Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour la catégorie ‘Humeur’

Frédérik Pajak à grands traits

jeudi 20 octobre 2016

vuillemin-dessin-de-preLe journal satirique Charlie Hebdo consacre une pleine page à Frédéric Pajak, écrivain, dessinateur, mais surtout un des meilleurs éditeurs spécialisés dans le dessin qui se donne les moyens de faire de beaux livres. Parmi les auteurs publiés on peut citer Topor, Siné, Noyau, Gébé, Mix & Remix, Ungerer, Cardon, Leiter, Pascal, Micaël, Muzo, Anna Sommer, sans oublier la revue Le Cahier dessiné dont le n°11 est paru en début d’année 2016..

Interviewé par Yann Diener, il parle des dessinateurs de presse actuels. Extrait :

« Aujourd’hui, la plupart d’entre eux se contentent de faire des petites blagues, en caricaturant à la va-vite tel ou tel homme politique. Ils ne dessinent plus : ils font des crobards. Ils sont souvent incultes, comme leurs rédacteurs en chef, et n’ont plus aucun sens de l’histoire : ils réagissent à l’actualité, ne s’émeuvent que dans l’urgence. Le dessin de presse devrait s’inspirer de Goya, de George Grosz ou de Saul Steinberg. »

9782882504333-52bc0Frédérik Pajak vient également de publier le Cinquième tome de son Manifeste incertain consacré à une biographie du peintre Van Gogh (éditions Noir sur Blanc).

En illustration, dessin de Vuillemin qui accompagne l’entretien.

Le site des Cahiers dessinés.

Merci à Cyril Bosc.

Quand le client s’en mêle

lundi 10 octobre 2016

Les “retours clients” les graphistes connaissent bien, les dessinateurs de presse et les illustrateurs aussi. Toutes ces petites modifications ou grands changements que le commanditaire demande, souhaite, ou exige sur le résultat proposé par les créateurs.

Le site Graphéine s’est amusé a imaginer ce que donnerait quelques “retours clients” sur des affiches et logos célèbres. Extrait :

chatnoirMerci à D.B.

Une école de la caricature à L’Estaque

lundi 26 septembre 2016

14231809-1794678700776933-3354152976687849730-o“Dès 8 ans”, devenez Cabu, Cardon, Willem, Mix & Remix, Tignous, Siné, Wolinski, Loup, Honoré, Chimulus, en 10 leçons.

Dans le cadre du sympathique « Festival International du dessin de presse de la Caricature  et de la satire » de L’Estaque qui vient de se terminer à Marseille, on a appris que :

« La mairie des 15e et 16e arrondissements de Samia Ghali (PS) a annoncé aujourd’hui la création d’une “école publique de la caricature” qui fait déjà l’objet d’un appel à projets. Concrètement, dès huit ans, les habitants du secteur pourront exercer leur trait une fois par semaine à la maison d’arrondissement de l’Estaque.

“Nous soutenons depuis quelques années le festival et au début, tout le monde n’était pas forcément d’accord. Aujourd’hui, le festival marche bien et je ne voulais pas me contenter d’un évènement, explique Samia Ghali. Je souhaitais que cela laisse une marque dans nos quartiers. Cette école, c’est un moyen – notamment chez les enfants – de développer un autre regard sur la caricature. Comme cela, on pourra bientôt proposer un festival de la caricature enfants en parallèle de l’actuel !” Et la sénatrice, qui assure avoir eu l’idée avant l’attentat de Charlie hebdo, de rêver : “Peut-être que les futurs grands caricaturistes viendront de nos quartiers !” » (Source MarsActu).

Rappelons à ceux qui s’intéressent au sujet que l’art de la satire peut difficilement « s’apprendre », que c’est un métier de francs-tireurs, une originalité qui en fait toute sa force. Sans oublier que le métier est de plus en plus sinistré avec des conditions de travail et de rémunération déplorables et le manque de supports permettant aux dessinateurs de s’exprimer. f.f.

Prochain article : “La liste des “enseignants””.

En illustration, l’affiche du festival dessinée par Gros.

Pour mémoire : Patrick Kanner, ministre de la Jeunesse et des sports, qui après le 7 janvier 2015 voulait lancer un concours de caricaturistes et, toujours à la même époque, le projet de Fondation du dessin de presse lancé par Richard Malka avocat de Charlie Hebdo qui espérait profiter selon Le Monde de “l’afflux d’argent inédit” reçu après le massacre.

Censure du compte Facebook d’Eric Mie

vendredi 9 septembre 2016

Malgré la campagne de solidarité autour d’Eric Mie, Facebook a finalement bloqué son compte pour 24 heures et le censurera définitivement s’il continue à publier des dessins que le réseau social juge contraire à sa morale étriquée. A qui le tour ?

capture-decran-2016-09-09-a-12-37-44

 

De la caricature en veux-tu en voilà.

mercredi 7 septembre 2016

Dans la série “il y aura bientôt plus de festivals dédiés au dessin de presse que de dessinateurs exerçant ce métier” :

14202744_10206756053888073_2944326880390365402_n14233059_10202238936010145_5017494565000189999_n

Facebook n’aime pas les seins et les fesses d’Eric Mie

mardi 6 septembre 2016

Eric MieC’est bien connu les algorithmes et les robots scrutateurs du réseau social Facebook ne raffolent pas des images de nudité ou de sexe, y compris celles représentées dans l’art. Récemment encore un internaute a été censuré pour avoir reproduit L’origine du monde de Gustave Courbet en accès public au Musée d’Orsay à Paris.

Lorsque quelqu’un, anonyme ou pas, dénonce cette présence aux administrateurs, la sanction est immédiate le compte est suspendu ou supprimé, plusieurs artistes en font régulièrement l’expérience. Et s’en plaignent sur le réseau.

Eric Mie est lui aussi un artiste, auteur, compositeur, interprète, comédien, (sympa) qui agrémente ses publications et sa promo sur Facebook de dessins de Pomme, un personnage qu’il a imaginé et qu’il dessine lui-même. La particularité de Pomme, créature virtuelle, est d’être plutôt gironde et de n’être vêtue que de bas à rayures. Rien de bien méchant comparé aux images de violence et aux messages racistes qui outrepassent les filtres de Facebook.

Eric Mie 1Mais voilà ce que Eric Mie écrit le 5 septembre : « Je ne sais pas quel imbécile a signalé l’une de mes pommes comme pouvant heurter les âmes sensibles, ou œuvre pornographique, mais toujours est-il que Facebook m’a envoyé un avertissement avant suppression de mon compte si je continue à la dessiner !!!!… C’est crétin parce que maintenant c’est quitte ou double. Et si on me supprime c’est la fin des haricots et de ma pomme… Soupir… »

Depuis, le dessin de Pomme est republié par nombre d’Internautes (en illustration).

A lire « Les standards de la communauté » Facebook, dont celui à géométrie variable de la nudité puisque de nombreux artistes en font les frais.