Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Delessert’

Dessinateurs, dessinatrices

jeudi 24 mai 2012

Lutte ouvrière présentera dans le cadre de sa fête annuelle à Presles (Val d’Oise) les 26, 27 et 28 mai 2012, une exposition réunissant « Les dessins de la colère », de Besse, Brouck, Cambon, Charb, Chimulus, Coco, Decressac, Delessert, Faujour, Glez, Kap, Lasserpe, Mix & Remix, Pakman, Pinet, Plantu, Rousso, Sergio, Sondron, Soulcié, Tignous, Willem.

Cette fête populaire qui se déroule depuis plus de 40 ans dans le parc boisé du château de Presles, propriété de l’organisation d’extrême gauche, attire plus de 30 000 personnes pendant le week-end de Pentecôte, et propose diverses animations qui vont des spectacles musicaux, au village médiéval, en passant par un grand bal, des débats politiques, et le discours final de Nathalie Arthaud, ex candidate Lutte Ouvrière à l’élection présidentielle.

Siné hebdo : ça déménage !

lundi 3 novembre 2008

Siné Hebdo n°8Siné Hebdo n°9Nouvelle maquette pour Siné Hebdo après huit numéros (plus d’aplats couleur, nouvelles têtières) et nouveaux locaux à Montreuil dans la banlieue parisienne.

Les dessinateurs restent les mêmes : Siné, Berth, Jiho, Diego Aranega, Lindingre, Delessert, Loup, Geluck, Large, Barros, Aurel, Carali, Gab, Faujour et Rémi Malingrëy

Les ventes de la petite entreprise familiale dépasseraient au bout de deux mois d’existence celles de Charlie Hebdo, seize ans d’âge.

SINÉ HEBDO – CHARLIE HEBDO, le match éditorial de la rentrée

dimanche 31 août 2008

Alors que Siné hebdo dévoile sa liste de collaborateurs avec notamment la participation des dessinateurs Mix & Remix, Faujour, Lindingre, Diego Aranega, Carali, Berth, Tardi, Geluck, Ronald Searle, Desclozeaux, Delessert, et… Siné, du côté de Charlie hebdo les retombées du licenciement de Siné et les informations parues à cette occasion sur le journal sont loin d’avoir produit tous leurs effets.

Article val/cabu sur le nouvelobsDeux informations semblent semer le trouble dans la rédaction. L’appartenance du titre lui-même attribué à Cavanna, or il s’avère à la lecture d’un article de Delfeil de Ton (Nouvel Obs) que « l’invention » du titre et son appropriation par les éditions Rotatives pose quelques questions. Jean Cabu et Philippe Val ont d’ailleurs écrit au Nouvel Obs pour contester l’article de DDT les mettant en cause dans cette captation d’héritage.

Une propriété qui pourrait aussi être remise en cause par un texte de Cavanna « A Philippe Val » écrit après l’éviction brutale de Siné et qui, d’après nos informations, aurait du être de publié dans Charlie, mais ne l’a pas été à la demande pressante de Wolinski. A suivre.

L’autre information découle de la manne financière que représente les profits de Charlie hebdo et leur répartition. Révélés par Le Monde, les dividendes (330 000 euros chacun) perçus en 2006 par Cabu et Val, actionnaires principaux, à l’occasion des ventes astronomiques du n° spécial caricatures de Mahomet ont surpris les salariés qui n’avaient touché qu’une prime exceptionnelle. Mais les plus étonnés ont été les collaborateurs réguliers payés eux en « droits d’auteurs », ils sont plusieurs dont quelques « historiques », et qui n’ont eu droit à rien.

Ces révélations financières ont aussi mis à jour les disparités salariales au sein de la rédaction. Ainsi Wolinski, autre pilier historique du titre, s’est aperçu que Siné était mieux payé que lui. Le montant du salaire du comptable (10 000 euros), le même que celui de Philippe Val a également surpris. On est loin de la répartition égalitaire du Charlie hebdo original de Choron et Cavanna. A suivre.

La confrontation Siné Hebdo – Charlie Hebdo aura lieu dans les kiosques le 10 septembre. Pour l’instant celle qui a commencé au sein de la rédaction de Charlie n’a pas fait d’éclats. ff

L’article “Cabu et Val écrivent à l’Obs” – Le site du journal Siné Hebdo