Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Kroll’

Le dessin de presse en débats

dimanche 18 septembre 2016

nszh-couvgallimard-1Alors que de moins en moins de journaux en France publient du dessin de presse, que ceux qui exercent ce métier ont de plus en plus de mal à en vivre, on continue malgré tout à débattre autour du thème le « pouvoir du dessin de presse ».

Ce sera le cas à l’Opéra Bastille le dimanche 18 septembre 2016 à 11h dans le cadre du Monde Festival. Le débat, animé par Plantu, réunira Michel Kichka (Israël), Willis from Tunis (Tunisie) et Firoozeh Mozaffari (Iran). La dessinatrice Louison (France) illustrera le débat en direct.

A noter aussi, toujours à l’Opéra Bastille, que l’association Cartooning for Peace qui fêtera ses 10 ans en octobre, présente du 16 au 19 septembre l’exposition “Les dessinateurs de presse en première ligne”, sur le thème de la censure.

Autre événement autour de Cartooning for Peace, la parution le 21 septembre du livre « “Le dessin de presse dans tous ses Etats » (Gallimard) qui fait suite au colloque organisé à Paris le 21 septembre 2015. On y retrouve les interventions de Hélé Béji, Jean-François Colosimo, Régis Debray, Jean-Paul Delevoye, Harlem Désir, Delphine Horvilleur, Jean-Noël Jeanneney, Georges Kiejman, Jack Lang, Pascal Ory, Christiane Taubira, Najat Vallaud-Belkacem, et les dessinateurs Bonil, Chappatte, Elchicotriste, Glez, Khalil, Kichka, Kroll, Plantu, Rayma, Lars Refn, Riss, Slim, Vadot, Willis from Tunis, Zohoré, Zuna.

En illustration le dessin de couverture signé Plantu.

Geluck et Kroll montent sur scène

mercredi 21 octobre 2015

geluck1-2En Belgique cela semble être la tendance, les dessinateurs se donnent en spectacle. Après Geluck qui offre une série de représentations promotionnelles (voir affiche en illustration, et dates sur ActuaBD.com), c’est au tour de Kroll de monter sur scène.

Le Soir (article payant) qui rend compte de la première représentation de Kroll, écrit : « C’est la réelle prouesse du caricaturiste durant plus d’une heure et demi : projeter des dessins censés faire rire mais qui l’un après l’autre, font réfléchir. Car s’il part de sa propre histoire – son père athée, sa mère catho –, c’est pour mieux raconter le poids de la religion, sa vraie place, ses excès, ses absurdités. Il y en a pour les cathos, les juifs, les musulmans. Avec en filigrane, un cours – hilarant, impertinent, provoquant et… intéressant – sur le rôle de la caricature depuis la nuit des temps. Kroll c’est « Ni Dieu ni Maître », et cela vaut pour la religion comme pour la politique, ou la monarchie. Tant pis si vous êtes choqué.»

KrollToujours à l’occasion de cette prestation, le dessinateur a accordé un long entretien à son journal Le Soir (article payant). Il y parle de son spectacle, mais aussi de son métier. Très court extrait :

[…] Neuf mois ont passé, depuis la tuerie à « Charlie Hebdo ». Qu’est-ce qui a changé, pour vous, depuis ?

Ce qu’on a perdu, c’est très simple : c’est l’insouciance. Et c’est la connivence. Or, ce qui fait l’humour, c’est la connivence. On ne rit et on ne s’amuse bien que si ce n’est pas avec tout le monde. L’humour général, mondial, c’est un produit blanc absolument incolore, inodore, insipide. Donc, pas de solution. Il faut continuer à faire comme si on ne s’adressait pas à tout le monde. Et puis, n’oublions pas que Charlie est un journal spécial. Tous les journaux n’ont pas vocation à être des journaux satiriques « no limit ». […]

Merci à Claude Haber.

Où l’on parle beaucoup du dessin de presse

vendredi 4 septembre 2015

Depuis le 7 janvier, il y a toujours aussi peu de médias qui publient du dessin de presse (rémunéré) mais on en parle toujours autant.

Ce sera le cas au Mémorial de Caen du 11 au 13 septembre, mais également à Paris le 21 septembre, avec le colloque international sur la liberté d’expression et le dessin de presse, « Le dessin de presse dans tous ses états », organisé par Cartooning for Peace dans le cadre et le soutien du très officiel du Conseil économique, social et environnemental (CESE), 9, place d’Iéna, 75016 Paris.

