Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Gourmelin’

Fermeture, hélas définitive, de la galerie An. Girard

lundi 23 mai 2016

gus-bofa-invitationbeuville_invit-250x359gourmelin_invit-250x357

 

Le 31 mai 2016 à 18h 30, on partagera le « dernier verre de l’amitié » à la galerie Atelier An. Girard, un des rares endroits à Paris où l’on a pu voir exposés, depuis 1999, les dessinateurs Gus Bofa, Chas Laborde, Chaval, Bosc, Mose, André François, Beuville, Gébé, Gourmelin, Barbe, Kerleroux, Pierre Fournier, Lécroart, Boll, Cambon, Christophe Besse, Antonelli, Vial, Mougey, Trez, Soulas, Blachon, Napo, Maja, Lionel Koechlin, Guy Billout, Hin, Samson, Avoine, Jy, et bien d’autres. Liste complète et dessins sur le site http://www.atelier.angirard.com/.

Cette galerie avait été voulue par Danièle Delorme pour rendre hommage à son père le dessinateur André Girard* et pour promouvoir le dessin d’humour, l’illustration, sans oublier la photo une fois par an. Après la disparition l’an passé de l’actrice et productrice, ses héritiers ont semble-t-il eu d’autres priorités et ont décidé de la fermer définitivement.

Nul doute que les dessinateurs et les amateurs éclairés seront nombreux le 31 mai au 6 rue Campagne-Première, ne serait-ce que pour remercier Marie-France Beaucourt qui fut pendant de longues années l’âme bienveillante et attentionnée de ce lieu.

*La galerie An. Girard, 7, rue Campagne Première, 75014, présente actuellement des peintures et dessins de André Girard (1901-1968).

En illustrations, l’affiche de l’exposition Gus Bofa, Beuville, Gourmelin, Fournier, Gébé, et Mose.

fournier_pierre_invit_mygebe_invitmose_invit

Hommage à Jacques Sternberg à Trouville

jeudi 10 mars 2016

705_JS-un-amoureux-copieJacques Sternberg (1923-2006) était un écrivain et un passionné du dessin d’humour. Dans les années 1960-70, par ses écrits et en les publiant, il a contribué à faire connaître nombre de dessinateurs, parmi lesquels on peut citer Maurice Henry, Tetsu, Chaval, Mose, Gourmelin, Bosc, Siné, Fred, Sempé, Wolinski, Folon, Gébé, Reiser, Topor, etc.

Du 4 avril au 3 juin 2016, la ville de Trouville présentera l’exposition « Sternberg à Trouville – Un amoureux de la mer », organisée par Dominique Vautier et l’Association du Patrimoine artistique.

Cette exposition a déjà été présentée à Bruxelles en 2014.

Le dessin de l’affiche est signé Roland Topor.

Disparition de Danièle Delorme

lundi 19 octobre 2015

vitrine_photo_an-girardDécès de Danièle Delorme, actrice, productrice de cinéma, épouse du réalisateur Yves Robert, à l’âge de 89 ans. Si ce blog en parle c’est qu’elle était aussi la fondatrice de l’Atelier-An. Girard, une galerie spécialisée dans le dessin d’humour et l’illustration ouverte en hommage à son père le dessinateur André Girard (1901-1968).

D-Delorme-5Avec la complicité de Marie-France Beaucourt, elle avait présenté dans ces lieux les dessins de Beuville, André François, Gus Bofa, Mose, Pierre Fournier, André Girard, Alexandre Trauner, Mougey, Sliva, Cabu, Jy, Gébé, Bosc, Gourmelin, Vial, Chaval, Lionel Koechlin, Maja, Trez, Antonelli, Kerleroux, Blachon, Avoine, Barbe, Cambon, Napo, Tetsu, Chas Laborde, Soulas, Guy Billout, Lécroart, Samson, Hin, Simon, Christophe Besse, Boll.

Par la qualité de sa programmation la galerie est un rendez-vous incontournable pour tous les passionnés de dessin et d’humour et il faut espérer qu’il en sera encore ainsi longtemps.

