Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Stéphane Guillon’

L’humour raté de Stéphane Guillon

jeudi 26 mars 2015

Guillon-2 Stéphane Guillon tente de se défendre de sa mauvaise plaisanterie (ci-dessous) sur le crash de l’A320 en publiant sur son compte Twitter un dessin de Tignous censé, d’après lui, pratiquer le même humour noir.
Or le dessin de Tignous dénonce ceux qui se précipitent dans un pays après une catastrophe naturelle pour se faire bien voir en profitant de la reconstruction (le dessin est explicite).
Rien à voir avec la vanne, trop rapide, de l’humoriste  qui lui a juste permis de régler ses comptes avec TF1 sur le dos des 150 victimes du crash aérien.
Dans un autre tweet, Stéphane Guillon tente de se sortir de cette « affaire » (il est insulté sur les réseaux sociaux) en invoquant « Ces tartuffes qui pleurent Charlie Hebdo et hurlent avec la meute au moindre trait d’humour noir. L’esprit d’Hara-Kiri est bien mort. »
On peut rire de tout mais pas forcément n’importe comment… Guillon Dieudonné même « combat » ?

Guillon-1

La satire à Dax

vendredi 14 janvier 2011

Créé à l’initiative du dessinateur Marc Large et avec l’appui fervent de la municipalité, la première édition du festival « Satiridax » se déroulera du 2  au 5 juin 2011 à Dax.

Au programme des expositions, des spectacles et des projections de film.

Parmi les invités, des dessinateurs, Barros, Berroyer, Berth, Biz, Carali, Chimulus, Decressac, Faujour, Flavien, Gab, Giemsi, Large, Lasserpe, Lindingre, Maël, Pakman, Sergio, Siné, Vuillemin, des vedettes de la télé et du spectacle, Christophe Alévêque, Édouard Baer, Berroyer, Antoine de Caunes, Benoît Delépine, Stéphane Guillon, Gustav Kervern, Didier Porte, Christophe Salengro, les Wampas, Didier Super, Zazon, et pas mal d’anciens de Siné Hebdo, Bouyxou, Gérard Filoche, Denis Robert, Noël Godin, Étienne Liebig.

Le site de la manifestation.

Où Philippe Val directeur de France Inter choisit mal ses humoristes…

dimanche 31 octobre 2010

Une chose semble sûre, Philippe Val directeur de France Inter aura peut-être quelques difficultés à remonter un jour sur les planches pour exercer son ancien métier.

Désormais juge et partie, cet ancien comique pamphlétaire vient de signer avec Gérald Dahan son quatrième licenciement d’humoriste (après Stéphane Guillon, Didier Porte, Raphaël Mezrahi), depuis qu’il a pris la direction de cette radio en 2009.

Son adjointe Laurence Bloch estime dans Le Parisien que, après avoir beaucoup discuté avec Gérald Dahan, « on a conclu que ce qu’il faisait était très mauvais ».

Exit donc celui dont Cabu a illustré récemment le DVD de son dernier spectacle (en illustration).

Siné au ciné

lundi 11 octobre 2010

Interview du dessinateur Siné par Pierre Penin dans Sud Ouest (11.10.2010) à l’occasion de la sortie en salle le 13 octobre du film  « Mourir ? Plutôt crever ! » qui lui est consacré.

Extrait :

« Le film parle d’humour à travers vous. L’humour n’a pas de limite pour vous ?
Moi, je n’en veux pas, en tout cas. Le film parle du procès que l’on m’a fait après un article sur le fils Sarkozy : moi je crois qu’avec des gens comme ça, on ne tape jamais assez fort pour les dégringoler.

Ce fut un procès en antisémitisme (le tribunal a blanchi Siné) porté par Bernard-Henry Lévy. Cela semble vous avoir affecté…
C’est vrai. Je l’ai été. C’est dégueulasse de m’accuser d’antisémitisme. Que l’on m’attaque pour des insultes ou de la diffamation, d’accord, ce sont mes armes. Mais il n’y a jamais eu chez moi l’ombre de l’antisémitisme ou d’un quelconque racisme. J’y vois de nouvelles méthodes de censure. J’ai dessiné toute ma vie et je crois que finalement, je n’ai pas changé grand-chose. Rien en fait. Mais je l’ai toujours fait sans crainte. Là, c’est la première fois que je me pose la question du danger qu’il y a à provoquer.

