagé, suffisent à écarter les regrets. » Jackie Berroyer (extraits de sa préface) »

« Choron et moi » ne va pas sûrement pas améliorer l’image du Prof (présenté ici comme un proxénète), même s’il s’était déjà lui-même chargé de cette tâche en confiant ses souvenirs à Jean-Marie Gourio dans « Vous me croirez si vous voulez » édité en 1993 par Flammarion. Sans oublier les dessins de Cabu dans les colonnes de Charlie Hebdo lors du conflit pour l’appartenance du titre du journal.

Ce livre est donc un nouveau témoignage particulier à verser à l’édification de la légende de Georges Bernier, plus connu sous le nom de Professeur Choron.

Video de Sylvia Lebègue à voir sur le site de l’Archipel.

L’empreinte d’Hara Kiri

lundi 2 décembre 2013

« Du dessin et rien d’autre ! » précise Cavanna dans le texte d’introduction de « La gloire de Hara Kiri » qui vient de paraître aux éditions Glénat. Effectivement cet album de 336 pages, est un véritable tsunami de styles, de graphismes, d’inventions, d’humour, et de talents, qui aide à mieux comprendre comment ce journal, créé par Cavanna et Georges Bernier (Professeur Choron), a pu si durablement marquer les esprits et générer autant de dessinateurs, pour la plupart encore présents dans la presse aujourd’hui.

La liste des auteurs est impressionnante à commencer par ceux qui ont participé aux  premiers numéros, Fred qui signa les premières couvertures, Topor, Gébé, Wolinski, Cabu, Reiser, Willem.

Générique complet de l’album : Barbe, le groupe Bazooka, Blachon, Bosc, Carali, Cardon, Chaval, Olivia Clavel, Copi, Coureuil, De Carlo, Manfreid Deix, Dimitri, Pierre Fournier, Gourmelin, Got, Guitton, Maurice Henry, Herr Seele, Hopf, Hugot, Kamagurka, Lacroix, Lulu Larsen, Lefred-Thouron, Lob, Masse, Moebius, Mose, Muzo, Nabe, Nicoulaud, Guy Peellaert, Pelotch, Petit-Roulet, Philippe, Kiki Picasso, Loulou Picasso, Pichon, Placid, Poussin, Rémi, Bruno Richard, Sajtinac, Charlie Schlingo, Serre, Siné, Soulas, Vicq, Vuillemin, sans oublier Cavanna, alias Sépia, dessinateur, et créateur du fameux logo d’Hara Kiri.

Un remarquable travail orchestré par Cavanna et Virginie Vernay, accompagné de textes signés Pacôme Thiellement et Jacques Sternberg.

Delfeil de Ton conclut l’ouvrage en écrivant « La gloire, nous dit le dictionnaire, c’est une renommée éclatante. Il dit aussi le dictionnaire, que la gloire est une réputation qui s’attache aux mérites particulièrement remarquables. Voilà des définitions qui correspondent à Hara Kiri. La gloire est également « une chose dont on est fier » : Hara Kiri est particulièrement fier de ses dessins. »

En illustration, dessin de Topor publié dans Hara Kiri en… 1963. Dessin de Reiser en couverture de l’album.

Pierre Fournier pour mémoire

lundi 28 février 2011

Le 15 février 1973 décédait brutalement à 35 ans, Pierre Fournier, dessinateur et journaliste à Hara-Kiri puis à Charlie Hebdo, et fondateur en 1972 du mensuel écologique La Gueule Ouverte. Une vie trop courte mais qu’il mettra, encouragé par Cavanna et Georges Bernier, au service du dessin et de l’écologie politique dont il sera un des pionniers en France.

Des dessins de Pierre Fournier, seront exposés à Paris du 10 mars au 27 mars 2011, dans le cadre d’une exposition-rencontre avec les œuvres des céramistes Serge et Renée Pillard et les dessins de presse de Pierre Bouillé.

Galerie terres d’Aligre
5, rue de Prague
75012 Paris.

Du mercredi au vendredi de 18h à 21h.
Samedi de 10h à 14h et de 15h à 21h.
Dimanche de 10h à 14h.
Vernissage le 10 mars à partir de 18h.

À visiter : La Gueule Ouverte site Internet réalisé en 2003 par Daniel Josserand, qui publie un biographie de Pierre Fournier, les six premières couvertures du journal, l’éditorial du n°1, et les recherches pour trouver le titre.

À lire : « Carnets d’avant la fin du monde », publiés en 2003 par Frédéric Pajak dans la collection des « Cahiers dessinés » (Buchet-Chastel), avec des textes de sa femme Danielle Fournier, et plus de 200 dessins.

Sans oublier la fiche biographique sur Wikipedia.

Fredissimo

mardi 16 mars 2010

Sur l’excellent site ActuaBD.com, long entretien du grand dessinateur Fred avec Florian Rubis, à l’occasion de la mise en vente, sous le titre « Une évasion avec Fred en quatre histoires », d’un coffret réunissant ses albums « L’Histoire du corbac-aux-baskets », « L’Histoire du conteur électrique », « L’Histoire du Magic Palace Hôtel », « L’Histoire de la dernière image».

Fred (Othon Aristides), né en 1931, a fait ses débuts dans le dessin d’humour avant de participer en 1960 à la création de Hara-Kiri mensuel avec Georges Bernier (Pr Choron) et Cavanna.

C’est d’ailleurs dans ce journal que sont parues les pages de son chef-d’œuvre « Le petit cirque ».

Il travaille aujourd’hui à la réalisation du seizième album des aventures de Philémon dont 28 pages sont déjà finies, et une biographie sur lui est en préparation, apprend-t-on dans cet interview.

Bio complète de Fred sur le site BD Paradisio.