Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Plantu superstar à la BnF

26 février 2018 à 9 h 19

Du 20 mars 2018 au 20 mai 2018 la bibliothèque François-Mitterrand présente Galerie des donateurs une exposition consacrée au parcours professionnel du dessinateur du Monde et de L’Express. Présentation des organisateurs :

« En 2018, Plantu fêtera ses 50 ans de dessinateur de presse. Il aura réalisé des milliers de dessins dont un bon nombre se trouve encore dans ses collections personnelles. C’est à la BnF qu’il a choisi de remettre cet important fonds, témoignage de la vie politique française et internationale et d’une période de bouleversements inédits. Une centaine de dessins originaux ainsi que quelques-unes de ses sculptures satiriques permettront d’apprécier différentes facettes de son travail. Ce moment permettra également d’appréhender sa démarche originale de porte-parole de dessinateurs du monde entier à travers son association Cartooning for Peace. »

La BnF sur son site accompagne cette présentation de cinq vidéos dans lesquelles Plantu parle de son travail.

A noter que dans l’ombre de cette exposition se déroulera la 5e Biennale du dessin de presse réduite pour cette édition 2018 à quelques débats autour de Plantu et à une heure de dédicaces avec d’autres dessinateurs. Sont annoncés le 24 mars de 17h30 à 18h30 : Boll, Dubouillon, Faujour, Gabs, Gorce, JY, Mykaïa, Pakman, Pessin, Plantu, Sabatier, Soulas.

Trop rares collections de livres de dessins

22 février 2018 à 8 h 29

Les éditeurs publiant des collections dédiées au dessin d’humour ou au dessin de presse satirique se font de plus en plus rares. Parmi eux on peut citer les éditions Lajouanie qui ont édité cinq albums avec des dessins de Deligne, Ranson, Lécroart, Soulcié, ou Ballouhey, cependant aucun autre titre n’est paru depuis 2014.

Le Cherche midi a longtemps publié dans sa collection “La Bibliothèque du dessinateur” de nombreux auteurs, Chaval, Bosc, Mose, Blachon, Gourmelin, Soulas, Kerleroux, Cabu, Wolinski, Tetsu, Morez, Piem, mais ne semble publier aujourd’hui que des albums de Voutch, une belle collection à lui tout seul.

La collection que nous propose Frédéric Pajak avec Les Cahiers dessinés vise l’excellence avec des livres remarquablement bien conçus et un choix d’auteur très écclectique : Gébé, Ungerer, Noyau, Bosc, Chaval, Siné, Tetsu, Topor, Poussin, Pascal, Cardon, Leiter, Laplace, Micaël, Mix & Remix, El Roto. Dernier titre paru L’inconnu de Anna Sommer. Les Cahiers dessinés s’ouvrent aussi à la Bd avec une belle réédition des œuvres de Guido Buzzelli, tome 1.

Autre éditeur, le grenoblois Critères avec sa collection Les Iconovores imaginée par Virginia Ennor et dont chaque volume présente le travail d’un dessinateur accompagné d’une biographie. Huit titres sont déjà parus : Coco, Samson, Camille Besse, Faujour, Pakman, Willem, Gros, Vuillemin. A noter que de nombreuses signatures sont organisées autour de cette collection. Les prochaines auront lieu le jeudi 22 février à la librairie du théâtre du Rond-Point 2, bis avenue Franklin Delanoo Roosevelt, 75008 Paris, à 18h avec Vuillemin, Virginia Ennor, Pascal Gros, Caroline Constant, et le samedi 24 février à La Droguerie de Marine, 66, rue Georges Clémenceau, 35400 Saint-Malo, de 16h à 19h avec Vuillemin, Faujour, et Virgina Ennor.

Le retour du Trop Fait de la caricature

21 février 2018 à 7 h 35

Le Trop Fait de la caricature prix attribué par un jury de dessinateurs à une personnalité “qu’ils se sont farcis avec le plus de volupté pendant l’année” (dixit Wolinski), revient en 2018.

Le prix a été créé en 1986 par l’association Un Bon Dessin (vaut mieux qu’un long discours) et a été décerné les 3 années suivantes (Charles Pasqua, Albin Chalandon, Jean-Marie Le Pen, Nicolae Ceaucescu). Cette année trois catégories sont proposées aux votants : Politique française, International, People.

Pour voter les dessinateurs (presse, bd, illustration) doivent envoyer pendant l’année en cours à cette adresse tropfait@iconovox.com, un dessin PARU dans un journal sur la personnalité de leur choix. Celle qui obtiendra le plus de dessins sera désignée dans sa catégorie. Un album rassemblant les meilleurs dessins sera (peut-être) édité. Les votes sont ouverts depuis janvier et se termineront fin novembre.

Iconovox.com et Urtikan.net sont partenaires du prix.

Illustrations : Honoré Daumier, Lefred-Thouron.

