Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Jean-Pierre Faur’

La mort de Jacques Noël, libraire passionné

dimanche 2 octobre 2016

regard-modernSurtout n’allez pas croire que ce blog se spécialise dans les mauvaises nouvelles, mais on vient d’apprendre la mort de Jacques Noël, libraire passionné et âme de la librairie Un Regard Moderne, rue Gît-le-cœur à Paris. Une librairie, (et, il y a longtemps, un lieu d’expositions) créée avec la complicité de l’éditeur Jean-Pierre Faur, et que tout amateur de dessin digne de ce nom a forcément fréquenté.

Sur Facebook, la revue L’INqualifiable annonce qu’elle va rendre hommage à Jacques Noël, et « invite celles et ceux qui l’ont connu à raconter un moment passé avec lui à la librairie, à raconter leur première fois (on n’oublie pas la première fois qu’on est entré au Regard moderne), ou les suivantes, ou la seule, à dire ce que Jacques Noël a accueilli comme revues, fanzines, gravures, petite maison d’édition… et tous les objets venus du DIY, du bidouillage, de l’auto-édition et de la création indépendante, underground, discrète, poétique, pornographique, et toujours iconoclaste. Ce témoignage (photos, textes, dessin…) sera publié en hommage dans le numéro spécial punk de l’INqualifiable qui sera bouclé fin octobre où un dossier sera consacré à l’irremplaçable Jacques et à sa magnifique librairie.

En illustration, document de la revue L’INqualifiable, avec Jacques Noël et son univers. »

Texte de Michel Lagarde publié sur Facebook :

“Jacques Noël n’est plus, il était pour beaucoup de mes amis, le meilleur libraire du monde. L’adolescent que j’étais aimait fureter dans les rayons des ” Yeux Fertiles” puis au début des années 90 au “Regard Moderne” à quelques pas de là, le temple du bizarre et le paradis des curieux, Il était difficile de se frayer un chemin parmi les livres d’où sa tête dépassait parfois , et la crainte de le retrouver enseveli sous les piles me faisait souvent hésiter à franchir le pas de la porte. Non seulement il se souvenait de tous ses clients mais aussi des livres qu’ils lui avaient acheté 10 ans plus tôt. Il pouvait retrouver n’importe quel livre en quelques secondes et savoir celui que vous cherchiez sans même soupçonner son existence. J’espère que ses héritiers d’Art Factory au Monte en l’air en passant par Philippe le Libraire et autres libraires associés pourront continuer de faire vivre sa mémoire en prolongeant son travail unique de passeur. http://cqfd-journal.org/spip.php…”