Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Norman Rockwell’

Exposition Norman Rockwell à Paris

jeudi 19 février 2015

L’exposition de 55 lithographies de Norman Rockwell à la galerie Perahia, 24 rue Dauphine 75006 Paris est prolongée jusqu’au 15 mars 2015.

Ces lithographies ont, pour la plupart, fait la couverture du grand magazine américain, le Saturday Evening Post, dont le célèbre Triple Self Portrait (en illustration) parodié par de très nombreux dessinateurs.

Le site de la galerie Perahia propose de nombreuses informations sur ce grand dessinateur, biographie, techniques, videos, illustrations.

Du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h30.

Merci à Jean H.

0731a2_d2b53b04c714465abe61de28fb79e0df.jpg_srz_p_472_278_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz

Disparition de Jean-François Arrigoni-Neri à l’âge de 77 ans.

mardi 25 novembre 2014

visu_c_gf7Après des études de gravure à l’École Estienne Jean-François Arrigoni-Neri dessine pour la publicité dans un style proche de l’américain Norman Rockwell à qui il rend un hommage graphique sur son site Internet. Premier Prix de France des Arts Plastiques en 1988, Grand Prix de l’Illustration en 1986, Marker d’Argent pour la meilleure illustration publicitaire en 1983, il signera des affiches pour Hermès, Guerlain, Guy Laroche, Citroën, Honda et pour de grands événements sportifs : 24h du Mans, Voile, Rugby, Roland Garros, PSG.

Jean-François Arrigoni-Neri a également illustré de nombreux livres. Depuis quelques années il se consacrait à la peinture orientaliste. Le texte suivant est extrait du dossier de presse qui annonçait sa dernière exposition au mois d’avril 2014 à la galerie Vivienne à Paris :

[…] « Jean-François Arrigoni-Neri ne peint pas pour se regarder, il peint pour celui qui regarde. Il peint pour restituer la vitalité de son regard, qui sait s’arrêter sur l’émotion fugace, sur l’effort de l’instant, sur la vitesse du présent qui est déjà un passé ». (Roland Flak – critique d’art) Comme jadis Ingres, Delacroix, Courbet, utilisaient la Camera Obscura, JF Arrigoni-Neri s’aide de la photographie, comme il le ferait d’un carnet de croquis. À partir de plusieurs clichés, il compose son œuvre, ajoute, retranche, modifie, enrichit, colorie, recherchant plus d’harmonie, d’équilibre et de force, afin d’obtenir l’image qu’il a, lui seul, en tête et dont il va s’inspirer pour tracer sur la toile un dessin précis (sa maîtrise du dessin est héritée de son premier métier de graveur), avant de passer à la couleur à l’huile et à des jeux de glacis pour terminer. « Je réalise moi-même mes huiles avec des pigments que je sélectionne, mes mélanges sont faits pour tenir dans le temps. » […]

Damien Colcombet, sculpteur animalier propose une visite de l’atelier de Jean-François Arrigoni-Neri et un article de René Fagnoni (2000).

Merci à J-J L.

Arrigoni