Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘DSK’

Des nouvelles du « collectif » Charlie Hebdo dans Libé

mercredi 22 juin 2016

Tiens, deux pages sur Charlie Hebdo aujourd’hui dans Libération ? Quoi de nouveau ? Pas grand chose « le journal peut penser plus sereinement à l’avenir ». Sans faire de mauvais esprit, on notera juste que ce type d’article paraît à chaque fois que le journal est mis en cause (en ce moment par la femme de Michel Renaud mort dans les locaux de Charlie le 7 janvier 2015) et il faut bien que Anne Hommel, communiquante de crise (Cahuzac, DSK, Bongo) justifie son omniprésence au sein de la rédaction.

Donc, d’après Libé « l’entreprise Charlie n’appartient plus seulement à elle-même. Symbole ballotté d’injonction en injonction, au gré de ce que chaque Français voudrait qu’il devienne, le journal continue pourtant de se reconstruire dans un climat toujours lourd, mais qui semble plus serein. ». Le journal dévoile que Charlie compte encore 60 000 abonnés et qu’il se vend, d’après le directeur financier Eric Portheault, 60 000 exemplaires en kiosques chaque semaine.

ClhvGAhVAAAIEDmCôté rédaction, on lit que certains « reprochent à Riss son emprise sur l’hebdo » (il est actionnaire à 67%) et son « hommage très nuancé » à Siné, mais la vie continue, «Il y a moins de dessins tristes, constate Portheault. La preuve, on est à nouveau cités chez Ruquier le samedi soir…» Riss abonde : «Toute l’année 2015, on était sous la chape de plomb. On a dû gérer des traumatismes graves, trouver des locaux, gérer la sécurité, les dons… Tout nous renvoyait à l’attentat. En plus, on regardait arriver l’anniversaire de l’attaque avec appréhension… On a rongé notre frein pendant un an et on a vidé notre sac dans le numéro anniversaire début janvier. En franchissant ce cap, on s’est un peu libérés, le ciel s’est dégagé. Notre horizon, maintenant, c’est le journal. On a l’esprit concentré là-dessus.»

Libération constate aussi « la montée en puissance des trois dessinateurs – Juin, Foolz, Vuillemin » qui ont « pris plus de place après la tuerie, aux côtés des deux historiques, Coco et Riss. « On a retrouvé une équipe de dessinateurs à peu près potable, avec des gens qui savent tout faire, du reportage, de la satire, de l’actu, estime le directeur de la rédaction. Désormais, on n’est plus deux autour de la table le lundi [jour de bouclage du journal, ndlr], mais cinq. On a recréé du collectif. Quand on est plusieurs autour de la table, on a plus d’idées, on fait un meilleur journal. On notera seulement que Willem, présent depuis 1969 dans L’hebdo Hara-Kiri devenu Charlie Hebdo, n’est pas cité par Libé comme faisant partie des « historiques ».

Le quotidien nous apprend également que « Riss, qui travaille à une BD sur Marine Le Pen avec Richard Malka – avocat proche du journal » (sic) et « qu’il ne l’avoue pas facilement » mais « il aimerait faire revenir Luz et Catherine Meurisse, qui ont pris leurs distances avec Charlie – la seconde a seulement conservé une chronique. »

Sinon, à propos de l’ouverture du capital aux membres de la rédaction, Eric Portheault (qui en détient 23%) déclare « Dans notre réflexion, ça avance tout doucement. Il est impossible de fonctionner à deux, ce n’est pas viable. Il y a une masse d’argent considérable et la renommée à gérer. Mais ne rentreront dans le capital que des gens en qui il y a une confiance totale et réciproque. On ne veut pas transposer le bordel d’une rédaction dans l’actionnariat.» Expliquer la « confiance totale et réciproque » ce sera sans doute une nouvelle occasion pour Libération de consacrer un énième article à Charlie Hebdo.

En illustration, la Une du Charlie Hebdo n°1248, dessinée par Vuillemin.

Merci à M. C.

Pur plaisir du dessin

vendredi 13 février 2015

Le dessinateur François Boucq suit pour Le Monde le procès DSK-Carlton à Lille.

BoucqDSK

Les vautours sont aussi Charlie.

lundi 2 février 2015

indexLignes extraites de l’article « La « strauss-kahnie » florissante malgré la chute de son héros » de Raphaëlle Bacqué et Emeline Cazi paru dans Le Monde daté du 2 février 2015 :

[…] « Anne Hommel a pour sa part fait fructifier son expérience de communicante au cœur de la crise, lorsque DSK voyait camper des centaines de journalistes devant la maison où il était assigné à résidence à New York. Après avoir géré l’image de Jérôme Cahuzac, l’ex-ministre de l’économie de François Hollande rattrapé par les révélations sur son compte en Suisse, sa petite société Majorelle a pris en charge la communication de Charlie Hebdo après l’attentat du 7 janvier. Amie de longue date de Richard Malka, l’un des avocats de DSK et des journalistes de l’hebdomadaire satirique, c’est elle qui a centralisé les demandes d’interview de l’ex-directeur de Charlie Philippe Val et de Riss, le nouveau directeur de la publication. Elle qui a organisé la conférence de presse dans la cafétéria de Libération avec les rescapés de la tuerie devant les caméras du monde entier. […]

A noter qu’Anne Hommel était officiellement en charge de la communication de Fleur Pellerin lorsqu’elle était ministre déléguée chargée des PME, de l’innovation et de l’économie numérique, pour les enterrements de Charb, Wolinski, et Tignous de Charlie Hebdo, c’est Richard Malka qui a du inviter directement la ministre de la Culture qu’elle est maintenant…

Wiaz s’indigne dans l’Obs

vendredi 1 mars 2013

Dessin de Wiaz publié sur le site Internet du Nouvel Observateur (en illustration – cliquer dessus pour agrandir).

Pour les cérébraux lymphatiques, le Nouvel Obs rajoute cette légende au dessin :

« Au lendemain du décès de Stéphane Hessel, survenu le 27 février 2013, notre dessinateur Wiaz établit un parallèle avec la publication dans « Le Nouvel Observateur » des bonnes feuilles de « Belle et Bête », autofiction controversée de Marcela Iacub ayant pour sujet Dominique Stauss-Kahn. (Wiaz/Le Nouvel Observateur). »