Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour la catégorie ‘Hommage’

Le retour de Luz (bientôt) (en librairie)

vendredi 29 juin 2018

Créer un journal, satirique ou autre, est une formidable aventure quand on est passionné par la presse. Participer à la naissance d’un journal est une opportunité quand on est un jeune dessinateur de 20 ans qui ne rêve que de ça. Etre parrainé par Cabu (dès La Grosse Bertha) est une chance supplémentaire. Tout ceci est arrivé à Luz (Renald Luzier) qui pendant plus de 25 ans a eu pour terrain d’apprentissage et de jeu les pages de la deuxième version de Charlie Hebdo (1992). Avec Charb, Tignous, Luz se révèlera un des plus fidèles héritiers de ce fameux « esprit » Charlie déconnant et irrespectueux. Dessinateur doué, il excelle dans tous les genres, caricature, strips, reportages, et signe quelques-unes des couvertures les plus drôles du titre pendant cette période. Autant dire que l’on attend avec intérêt son prochain album “Indélébiles”, à paraître le 2 novembre 2018 aux éditions Futuropolis, et dans lequel il raconte ces années-là.

France Info/ AFP : « Pour cacher son émotion, Luz le sensible manie l’autodérision. On sourit et on a la gorge serrée quand apparaissent sous son pinceau, avec Gébé et Catherine Meurisse, ses amis morts : Charb, Tignous et Cabu. Tous les dessins de cet album de 320 pages sont inédits. Luz égrène ses souvenirs, la vie de la rédaction, les bouclages épiques, les conseils des “anciens” (comment apprendre à dessiner discrètement dans sa poche!) et ses différents reportages pour le journal dont sa tournée dans la Bosnie en guerre avec le chanteur Renaud. Mais l’essentiel est ailleurs. En fait, c’est le Charlie Hebdo inconnu que Luz présente. “Tout ce que vous connaissez ou croyez connaître de Charlie Hebdo ne se trouve pas dans ce livre”, prévient Luz. »

Herluf Bidstrup 1912-1988

mercredi 9 mai 2018

Il y a du Cabu, du Maurice Henry, du Quino dans les dessins de Herluf Bidstrup découvert à l’occasion d’un vagabondage sur Facebook à la recherche d’une signature (merci Anne-Catherine Ollagnier). Sa fiche Wikipedia de quelques lignes le qualifie de dessinateur communiste et il est vrai que nombre de ses dessins ont été publiés et relayés en Union soviétique. D’autres dessins de lui sont à lire grâce à Google Images : https://www.google.com/search?q=Herluf+Bidstrup&client=firefox-b-ab&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwid_KPX-_faAhUCIVAKHTSSASkQ_AUICigB&biw=1243&bih=681 et avec des reproduction de meilleure qualité sur le site dédié à ses dessins : http://www.herlufbidstrup.org/ où sur Facebook : https://www.facebook.com/bidstrup.herluf/

Siné deux ans déjà

samedi 5 mai 2018

Siné est mort le 5 mai 2016 mais son œuvre lui survit, à travers son dernier journal Siné mensuel, un prix international sur les droits de l’homme avec le Mémorial de Caen, mais aussi avec les livres qui continuent à paraître. Les derniers en date : Siné l’œil graphique (La Martinière), Siné comme chez lui (Fluide glacial), l’intégrale de L’Enragé (Hoëbeke/Gallimard), et les Cahiers dessinés prépareraient une réédition de Ma vie, mon œuvre, mon cul !

 

Siné mensuel célèbre Mai 68

mardi 1 mai 2018

Le dessin de la Une de Siné mensuel du mois de mai 2018 est signée Lacombe et fait référence à une célèbre affiche de Mai 68 éditée à l’époque par l’atelier de sérigraphie de École des Beaux-arts. Celle-ci répondait à une phrase attribuée au général de Gaulle alors au pouvoir : «  La réforme oui, la chienlit non ! » Il en a existé plusieurs versions successives que l’on retrouve sur le site de la BnF et a fait l’objet de diverses parodies dont celle de Siné pour la couverture de son livre paru en 1978 (Balland).

Siné fondateur de L’Enragé en mai 1968, dessinateur satirique, graphiste, créateur de journaux, écrivain, disparu le 5 mai 2016.

Piem et Barrigue, fils de Piem, à St Just

vendredi 20 avril 2018

Plantu peut-être prix Nobel de la Paix 2018

dimanche 1 avril 2018

Le dessinateur français Plantu (Jean Plantureux), serait pressenti pour l’attribution du prochain prix Nobel de la Paix le 10 décembre à Stockholm, dateanniversaire de la mort d’Alfred Nobel. Un comité de soutien à cette candidature s’est constitué parmi lesquels figurent Kofi Annan, ex secrétaire général de l’ONU, parrain de Cartooning for Peace et lui-même Prix Nobel de la Paix en 2001, François Hollande, Régis Debray, Eric Fottorino, Catherine Ceylac, Claude Sérillon, Jean-Paul Delevoye.

Le président fondateur de l’association Cartooning for Peace serait ainsi récompensé de ses efforts en faveur de la paix, un combat mené depuis des années non seulement dans son métier, mais aussi à travers les expositions, les débats, et les conférences qu’il organise à travers le monde pour « promouvoir le respect mutuel entre des populations de différentes cultures ou croyances. »

On se souvient encore de cet épisode où en 1991 il a fait parapher un dessin aussi bien par Yasser Arafat le leader Palestinien que par l’Israélien Shimon Pérès, ou du soutien actif qu’il a apporté à Charlie Hebdo après le 7 janvier 2015.

Ce prix viendrait couronner une longue carrière débutée dans les pages du Monde en 1972 avec un premier dessin déjà symbolique représentant une colombe de la Paix. La colombe est également l’emblème de son association. Aujourd’hui, la BnF rend jusqu’à fin mai un hommage à ses 50 ans de carrière et il se dit que l’Unesco pourrait en faire de même en 2019.

Un prix Nobel attribué à un caricaturiste serait une récompense sans précédent, non seulement pour un auteur mondialement reconnu, mais pour l’ensemble d’une profession qui a payé en 2015 un lourd tribut à la liberté d’expression.

En illustration, l’hommage au gendarme Arnaud Beltrame paru dans Le Monde le 26 mars 2018.