Dessiner pour Le Canard enchaîné

20 février 2018 à 8 h 26

Les dernières signatures de dessinateurs apparues récemment dans Le Canard enchaîné sont celles de Romain Dutreix, Urbs, et Adelinaa. L’hebdomadaire satirique continue à chercher de nouveaux talents pour compenser la disparition dans ses pages des dessins de Cabu, Pétillon, Cardon.

Mais pour illustrer l’hebdomadaire il reste encore les « anciens » Escaro, Kerleroux, Wozniak, Delambre, Potus, Mougey, Kiro, Pancho, et Lefred-Thouron. Ces dernières années ils ont été rejoints par Diego Aranega, Bouzard, Aurel, Vera Makina, mais aussi Lindingre, Lara, Lefèvre, Large, Soulcié, dont les parutions sont cependant plus aléatoires.

En dehors de la cooptation et du parrainage, Kerleroux pour Cabu, Cabu pour Mougey, Pétillon pour Bouzard (en 2012 ce dernier avait intitulé le blog qu’il partageait avec James Ottoprod « On veux travailler pour le Canard »), Wozniak pour Adelinaa, il n’est pas évident de rejoindre la confrérie des dessinateurs du Canard. D’autant que les critères de sélection des dessins par la rédaction sont pour beaucoup d’auteurs très mystérieux. Reste l’obstination des dessinateurs qui chaque lundi et mardi matin, jours de bouclage du journal, envoient des dessins dans l’espoir qu’ils seront publiés. Quelques-uns ont cette chance.

A noter que Le vénérable journal, 100 ans en 2016, a également un site Internet. Cependant on n’y trouve que la Une de l’hebdomadaire, des informations sur Les Dossiers du Canard, l’autre publication des éditions Maréchal-Le Canard enchaîné, et les conditions d’abonnement.

Illustration : Romain Dutreix par ailleurs dessinateur à Fluide glacial et auteur avec Toma Bletner de « Revue de presse – Petite histoire des journaux satiriques et non-conformistes » (Fluide glacial).

La mine à crayons

16 février 2018 à 11 h 57

La fabrication de crayons racontée par le photographe Christopher Payne dans un beau reportage publié par Slate.fr

Suivez aussi Fait d’Images sur Facebook

 

Une Duduchothèque pour les dessins de Cabu

16 février 2018 à 7 h 58

Le quotidien L’Ardennais titre dans son édition du 15 février 2018 : “Bientôt un Duduchothèque à Châlons pour exposer les œuvres de Cabu” et rajoute en sous-titre “Le futur espace Cabu s’est précisé jeudi soir lors du conseil municipal. Il sera baptisé La Duduchothèque et abritera des milliers d‘œuvres du dessinateur.” L’article précise : “Ce dépôt prend la forme d’un prêt gracieux – conformément à la volonté du dessinateur qui n‘a jamais voulu monétiser la transmission de ses œuvres – consenti d‘abord pour une durée de dix ans et renouvelable tous les cinq ans. Croquis et esquisses prendront place au sein de la… Duduchothèque. Situé au rez-de-chaussée du 68, rue Léon-Bourgeois, l‘endroit est aujourd’hui occupé par le Maison de l’architecture en Champagne-Ardenne et l’Ordre des architectes, qui doivent déménager au printemps.” L’article détaille les conditions d’utilisation et de consultation des dessins souhaitées par Véronique Brachet-Cabut, femme du dessinateur.

Dans un communiqué diffusé le 16 février la ville de Châlons donne plus de précisions sur le projet : “

Monsieur Benoist Apparu, Maire de Châlons-en-Champagne et le Conseil municipal sont heureux d’annoncer que la famille du dessinateur CABU (Véronique, son épouse, Marie-Thérèse, sa sœur et Michel, son frère) a décidé de confier à la Ville de Châlons ses œuvres de jeunesse.

Ce fonds est constitué de dessins d’enfance (remontant à ses 10 ans), de dessins publiés dans L’Union ou restés inédits, de croquis. Y sont caricaturés la société châlonnaise de l’époque, comme les personnalités qui y passaient en tournée. De nombreux dessins d’humour sur la vie quotidienne comme sur le quotidien des adolescents montrent que son talent a très vite été singulier.

Seront également joints plusieurs recueils de cartes postales anciennes de Châlons et des documents de travail de Cabu liés à sa ville de naissance ainsi que le meuble à peinture de son père, Marcel Cabut.

L’ensemble sera accueilli à l’espace Cabu situé 68 rue Léon Bourgeois et qui, d’un commun accord entre la ville et la famille s’appellera « La Duduchothèque ».

D’ici la fin de l’année 2018, après des travaux de réaménagement, une exposition thématique sera présentée dans ces lieux afin de montrer à chacun le regard unique de Cabu. Ce sera le premier des événements rendus possibles grâce à ce fonds qui vient enrichir le patrimoine et amplifier l’attractivité culturelle de la Châlons-en-Champagne.

Une conférence de presse sera organisée début mars.

Info dénichée par Christophe Postel.

A noter qu’une exposition de dessins de Cabu sur le théâtre devrait être présentée en 2018 dans le cadre de la Comédie française.

Photo L’Ardennais.

Suivez aussi Fait d’Images sur Facebook