Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘EIRIS’

Le président de la FECO dessine aussi pour l’Iran

lundi 8 juin 2015

Bernard Bouton, président général de la FECO (FEderation of Cartoonists Organisation) International, est un des 16 participants français* au concours International Holocaust Cartoon Contest organisé début 2015 par l’Iran en riposte aux caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo. Un premier concours du même type, antisémite et négationniste, avait déjà été organisé en 2006. Celui-ci avait été condamné par le secrétaire général des Nations unies de l’époque, Kofi Annan (co-fondateur de Cartooning for Peace).

FECO

Quelques 312 dessinateurs du monde entier ont envoyé 839 dessins qui devraient être prochainement exposés à Théhéran. Les trois premiers prix sont dotés d’une somme de 12 000, 8 000, et 5 000 dollars.

75APour sa part, Bernard Bouton justifie sa participation dans un entretien accordé à Guillaume Doizy sur son site Caricatures & caricature. Extrait :

« J’ai participé plusieurs fois à des concours iraniens, sur des sujets différents. De même j’ai participé à des concours israéliens (j’y ai été primé) et j’ai été membre de jurys en Israël, personne ne m’a jamais reproché de soutenir le régime d’Israël. On a dit des dessinateurs participants au concours iranien qu’ils étaient naïfs et qu’ils seraient utilisés par Téhéran, mais mon dessin dont le sens est très clair, sera publié dans la galerie sur le website iranien et il ne pourra pas être détourné, ou interprété différemment. J’ajoute que j’ai déclaré que si je gagne le prix de 12 000$ j’en verserai la moitié à une organisation humanitaire pour venir en aide aux enfants palestiniens et l’autre moitié à une organisation humanitaire pour enfants israéliens, et je le ferai savoir en lui donnant le maximum de publicité ; il sera alors cocasse que l’argent de Téhéran serve aux enfants israéliens ; parlera-t-on alors de détournement ? Il est exclu pour moi de boycotter les concours iraniens. En Iran vivent de nombreux dessinateurs de qualité, et c’est un plaisir enrichissant que de les rencontrer. »

Bernard BoutonBernard Bouton dont on sait peu de chose (il signe aussi Bernie), aurait publié dans L’Express et Le Progrès de Lyon, et est présenté comme « un cartooniste et un collectionneur de dessins français ». Il a dessiné le logo de l’EIRIS (Equipe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Image Satirique) dont il semble être membre.

A noter que Pierre Ballouhey, vice-président de la FECO France, a écrit dans les commentaires de l’article :

« Guillaume, il fallait lui demander ce qu’il pensait de l’emprisonnement, de 12 ans, d’Atena Farghadani qui a représenté des politiques iraniens avec des têtes d’animaux et de lui montrer ton beau livre sur les hommes politiques représentés de la même façon depuis des siècles en Occident. Ce Bouton est vraiment un problème : changer la loi sur le négationnisme, le révisionnisme, on rêve. Ce concours est une réplique au mouvement « Je suis Charlie », comme le concours de 2006 était une réplique aux caricatures danoises. Les organisateurs sont anti-Charlie, c’est clair ça. Pour des dessinateurs français ça veut dire quelque chose. »

Bouton AshgarOn en saura peut-être plus dans le prochain numéro du magazine Fecocorico à propos de celui que P. Ballouhey qualifie de « furoncle » (jeu de mot).

Toujours sur Caricatures & caricature le dessinateur iranien en exil Kianoush Ramezani réagit également à cette affaire (questions en français, réponses en anglais).

Illustrations : Le dessin de Bernard Bouton et une caricature de lui publiée sur le site Cartoon movement. Photo : le dessinateur Iranien Rahim Bagal Ashgar et Daniel Bouton.

*Abderrazak Slim, Bernard Bouton, Charly Billaud Dedko, Depre Patrice, Emile Pradier, Jack Exily, Jean Celestin, Julien Schutz, Krapo Kibave, Nicolas, Pablo Utiel, Ramo, Sani , Thomas Losfeld, Vincent Bachelot, et Zeon (proche d’Alain Soral).

Le dessin de presse à Estienne et à la BNF

jeudi 12 mars 2015

Presse-Citron-2015L’école d’Arts graphiques Estienne, à Paris, organise pendant ce mois de mars plusieurs événements autour du dessin de presse :

– Du 16 au 27 mars, exposition « Charlie for ever » réunissant les dessins du fanzine et du Tumblr, réalisés le 9 janvier par les élèves en hommage aux dessinateurs de Charlie Hebdo assassinés. Galerie de l’école (Bât. C).