Atelier An. Girard, 7, rue Campagne Première – 75014 Paris – e-mail : atelier@angirard.com

Le site de l’Atelier An. Girard.

En illustration, la couverture de « Demain, tout commence », ses mémoires publiées en 2008 (Robert Laffont).

Du dessin en voici, en voilà ( 500 à la Halle St Pierre à Paris )

vendredi 14 novembre 2014

Halle-St-Pierre

On connaît désormais la liste des artistes qui participeront à la grande exposition présentée par Martine Lusardy, directrice de la Halle St Pierre et Frédéric Pajak, commissaire invité, créateur et directeur des éditions Les Cahiers dessinés, à la Halle St Pierre (Paris) du 21 janvier au 14 août 2015 :

Pierre Alechinsky, François Aubrun, Marcel Bascoulard, Bosc, Alejandro Cananles Saenz, James Castle, Chaval, Copi, Comte de Tromelin, Mélanie Delattre-Vogt, Fred Deux, Christian Dotremont, El Roto, Sylvie Fajfrowska, Anne Gorouben, Pierre Fournier, Gébé, Pascale Hemery, Victor Hugo, Jean-Michel Jacquet, George Grösz, Kamagurka, Marcel Katuchevski, Guillaume Lebelle, Leiter, Raphaël Lonne, Michel Macreau, Stéphane Mandelbaum, Micaël, Mix & Remix, Noyau, Olivier O. Olivier, Joël Person, Chantal Petit, Laure Pigeon, Louis Pons, Edmond Quinche, Jean Raine, Hans-Georg Rauch, Reiser, Olivier Saudan, Jean Scheurer, Bruno Schultz, Sempé, Francine Simonin, Siné, Kiki Smith, Anna Sommer, Louis Soutter, Saül Steinberg, Daniel Stotzky, Pierre Tal Coat, Tetsu, Gaston Teuscher, Josefa Tolra, Roland Topor, Tomi Ungerer, Félix Vallotton, Patrick Van Ginneken dit Rommen, Corinne Veret-Collin, Vuillemin, Lin Wei-Hsuan, Willem, Otto Wols, Albert-Edgar Yersin, Unica Zürn.

On pourra juste regretter que André François, Cardon, Lionel Koechlin, Gourmelin, Desclozeaux, Ronald Searle, Maja, Claire Bretécher, Cabu, Wolinski, entre autres, ne figurent pas dans le panthéon graphique de Frédéric Pajak qui présente ainsi l’évènement :

OEILbd « L’exposition est présentée en trois parties : dessins d’artistes, dessins d’humour, dessins d’art brut. Pour la première fois à Paris, ce « mélange des genres » est rendu possible. D’étranges liens se nouent entre des œuvres que tout semble opposer. Ils disent à quel point le dessin, longtemps considéré comme le parent pauvre de la peinture, est un langage essentiel, capable de révéler nos sentiments les plus communs, comme les plus inavoués. Nous passons du portrait le plus expressif à la figure presque abstraite, de l’allégorie foisonnante à l’esquisse d’une attitude, du trait d’esprit le plus drôle ou le plus provoquant au rêve le plus doux, avec chaque fois le peu d’outils que réclame cet art :un crayon, une plume, un pinceau, de l’encre, de la couleur, du papier. »

 Le directeur des Cahiers dessinés signale par ailleurs que « Un important catalogue, reproduisant près de 500 œuvres, accompagne cette exposition. Il s’intitule tout simplement Le Cahier dessiné n°10. »

A noter que Frédéric Pajak vient de se voir attribuer le prix Médicis Essai pour « Manifeste incertain » (éditions Noir & Blanc) qualifié de « troisième tome d’une série éminemment bizarroïde » par L’Obs. Les dessins de ce livre sont exposés jusqu’au 27 novembre à la Galerie Martine Gossieaux, 56, rue de l’université 75007 Paris.

Illustrations : le bandeau de la page d’accueil du site de la Halle St Pierre et un dessin de Pajak qui illustre l’annonce de l’exposition.

