Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour la catégorie ‘Hommage’

Ralph Steadmann, the film

Lundi 20 octobre 2014

For_No_Good_Reason-481073027-largeClaude Haber me signale la mise en ligne sur YouTube du film documentaire « For no good reason » réalisé en 2012 par Charlie Paul et consacré à l’immense dessinateur et caricaturiste britannique Ralph Steadmann.
Avec la participation de Ralph Steadmann, Johnny Depp, Richard E Grant, Terry Gilliam, Jann Wenner.
Le film est diffusé en langue anglaise (1h 30).

Livres de Ralph Steadmann publiés en France (aujourd’hui introuvables) par les éditions Aubier : « Sigmund Freud » (1980 et 2002), « L’île au trésor » texte de Robert Louis Stevenson (1985), « Tout Alice & La chasse au Snark » texte de Lewis Carrol (1985), « Dieu », « L’arme à l’œil » (autobiographie, 1994) et « Moi, Léonard de Vinci » (1995).

YouTube diffuse aussi d’autres videos sur Ralph Steadmann.

Jean Frapat pour mémoire

Dimanche 19 octobre 2014

On ne soulignera jamais assez ce que Jean Frapat, décédé le 8 octobre 2014 à 86 ans a apporté au dessin et à la télévision.
Quelques trop rares articles lui rendent hommage :
« Jean Frapat (1928-2014), prince de la télé intelligente » par Antoine Perraud (Médiapart – article payant).
« Jean Frapat, l’inventeur oublié » par Jean-Claude Raspiengeas (La Croix).

En illustration, photo du plateau d’une émission de Tac au Tac avec Piem, Jean Frapat, Cardon Topor, et Siné.

Jean Frapat

Rétrospective Bosc au Musée Tomi Ungerer à Strasbourg

Mercredi 8 octobre 2014

Boll, Mose, Chaval, Trez, Morez, Loup, Tetsu, Wolinski, Puig Rosado, Bretécher, André François, Sempé, Maurice Henry, participent à travers leurs dessins à l’exposition « Bosc, de l’humour à l’encre noire » (voir blog du 23.9.2013) présentée par le Musée Tomi Ungerer à Strasbourg du 17 octobre 2014 et jusqu’au 1er mars 2015. A noter la participation exceptionnelle d’Alain Blaise, directeur artistique de Libération, grand connaisseur de l’œuvre de Bosc, avec un portrait hommage (illustration).

Blaise_Bosc

Les dessins du Studio Ghibli à Paris

Mardi 7 octobre 2014

ghibliaAvant le dessin publié ou le dessin animé, il y a les crayonnés, les croquis de recherches, travaux préparatoires qui participent à la lisibilité du résultat final. Ce sont ces étapes que présente du 4 octobre au 1er mars 2015, le musée Art Ludique, 34, quai d’Austerlitz, 75013 Paris, avec 1300 dessins originaux des films d’animation phares du studio Ghibli, «Mon voisin Totoro», «Princesse Mononoké», «Le Château dans le ciel» et encore «Le Vent se lève» de maître Hayao Miyazaki, sans oublier les dessins préparatoires du vertigineux «Conte de la princesse Kaguya» d’Isao Takahata.

Paris Match qui annonce cet évènement écrit : « Le layout est une étape préparatoire du cinéma d’animation, qui consiste à donner des indications quant aux futurs mouvements du personnage animé dans un cadre donné. Le perfectionniste du studio Ghibli en la matière donne à ses croquis des allures d’œuvres originales, tant on retrouve déjà la finesse et l’élégance du trait final, ainsi que la formidable impression de mouvement. Rappelons qu’après l’annonce de la « retraite » de Hayao Miyazaki, le studio Ghibli a annoncé une pause dans la réalisation de longs métrages d’animation. Le prochain – et donc provisoirement le dernier film du studio, le 21e -, «Souvenirs de Marnie» sortira sur les écrans français le 14 janvier 2015. »

Entrée payante et sur réservation : 16, 50 euros. 13,50 euros pour les adhérents, chômeurs ou étudiants.