– Du 23 au 27 mars, exposition « Cabu & l’école », les meil­leurs souvenirs d’école de Cabu, ancien élève d’Estienne, sélection­nés par Bernard Fournier.

– Le 24 mars, à 15h 30, projection du film documentaire « Cabu, politiquement incorrect ! » écrit par Bernard Fournier et réalisé par Jérôme Lambert & Philippe Picard en 2006, et plantation d’un arbre en hommage à Cabu, en présence d’Anne Hidalgo, maire de Paris.

Ce même jour le nom de « Charlie » sera donné à un amphi de l’école qui vient d’être entièrement rénové.

– Le 26 mars, à 18h 30, à l’école Estienne, et à 20h à la Mairie du 13ème arrondissement, « Soirée de remise des Trophées Presse Citron 2015 ». Invitation exigée à l’entrée.

A noter que dans le cadre de la Semaine de la Presse et des Médias, l’école Estienne a invité les dessinateurs Camille Besse, Soulcié, Boll, Mutio, Yan Lindingre, Vial, Pakman, Mric, Baudry, et Gorce, pour animer des ateliers de travail avec les élèves.

Du côté de la BNF (partenaire du Trophée Presse Citron avec une dotation de 800 euros au Trophée étudiant ) :

– Le 25 mars 2015,  sera inaugurée une exposition hommage aux cinq dessinateurs Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski, disparus tragiquement lors de l’attaque de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015. On pourra découvrir dans l’allée Julien Cain du site François-Mitterrand, du 26 mars au 12 avril, un choix de leurs dessins ainsi que ceux de dessinateurs français et étrangers, professionnels et amateurs, qui se sont exprimés sur ce massacre.

– Le 26 mars, de 10h00 à 17h30, journée d’étude intitulée « Quand la peur se dessine avec humour » avec la participation de chercheurs émérites et des dessinateurs Cardon, Dobritz, Soulas, Camille Besse et Giemsi. Organisée en partenariat avec l’Eiris (Equipe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Image Satirique). Petit auditorium, entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr. En raison des conditions de sécurité, il est prudent de se munir d’une pièce d’identité pour accéder au lieu.

Peur et Humour à la BNF

jeudi 11 décembre 2014

Johann_Caspar_Lavater_KupferstichLa journée d’études « Quand la peur se dessine avec humour » organisée conjointement par la BnF et l’EIRIS et qui devait avoir lieu le 15 novembre a été reportée au 26 mars 2015. Elle se déroulera dans le cadre de la remise du prix BnF/Presse Citron.
Un délai supplémentaire pour sans doute permettre aux participants de s’imprégner du thème des débats.

Extrait :
[…] « Différentes retranscriptions des manifestations de la peur dans la caricature peuvent être abordées :
– D’un point de vue formel, par quels procédés graphiques les caricaturistes parviennent-ils à rendre ce sentiment ? Recourent-ils toujours aux mêmes signes plastiques ou iconiques ou la traduction graphique de la peur dépend-elle pour une large part de l’intensité du sentiment ou de la situation présentée ? Les traités théoriques sur la physiognomonie d’un Lavater ou le traité de Charles Le Brun sur la transcription graphique des passions permettent-ils d’éclairer ces procédés ? Comment les caricaturistes traduisent-ils la pâleur, les tremblements, voire la paralysie partielle qu’engendre très souvent la peur ? Les signes iconiques reflétant la peur sont-ils universels ? […]

L’intégralité de l’appel à contributions est « lisible » sur le site de la revue Humoresque.

En illustration : portrait de Johann Kaspar Lavater (1740-1801) par Thos Holloway.

