Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour la catégorie ‘Festival’

Le palmarès de St Just-le-Martel 2016

dimanche 9 octobre 2016

13445411_1806784989543513_7966273500753621913_n« Le Grand Prix de l’Humour Vache parrainé par le GLBV (Groupement Limousin Bétail viande) a été décerné conjointement à Michel Kichka et Khalid Gueddar » peut-on lire sur le site du Festival, ou Salon, international de la caricature, du dessin de presse et d’humour de St Just-le-Martel.

Les autres prix attribués par la manifestation sont : Gérard Gibo, Crayon de porcelaine pour son album « Gibo fait la tête », Jacques Lerouge, Prix de la Mal-bouffe, Phil Umbdenstock, Prix de l’Humour tendre, et Christophe Fey, Crayon de porcelaine de la Presse Quotidienne Régionale.

Prix de l’Amitié et de la fidélité pour le nouveau Président de la FECO France Pierre Ballouhey.

Prix du public attribué à Hamidou Zoetaba.

A noter le prix « Presse Internationale » décerné à la dessinatrice. Marilena Nardi (dessin en illustration).

L’affiche de cette 35ème édition était signée Coco (en illustration) et les lauréats primés recevaient un dessin de Loup encadré en porcelaine.

immagine-1234

Une école de la caricature à L’Estaque

lundi 26 septembre 2016

14231809-1794678700776933-3354152976687849730-o« Dès 8 ans », devenez Cabu, Cardon, Willem, Mix & Remix, Tignous, Siné, Wolinski, Loup, Honoré, Chimulus, en 10 leçons.

Dans le cadre du sympathique « Festival International du dessin de presse de la Caricature  et de la satire » de L’Estaque qui vient de se terminer à Marseille, on a appris que :

« La mairie des 15e et 16e arrondissements de Samia Ghali (PS) a annoncé aujourd’hui la création d’une “école publique de la caricature” qui fait déjà l’objet d’un appel à projets. Concrètement, dès huit ans, les habitants du secteur pourront exercer leur trait une fois par semaine à la maison d’arrondissement de l’Estaque.

“Nous soutenons depuis quelques années le festival et au début, tout le monde n’était pas forcément d’accord. Aujourd’hui, le festival marche bien et je ne voulais pas me contenter d’un évènement, explique Samia Ghali. Je souhaitais que cela laisse une marque dans nos quartiers. Cette école, c’est un moyen – notamment chez les enfants – de développer un autre regard sur la caricature. Comme cela, on pourra bientôt proposer un festival de la caricature enfants en parallèle de l’actuel !” Et la sénatrice, qui assure avoir eu l’idée avant l’attentat de Charlie hebdo, de rêver : “Peut-être que les futurs grands caricaturistes viendront de nos quartiers !” » (Source MarsActu).

Rappelons à ceux qui s’intéressent au sujet que l’art de la satire peut difficilement « s’apprendre », que c’est un métier de francs-tireurs, une originalité qui en fait toute sa force. Sans oublier que le métier est de plus en plus sinistré avec des conditions de travail et de rémunération déplorables et le manque de supports permettant aux dessinateurs de s’exprimer. f.f.

Prochain article : « La liste des « enseignants » ».

En illustration, l’affiche du festival dessinée par Gros.

Pour mémoire : Patrick Kanner, ministre de la Jeunesse et des sports, qui après le 7 janvier 2015 voulait lancer un concours de caricaturistes et, toujours à la même époque, le projet de Fondation du dessin de presse lancé par Richard Malka avocat de Charlie Hebdo qui espérait profiter selon Le Monde de « l’afflux d’argent inédit » reçu après le massacre.

Rien n’échappait à Cabu

jeudi 15 septembre 2016

9782357661264Sans conteste, Cabu est un des plus grands dessinateurs de presse français du 20ème siècle. Caricature, reportage, dessin d’humour, bande dessinée, la palette de ses talents est très large. On peut encore le constater avec la parution de « Cabu s’est échappé ! » (Les Echappés), un album qui rassemble plus de 1000 esquisses de dessins réalisées de 1969 à 2015 pour la rubrique de Charlie Hebdo, « Les couvertures auxquelles vous avez échappé ».