La mort de Jean Frapat créateur de Tac au Tac

samedi 11 octobre 2014

C’était une époque où la télévision avait du temps et en donnait aux dessinateurs. Le principe de l’émission « Tac au tac » inventée par Jean Frapat était simple « A partir du dessin imaginé par l’un d’eux, les dessinateurs improvisent à tour de rôle, en se rendant coup pour coup et trait pour trait ».
De 1969 à 1975, l’émission a vu participer Alessandrini, Barbe, Buzzelli, Crepax, Druillet, Forest, Fred, Ghertman, Gir, Gourmelin, Loup, Maroto, Mulatier, Philippe, Hugo Pratt, Ricord, Serre, Topor, Urs, Alexis, Claire Bretécher, Cardon, Desclozeaux, Faizant, Franquin, Gébé, Gigi, Gotlib, Laville, Mandryka, Morris, Peyo, Piem, Puig Rosado, Roba, Soulas Tim, Uderzo. En tout début de soirée à une heure de grande écoute, ces joutes graphiques fascinaient le grand public et lui faisaient découvrir l’art du dessin.

TacauTacUn seul livre a été tiré de cette expérience télévisuelle jamais hélas renouvelée, « Tac au tac » paru en 1973 aux éditions Balland.

On peut revoir nombre de « Tac au Tac » sur le site de l’INA.

Grand amateur de dessin Jean Frapat avait aussi produit et réalisé en 1990 la série « Graph » avec des films consacrés à Ralph Steadmann, Pignon-Ernest, Claude Weisbuch, Cardon, et Topor.

Illustration : capture d’écran de l’émission du 9 août 1975 avec Cardon, Gourmelin et Jean-Claude Forest. Cliquez sur l’image pour voir le film. La voix du commentateur est celle de Jean Frapat disparu le 8 octobre 2014 à 86 ans.

Jean-Jacques Pauvert aimait aussi le dessin

dimanche 28 septembre 2014

Bizarre36-37Jean-Jacques Pauvert qui vient de décéder à l’âge de 88 ans a été l’éditeur de nombreux ouvrages consacrés à l’érotisme et au Marquis de Sade, mais il a aussi été l’éditeur historique de Siné dont il publiera en 1955 le premier livre « Complaintes sans paroles ».

La même année il reprend la revue Bizarre, créée par Éric Losfeld, une publication qui compte parmi ses collaborateurs Raymond Queneau, Jean-Christophe Averty, François Caradec, Michel Leiris, Michel Laclos, Jacques Sternberg, mais aussi les dessinateurs Cardon, Siné, Wolinski, Topor, Magritte, Gourmelin, Folon, Chaval, Fred, Gébé, Mose, Solo, Ylipe, Cabu, Maurice Henry, Copi, Grove, Tetsu, Morez, Avoine, Bonnot, entre autres.

Jean-Jacques Pauvert publiera ensuite d’autres livres de Siné «Portée de chats » (1957), «Les proverbes» (1958), «Les Chats» (1959), «Tout ça n’est rien quand on a la sainteté» (1959), «Dessins avariés» (1960), «Dessins de l’Express – tome 1 » (1961), « Dessins de l’Express – tome 2 » (1963), «Haut le cœur ! » (1965), «C.I.A.» (1968), et «Erotissiné» (1980).
 
En 1961, Jean-Jacques Pauvert aidera Siné à créer l’hebdomadaire « Siné Massacre » (mensuel pour les deux derniers numéros) qui ne verra paraître que 9 numéros et récoltera 9 procès.

Lors des évènement de mai 1968, Jean-Jacques Pauvert aide encore Siné à la création de « L’Enragé » qui n’aura que 12 numéros mais le journal donnera l’idée à Cavanna, Georges Bernier-Pr Choron, et à l’équipe du mensuel Hara-Kiri, de créer en 1969 « L’Hebdo Hara-Kiri » qui deviendra par la suite « Charlie Hebdo ».