Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Que peut la satire ?

23 mai 2018 à 12 h 39

Depuis le massacre du 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo on ne s’est jamais autant intéressé à la caricature et au dessin de presse, même si on constate à regret qu’il n’y a pas plus de place pour ce moyen d’expression dans les médias. Avec l’album de BD « Le pouvoir de la satire » (Dargaud) ce sont deux dessinateurs qui s’y collent, Fabrice Erre et Terreur Graphique (Georges Boissier).

Historique (deux siècles), liberté d’expression, censure, presse (« racine de la démocratie »), analyse de la satire, tout les thèmes y sont passés en revue et on peut juste regretter que ne soit pas abordé le statut économique et social des dessinateurs. C’est dense (pré-publié en chapitres dans l’excellente Revue dessinée), illustré par pas mal d’anecdotes, on y cite beaucoup Charlie Hebdo, et surtout les auteurs se posent beaucoup de questions sur ce qui est encore aujourd’hui un métier. L’album se termine par ces constats « la satire prend de nouvelles formes, surgit à d’autres endroits : elle est toujours là ! », et « Ce n’est pas sûr qu’elle puisse sauver le monde, mais au moins le rendre plus libre (Et plus drôle !)». Drôle, c’est une des qualités de l’album à défaut de nous convaincre totalement que la satire (et son « esprit frondeur ») a un réel pouvoir.

Les grands espaces de Catherine Meurisse

17 mai 2018 à 8 h 18

Les premières images de l’album « Les grands espaces », de Catherine Meurisse (couleurs d’Isabelle Merlet), dévoilées par Thomas Ragon sur Twitter . A paraître en septembre 2018 aux éditions Dargaud.

Herluf Bidstrup 1912-1988

9 mai 2018 à 9 h 23

Il y a du Cabu, du Maurice Henry, du Quino dans les dessins de Herluf Bidstrup découvert à l’occasion d’un vagabondage sur Facebook à la recherche d’une signature (merci Anne-Catherine Ollagnier). Sa fiche Wikipedia de quelques lignes le qualifie de dessinateur communiste et il est vrai que nombre de ses dessins ont été publiés et relayés en Union soviétique. D’autres dessins de lui sont à lire grâce à Google Images : https://www.google.com/search?q=Herluf+Bidstrup&client=firefox-b-ab&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwid_KPX-_faAhUCIVAKHTSSASkQ_AUICigB&biw=1243&bih=681 et avec des reproduction de meilleure qualité sur le site dédié à ses dessins : http://www.herlufbidstrup.org/ où sur Facebook : https://www.facebook.com/bidstrup.herluf/

Siné deux ans déjà

5 mai 2018 à 12 h 08

Siné est mort le 5 mai 2016 mais son œuvre lui survit, à travers son dernier journal Siné mensuel, un prix international sur les droits de l’homme avec le Mémorial de Caen, mais aussi avec les livres qui continuent à paraître. Les derniers en date : Siné l’œil graphique (La Martinière), Siné comme chez lui (Fluide glacial), l’intégrale de L’Enragé (Hoëbeke/Gallimard), et les Cahiers dessinés prépareraient une réédition de Ma vie, mon œuvre, mon cul !

 

Siné mensuel célèbre Mai 68

1 mai 2018 à 13 h 00

Le dessin de la Une de Siné mensuel du mois de mai 2018 est signée Lacombe et fait référence à une célèbre affiche de Mai 68 éditée à l’époque par l’atelier de sérigraphie de École des Beaux-arts. Celle-ci répondait à une phrase attribuée au général de Gaulle alors au pouvoir : «  La réforme oui, la chienlit non ! » Il en a existé plusieurs versions successives que l’on retrouve sur le site de la BnF et a fait l’objet de diverses parodies dont celle de Siné pour la couverture de son livre paru en 1978 (Balland).

Siné fondateur de L’Enragé en mai 1968, dessinateur satirique, graphiste, créateur de journaux, écrivain, disparu le 5 mai 2016.

Piem et Barrigue, fils de Piem, à St Just

20 avril 2018 à 21 h 14