Un nouveau site Internet pour St Just-le-Martel

samedi 20 septembre 2014

St-Just-ex-siteLe festival International (de la caricature, du dessin de presse et d’humour) de St Just-le-Martel va inaugurer à quelques jours de sa 33ème édition (27 septembre – 5 octobre 2014) son nouveau site Internet. Fini les mises en pages mal fagotées et peu attrayantes, les informations caduques, les photos non légendées, les biographies et les bibliographies de dessinateurs incomplètes, le site sera peut-être enfin au niveau, d’un salon « Unique en Europe » et dont le lieu s’autoproclame « Capitale incontestée de la caricature, du dessin de presse et d’humour », sans oublier le « Centre Permanent du dessin de presse ».
Cette mise à jour serait confiée à Alban Poirier qui anime déjà le site de l’EIRIS.
Plus simple, plus lisible, le site de St Just proposera notamment le programme complet de l’édition 2014 et de ses expositions, avec entre autres « L’art comptant pour rien » de Loup qui reprend les dessins de son album éponyme publié au Cherche midi, « Le dessin de presse en Afrique » exposition proposée par le Fescarhy, festival de Yaoundé au Cameroun, « Le dessin de presse en Syrie », exposition proposée par Saad Hajo, une exposition de Coco, ancienne lauréate du prix de l’Humour vache.
A noter que St Just a également présenté à Limoges et en prélude au festival des « expos apéritives » signées Pichon, Rousso, Placide, Eno ou Olivier Ganan.

En illustration la page d’accueil du site actuel de St Just-le-Martel. Dessin de Guy Hennequin et de Loup.

Précision précise

jeudi 31 octobre 2013

La journée autour du dessin de presse intitulée « La guerre des sexes et le dessin de presse » organisée par la BNF aura lieu le 8 novembre 2013 (et non le 18 novembre comme annoncé par erreur sur ce blog). Il fallait que ce soit rectifié et c’est fait.

La guerre des sexes et le dessin de presse. BNF, petit auditorium – hall Est – Quai François-Mauriac, 75013 Paris. De 9h 30 à 18h. Entrée libre.

BNF : Astérix et la guerre des sexes

mercredi 16 octobre 2013

D’un côté, la BNF inaugure aujourd’hui une grande exposition consacrée à Astérix, phénomène mondial de la bande dessinée, de l’autre, elle organise le 18 novembre 2013 une journée autour du dessin de presse intitulée « La guerre des sexes et le dessin de presse ».

Certes on peut se réjouir qu’un tel établissement n’oublie pas le dessin de presse, mais on peut aussi s’interroger sur le choix du thème de cette journée, les organisateurs pensent-ils que les mots guerre et sexe accouplés attireront le chaland, en tout cas ils présentent ainsi le sujet :

« Le mariage. Le mariage des contraires. Le mariage des semblables. Le mariage pour tous… C’est parce que l’union des êtres humains scelle leur ancrage dans la société et confirme leur promesse de bonheur qu’elle génère passions et émotions vives. Fusion des esprits et des corps, confusion et tension quand vient l’heure des compromis, lutte pour l’existence de chacun et chacune. De cette problématique existentielle et universelle, la mythologie populaire française a fait surgir des figures emblématiques, Bigorne, Chicheface, Lustucru, qui, jouant comme catharsis, ont permis de dépasser, en riant, les conflits et contradictions pulsionnels. Le XIXe siècle a progressivement abandonné ces scènes allégoriques pour une représentation plus réaliste et feutrée des émois de la discrète bourgeoisie. Le XXe siècle, durement griffé par les guerres, les révolutions et évolutions des mentalités, a fait naître, autour de ce sujet, une iconographie délibérément libre et provocatrice, sans tabous. Ainsi, la journée d’étude se propose de montrer comment l’image satirique a traduit ce thème, hautement sensible, au fil du temps. Et comment les dessinateurs d’aujourd’hui s’emparent graphiquement de ce sujet, devenu d’une cuisante actualité, quand choisir son genre apparaît la solution pour oublier la guerre. »

D’après le programme publié par le site Caricatures & caricature la matinée sera consacrée aux interventions des spécialistes de l’EIRIS (Equipe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Image Satirique), et l’après-midi aux témoignages de dessinateurs sur le sujet.

Les auteurs présents sont Thibault Soulcié (Télérama, Mauvais Esprit, Fakir, CQFD), Coco (Inrocks, Charlie Hebdo, l’Humanité), Wolinski (Charlie Hebdo, Paris Match, Journal du Dimanche), Catherine Beaunez (Le Monde, l’Humanité, Le Point, Le Nouvel Observateur), Aurel (Le Monde, Politis, CQFD, Yahoo ! actualités).

Un débat est prévu autour de la question essentielle « Comment les dessinateurs envisagent-ils l’évolution de ce thème ? Par rapport au passé, par rapport au futur ? »

La guerre des sexes et le dessin de presse. BNF, petit auditorium – hall Est – Quai François-Mauriac, 75013 Paris. De 9h 30 à 18h. Entrée libre.