A regarder, une video (gratuite) sur l’exposition.

Jean-Jacques Pauvert aimait aussi le dessin

Dimanche 28 septembre 2014

Bizarre36-37Jean-Jacques Pauvert qui vient de décéder à l’âge de 88 ans a été l’éditeur de nombreux ouvrages consacrés à l’érotisme et au Marquis de Sade, mais il a aussi été l’éditeur historique de Siné dont il publiera en 1955 le premier livre « Complaintes sans paroles ».

La même année il reprend la revue Bizarre, créée par Éric Losfeld, une publication qui compte parmi ses collaborateurs Raymond Queneau, Jean-Christophe Averty, François Caradec, Michel Leiris, Michel Laclos, Jacques Sternberg, mais aussi les dessinateurs Cardon, Siné, Wolinski, Topor, Magritte, Gourmelin, Folon, Chaval, Fred, Gébé, Mose, Solo, Ylipe, Cabu, Maurice Henry, Copi, Grove, Tetsu, Morez, Avoine, Bonnot, entre autres.

Jean-Jacques Pauvert publiera ensuite d’autres livres de Siné «Portée de chats » (1957), «Les proverbes» (1958), «Les Chats» (1959), «Tout ça n’est rien quand on a la sainteté» (1959), «Dessins avariés» (1960), «Dessins de l’Express – tome 1 » (1961), « Dessins de l’Express – tome 2 » (1963), «Haut le cœur ! » (1965), «C.I.A.» (1968), et «Erotissiné» (1980).
 
En 1961, Jean-Jacques Pauvert aidera Siné à créer l’hebdomadaire « Siné Massacre » (mensuel pour les deux derniers numéros) qui ne verra paraître que 9 numéros et récoltera 9 procès.

Lors des évènement de mai 1968, Jean-Jacques Pauvert aide encore Siné à la création de « L’Enragé » qui n’aura que 12 numéros mais le journal donnera l’idée à Cavanna, Georges Bernier-Pr Choron, et à l’équipe du mensuel Hara-Kiri, de créer en 1969 « L’Hebdo Hara-Kiri » qui deviendra par la suite « Charlie Hebdo ».

Une grande exposition Bosc au Musée Tomi Ungerer

Mardi 23 septembre 2014

image_26110Le Musée Tomi Ungerer à Strasbourg présentera l’exposition « Bosc, de l’humour à l’encre noire » du 17 octobre 2014 au 1er mars 2015

Extrait de la présentation publiée sur le site Srasbourg Curieux :

 » Jean-Maurice Bosc (1924-1973) est considéré, aux côtés de Chaval, Mose, Sempé et Tetsu, comme l’un des grands maîtres du dessin d’humour en France au XXe siècle. Ses dessins ont été publiés dans de nombreux journaux français et internationaux comme Bizarre, Hara-Kiri, L’Os à moelle, Paris-Presse, France Dimanche, Le Rire, Le Nouvel Observateur, Le Monde, L’Express, Combat, La Croix, Le Canard enchaîné, Paris-Match, Punch, Die Zeit, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Stern, Esquire, Daily Telegraph. Son œuvre qui a été éditée en France, en Allemagne et aux Etats-Unis, a été couronnée en France à plusieurs reprises, notamment par le grand prix de l’Humour noir en 1970. « Avec peu de moyens apparents, il dessinait parfaitement des situations d’une grande drôlerie et d’une rigoureuse intelligence. », écrit Sempé de son ami. Ses dessins très satiriques, sobrement tracés à l’encre noire, sont marqués par l’absurde et le désespoir et s’attaquent aussi bien aux questions de société et de politique qu’à la lutte des sexes. « 

Le film réalisé par Bosc, « Le Voyage en Boscavie », Prix Emile Cohl 1958, sera diffusé dans le cadre de l’évènement.

Un catalogue, édité par les Musées de Strasbourg, accompagnera l’exposition.

Le site officiel de Bosc animé par son neveu Alain Damman : www.j-m-bosc.com