Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Inrocks’

La mèche fait sa rentrée

lundi 23 août 2010

La parution le 10 septembre 2010 de l’hebdomadaire satirique La Mèche sera, dans le domaine de la presse satirique, un des évènements de la rentrée. Conçu et réalisé par une partie de l’équipe de feu Siné Hebdo, ce titre se place dans la continuité du journal lancé en 2009 et arrêté en 2010, par Siné et Catherine Sinet, et tentera d’en reconquérir les lecteurs orphelins depuis le mois d’avril. Un lectorat d’« irréductibles », toujours disponible puisqu’il semblerait que Charlie Hebdo, concurrent direct, n’ait pas récupéré tous les fidèles du « journal mal élevé ».

Dans un entretien accordé cet été aux Inrocks (« La Mèche » veut mettre le feu aux poudres  – 1.8.2010), Carlo Santulli, futur directeur de la publication, et Olivier Marbot, futur rédacteur en chef, livrent quelques infos sur le nouveau journal qui devrait paraître le vendredi.

Extraits :

C.S. « Ce titre reprend la double dimension que nous voulons donner à notre journal. Celle, humoristique et festive de « danser sur une poudrière » ou « mettre le feu aux poudres », et l’autre, plus journalistique de « vendre la mèche » ».
C.S. : « un journal de trublions, pour rompre avec le ronron du politiquement correct et avaler le monde dans un éclat de rire ».
C.S. : « Il y aura une dimension humoristique sans idéologie ni moralisation qui dit ce qu’il faut penser. De la pure loufoquerie ».
O.M. : « On garde les fondamentaux propres aux journaux satiriques depuis 40 ans : le format tabloïd, la prégnance du dessin, le commentaire. Mais le rubricage sera plus clair, traditionnel, et, sans se prendre pour le Canard enchaîné, l’actu plus présente ».
O.M. : « Notre positionnement idéologique, proche d’une gauche radicale, reste clair. Mais le but n’est pas de faire pleurer dans les chaumières ».

On apprend aussi que l’hebdo fonctionnera avec une équipe réduite de cinq permanents « assistés d’une nuée de dessinateurs et chroniqueurs ». Autofinancé, La Mèche, ne vivra que de ses ventes en kiosques et des abonnements, un bilan sera fait dans les deux mois suivant le lancement.

L’intégralité de l’entretien est disponible sur le site des Inrocks. À noter que Les Inrocks devraient proposer à la rentrée une nouvelle formule centrée sur l’actualité.

En attendant le vendredi 10 septembre, La Mèche a déjà son site.

En illustration, une Une de La Mèche signée Faujour.