Extrait du texte de présentation de Riss :

 […] « Pendant des années, tous les lundis, Cabu a été présent à la table de la salle de rédaction. Sa place était toujours la même, facile à identifier puisqu’à l’endroit où il s’asseyait, les traits noirs de ses feutres avaient traversé les feuilles et s’étaient incrustés dans le bois de la table. L’odeur de ses feutres était si forte qu’on la sentait jusqu’à l’autre bout du bureau. Cabu avait toujours un petit carton à dessins qu’il sortait de sa musette, posait sur ses genoux, entrouvrait et duquel il sortait des feuilles pliées en deux où il avait noté des informations glanées dans les médias durant la semaine écoulée, ainsi que les idées qu’elles lui avaient suggérées. Quand on était un peu à sec, on se tournait vers Cabu pour lui demander s’il n’avait pas dans sa musette magique des trucs qu’il avait repérés, qui nous avaient échappé, et qui auraient pu nous inspirer une « bonne » couverture. Car Cabu était à la fois un formidable dessinateur et un vrai journaliste. »  […]

Une exposition consacrée à cet album sera présentée dans le cadre du 35ème Festival international de la caricature et du dessin de presse et d’humour de St Just-le-Martel, du 1er au 9 octobre 2016.

Nadia Khiari, dessinatrice satirique

lundi 12 septembre 2016

ob-d8bd1a-36398-expo-nadia-khiari-1A l’occasion de sa participation* à la troisième édition du Monde Festival (16 au 19 septembre 2016), Le Monde a consacré un article au parcours de la dessinatrice Nadia Khiari qui signe ses dessins Willis from Tunis.  Extrait :

[…] « C’est pendant ses études en France, à la faculté d’arts plastiques d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), que la jeune femme a découvert le dessin satirique. Récompensée par le prix Honoré-Daumier en 2012, elle continue de travailler comme professeur d’arts plastiques dans un lycée de Tunis.

« Le fait d’avoir un boulot me permet de choisir avec qui je veux travailler », explique celle qui publie en France dans Siné Mensuel, Zélium et Courrier International tout en continuant à poster sur Facebook l’essentiel de ses dessins. La presse tunisienne ? « Ça ne m’intéresse pas d’être la mascotte d’un parti. »

Le rire contre la peur

Les réseaux sociaux restent la clé de son indépendance. Willis leur réserve ses insolences de chat bavard et mal embouché. Pour le dessinateur Plantu, Nadia incarne « un dessin de résistance ». « Elle est doublement courageuse, insiste son collègue israélien Michel Kichka, en tant que dessinatrice satirique et en tant que femme dans le monde arabe. »

sinewillis« J’essaie que mes dessins ne puissent pas être manipulés par la ”fachosphère”, nuance la caricaturiste. Pour moi une caricature récupérée par des extrémistes pour manipuler l’opinion est par définition un mauvais dessin. » Elle dit conjurer la peur par l’humour. Après l’attentat contre l’équipe de Charlie Hebdo, en janvier 2015, elle a publié un chat en train de faire ses courses : « Je voudrais du papier, un crayon et un gilet pare-balles », dit-il. » […]

* Débat « Le pouvoir du dessin de presse », table ronde animée par le dessinateur Plantu. Avec les dessinateurs Michel Kichka, Louison, Firoozeh Mozaffari et Willis from Tunis. Dimanche, 18 septembre, de 11 heures à 12 h 30, Opéra Bastille (amphithéâtre), Paris 12e.

En illustration, dessin de Willis from Tunis et de Siné.

Nadia Khiari sur Facebook.

De la caricature en veux-tu en voilà.

mercredi 7 septembre 2016

Dans la série « il y aura bientôt plus de festivals dédiés au dessin de presse que de dessinateurs exerçant ce métier » :

14202744_10206756053888073_2944326880390365402_n14233059_10202238936010145_5017494565000189999_n

C’est Labouheyre qu’il nous faut, Oh ! Oh ! Oh ! Oh !

mercredi 29 juin 2016

13529057_10208202378229485_6967282434331179877_nLes lecteurs de ce blog ont encore quelques heures pour trouver Labouheyre sur une carte des Landes et s’y précipiter. Cette année la manifestation se déroule les 2 et 3 juillet 2016, et est présidée par le dessinateur Berth qui signe le dessin de l’affiche, on va dire… très touffue.

Avec aussi pour cette 8ème édition, la participation de Bouzard, Pixel vengeur, Camille Besse, Romain Dutreix, Goulesque, Ivars, Giemsi, Large, Deligne, Jampur Fraize, MO/CDM, et Lasserpe (qui peut vous indiquer le chemin vu qu’il est du coin). Organisé par l’association Bénévoles sans frontières.

Le mot du Maire Jean-Louis Pedeuboy : « Comme à l’accoutumée, l’humour y côtoie la musique, la convivialité et la gastronomie tous les ingrédients sont ainsi réunis pour passer un excellent week-end en ce début d’été ! »

 

 

Merci à Copinage Ehonté.