Que vous a fait d’apprendre licenciement de Didier Porte et Stéphane Guillon de France Inter, par le même Philippe Val qui vous a exclu de « Charlie Hebdo » ?
Ça m’a emmerdé pour eux. En même temps, je me suis aperçu que mon licenciement à moi n’était pas si personnel que ce que je pensais au départ. J’ai cru que c’était un truc perso, entre lui et moi. Maintenant je me dis que c’était plus grave. Je pense qu’il y a une stratégie globale de Sarko pour virer tous les emmerdeurs. J’étais juste un parmi eux. »

« L’ex-directeur de Charlie Hebdo »

mercredi 30 juin 2010

Charlie Hebdo avait déjà défendu Stéphane Guillon il y a quelques semaines contre les attaques d’Éric Besson, dans son n°941 (30.6.2010), l’hebdomadaire satirique consacre sa Une (Riss), un édito (Charb) et de nombreux dessins (Schwartz, Tignous, Luz, Jul), au licenciement arbitraire des humoristes Stéphane Guillon et Didier Porte par… Philippe Val, « l’ex-directeur de Charlie Hebdo », nommé directeur de France Inter en 2009 (À noter que «L’ouragan Philippe » tel que le surnomme Cavanna est toujours actionnaire principal du journal, avec Cabu, même si ses actions sont « gelées »).

Dans son texte Charb explique :

« Encore une fois, c’est l’humour qui est pointé du doigt. Les humoristes vont trop loin… On peut se demander pourquoi ils donnent le sentiment au pouvoir d’aller si loin. N’est-ce pas parce qu’en comparaison les « vrais » journalistes politiques ne vont nulle part ? J’ai déjà eu l’occasion de le dire, un journaliste qui lèche outrageusement les pompes d’un puissant ne sera jamais viré d’aucune radio, d’aucune télé. Pourtant, il trahit bien plus sûrement sa profession qu’un comique qui va « trop loin ». Le comique est payé pour ça, aller trop loin. »

À noter également dans le même numéro, une nouvelle définition de l’humoriste par Wolinski (qui nous apprend au passage le tournage d’un film sur lui par Arte) :

« Tous les matins j’écoute France-Inter, et donc j’écoute ces comiques qui ne me font pas rire. L’humour ce n’est pas seulement se moquer du monde, il faut aussi avoir quelque chose à dire. Il faut aussi avoir une certaine grâce, un humoriste n’est jamais méchant sauf avec lui-même, il ne ricane pas, il n’insulte pas, il ne se prend pas au sérieux… Dans ce métier, il faut savoir faire rire même les cons. Mais il ne faut pas faire rire qu’eux. Cela dit, des rigolos, virés, ça ne me fait pas rire, non plus ! »

Lors du départ de Philippe Val pour France Inter, le même Wolinski écrivait dans Charlie (13.5.2009) :

« Tu avais su, à Charlie Hebdo, t’entourer d’une bonne équipe, des femmes, des hommes, lorsque je les regarde à la réunion, je les aime. Je ne peux travailler qu’avec des gens que j’aime, que j’estime, que j’admire. »

En illustration: la Une de Charlie Hebdo et un dessin signés Riss.

Les hebdos satiriques se suivent

jeudi 1 avril 2010

Après la disparition de Siné Hebdo, fin avril, un autre hebdomadaire satirique va t’il voir le jour et prendre sa place ?

L’idée semble faire son chemin avec une énorme surprise, le retour de Philippe Val à la tête d’un titre de presse. En effet, empêtré dans sa position de directeur de France Inter, où il a été nommé pour dégager Stéphane Guillon et le remplacer par Gérald Dahan (un ami de Cabu), l’ancien complice de scène de Patrick Font, souhaiterait quitter son poste à la faveur des prochains congés d’été et avant la mise en place de la grille des programmes de rentrée.

D’après la rumeur (un voisin de table à la brasserie parisienne Lipp), il envisagerait de vendre ses actions de Charlie Hebdo (éditions Rotatives) et refonder un journal avec l’aide de Bernard-Henri Lévy et du Groupe Bolloré. Un hebdo satirique, mais haut de gamme, faisant appel à des intellectuels et des journalistes de renom.

Quid cependant des dessinateurs dans ce type de publication ? On voit mal les dessinateurs de Siné Hebdo rejoindre cet hebdomadaire, et du côté de Charlie Hebdo, il n’y a que Cabu et Wolinski, indéfectibles soutiens et amis de Val, qui seraient susceptibles de participer à cette nouvelle aventure éditoriale étonnante dévoilée en ce premier jour d’avril 2010.

Illustration : la Une du Canard enchaîné
qui a tout à craindre de la parution de ce nouvel hebdomadaire.