Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour la catégorie ‘Hommage’

Vente d’originaux de Di Marco

samedi 17 juin 2017

Pour ceux qui ne suivent pas Fait d’Images sur FaceBook ou Twitter : Angelo Di Marco – L’atelier du fait divers ». Vente aux enchères : Samedi 17 juin à 14h30. A la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, 6, avenue Hoche, Paris 75008. Reste à espérer que pour éviter la dispersion de cette œuvre, la BnF, la BPI, ou St Just-le-Martel, auront la bonne idée d’acquérir le maximum de dessins.

A lire sur cette vente , l’article de 20 minutes : “Angelo Di Marco, l’homme qui transformait les crimes sordides et les accidents en chefs-d’œuvre.”

648x0

648x0

Une exposition Cabu à Saint Just-le-Martel

vendredi 2 juin 2017

Après l’inauguration d’une place Georges Wolinski  en présence de Maryse Wolinski (photo L’Echo.info), le Centre permanent du dessin de presse de St Just-le-Martel rend hommage à Cabu avec l’exposition Le journal des Présidents adaptée de son dernier livre posthume (Michel Lafon. A noter qu’un livre de Cabu illustrant des textes de Charles Trenet devrait paraître chez ce même éditeur). Du 23 juin au 14 août 2017.

loc_50_16-05-17

18765661_1976720539216623_5248342016758130917_n

Siné, un an déjà

mercredi 24 mai 2017

A 15 ans je me suis fait engueuler pour avoir recopié sur un dazibao la préface (au deuxième degré) de Siné pour un album de Wolinski. Puis j’ai découvert ses journaux Siné massacre, L’Enragé, et l’influence qu’il a eue dans la création de L’Hebdo Hara-Kiri devenu Charlie Hebdo. Ensuite j’ai eu la chance de travailler avec lui sur de nombreux livres et d’être associé à ses aventures de presse à commencer par Siné Hebdo. Il y a quelques jours, j’ai entendu Alexandre Devaux commissaire de l’exposition Topor à la BnF dire le rôle déterminant qu’avait eu “Complaintes sans paroles”, premier livre de Siné, sur l’œuvre de Topor. On peut penser ce que l’on veut du bonhomme, du militant, mais l’empreinte de Siné dans le domaine du dessin, de la presse satirique est indéniable.

De Siné on peut dire qu’il avait un sens profond de l’engagement, de la solidarité, et que son combat contre les injustices était total. Siné était également un grand dessinateur d’humour et un formidable graphiste, ça fait beaucoup de choses qui me manquent depuis un an, déjà. ff

Vient de paraître un hors-série hommage de Siné mensuel (auquel j’ai contribué).

Sine Hebdo 86© Iconovox Fait dimages18238559_1402537666492163_6060190390034396942_o

 

L’esprit de Will Eisner

vendredi 19 mai 2017

“Will Eisner génie de la bande dessinée américaine”, tout est dit dans le titre de l’exposition. On rajoutera juste que celle-ci a été conçue par Jean-Pierre Mercier (qui en parle très bien sur France Culture), Denis Kitchen, et qu’elle est présentée par le musée de la bande dessinée, quai de la Charente à Angoulême jusqu’au 15 octobre 2017.

Topo des organisateurs : “Pour le centenaire de sa naissance, la Cité, en partenariat avec le Festival de la bande dessinée, rend hommage à Will Eisner. Créateur du Spirit, référence de la BD policière dans les années 1940 et 1950, pionnier du roman graphique dans les années 1970, Will Eisner est un des hommes clés de la BD US. Maitre du noir et blanc et du suspense, autobiographe de la trempe d’un Saul Bellow ou d’un Isaac B. Singer, il a puissamment oeuvré pour l’émergence d’une bande dessinée adulte. “

Une biographie de Will Eisner,  le dossier Neuvièmeart2.0, et un article d’ActuaBD.

Will EisnerEisner-The-Dreamer_600_CMJN-original-min

Exposition Bosc à Antibes

vendredi 21 avril 2017

invitationwLe site Bosc officiel.

Cabu Président

mercredi 19 avril 2017

Le_journal_des_presidents_hdSurtout ne pas se laisser distraire par le titre de circonstance du dernier livre posthume de Cabu « Le journal des Présidents » (Michel Lafon). Ce recueil de dessins, est un hommage à son immense talent de dessinateur, comme chacun de ses livres, mais surtout un manuel du dessin de presse à l’usage de tous ceux qui se destinent à ce métier (peut également être utile à ceux qui chercheraient à se perfectionner).

Grâce à de nombreux documents montrés dans leur « jus », ses esquisses, ses dessins au crayon, ses fameux collages, ses retouches, on réalise le cheminement créatif nécessaire à la conception d’un dessin.

Cabu était très doué dans des genres aussi différents que la caricature, le dessin de reportage, et même la bande dessinée, et tout son art consistait à passer habilement de l’un à l’autre, insufflant à chacun le dynamisme de son trait, la lisibilité de l’image, et son humour iconoclaste.

Longtemps je me suis plaint qu’en France, Honoré Daumier (1808 – 1879) soit toujours cité comme la référence incontournable du dessin satirique, il serait temps que Cabu le rejoigne (avec d’autres) dans ce Panthéon.

Bon, reste à évoquer la préface d’un certain Philippe Val qui comme d’habitude étale son art de la citation et du concept abscons tout en continuant à se prévaloir de sa proximité avec celui qu’il a pas mal entourloupé pour arriver à ses fins, dommage. Commencez plutôt la lecture par la lettre de Barack Obama qui termine ce livre, et là c’est la classe internationale. Celle de Cabu. ff

A saluer également le remarquable travail de sélection (le préambule est savoureux), de mise en valeur des dessins, et la maquette signée Harold Peiffer.