La matinée sera consacrée à un « état des lieux pluridisciplinaire sur la liberté d’expression et la caricature », avec Jean-Noël Jeanneney, Pascal Ory, Georges Kiejman, Jack Lang, Jean-François Colosimo, Hélé Béji, Delphine Horvilleur et Régis Debray.

Plantu CESEL’après-midi, les dessinateurs de presse Rayma (Venezuela), Bonil (Equateur), Chappatte (Suisse), Lars Refn (Danemark), Kichka (Israël), Vadot (Belgique), Plantu (France), Zunar (Malaisie), Glez (Burkina Faso), Kroll (Belgique), Khalil (Palestine), Elchicotriste (Espagne), Zohoré (Côte d’Ivoire), Willis from Tunis (Tunisie) et Slim (Algérie), feront part de leurs « États d’âme » de 13h 45 à 17h 30.

Le site du CESE donne plus d’informations sur le déroulé de l’après-midi avec notamment un débat entre Plantu (Le Monde, L’Express) et Riss (Charlie Hebdo) sur le thème « Les dessinateurs en première ligne », et un autre qui aura pour sujet « Si tu Twettes, je suis mort ».

Entrée libre sur inscription.

A noter que du 18 septembre au 11 octobre 2015, une exposition de dessins de presse consacrée à la liberté d’expression sera présentée sur les grilles du Palais d’Iéna, 75016 Paris.

En illustration : dessin de Plantu.

Exposition et débat sur les guerres

jeudi 5 mars 2015

INVITATION-DESSINE-MOI-LA-GUERRE

Les dessinateurs belges s’unissent sur le Net

jeudi 17 avril 2014

The Cartoonist.be est un nouveau site Internet qui fédère nombre de dessinateurs belges, aussi bien Wallons que Flamands, dont Kamagurka, Kroll, Marec, Gal, Vadot, Johan de Moor, Cécile Bertrand, Quirit, Ilah, Kanar, Kim et duBus.

The Cartoonist.be a été créé par Marloes De Cloedt et son père Marec, dessinateur pour le journal Het Nieuwsblad et l’hebdomadaire Dag Alemaal, pour permettre à chacun de ces auteurs d’archiver, d’exposer, et de vendre leurs dessins. Ceux-ci sont classés par thèmes, auteurs ou mots-clefs, et le site permet aux amateurs d’acheter une reproduction, ou un original de chaque dessinateur.

Dans le quotidien Le Soir  ( accès payant ) la créatrice du site explique «Le digital protège les dessins du temps. Le papier s’abîme. Les CD, DVD et disques durs aussi. Le e-stockage à une durée de vie quasi illimitée.» Le site propose aussi de nombreux inédits car, dit-elle, «Les dessins les plus engagés sont souvent refusés et c’est dommage car ils sont vraiment intéressants. Même s’ils sont choquants, ça reflète la réalité et tout le monde doit le savoir. The Cartoonist est un espace de liberté sans limite.»

L’auteur de l’article, Ibticem Azlef, nous informe aussi que « Le projet lancé au mois d’août a vite pris de l’ampleur. Après la conception du site web, le collectif décide d’avoir une galerie. Un espace physique où exposer quelques dessins. Ils s’installent alors rue Haute 11, à Bruxelles. Dans un espace de 30 mètres carrés, une cinquantaine de dessins sont exposés. Des écrans permettent de découvrir toute la panoplie. Au-delà des expositions, cet espace sera l’occasion pour les cartoonistes de rencontrer leurs fans et de présenter d’autres travaux ( livres, peintures, collaborations ). Marloes et Marec espèrent que The Cartoonist sera un jour une référence dans le milieu: « Notre rêve c’est que ça devienne un projet plus important, comme un musée.»

Merci à Claude Haber.

Huit dessinateurs de presse sortent de leur réserve

mardi 11 février 2014

Depuis la parution en 1981 du document « Le dessin sous presse » édité par le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou, et qui proposait des conversations avec Plantu, Barbe, Tim, Cabu, kerleroux, Wiaz, Gourmelin, Puig-Rosado, Serre, Siné, Desclozeaux, Wolinski, Cardon, Avoine, Bretécher, Faizant, peu d’ouvrages étaient parus donnant la parole aux dessinateurs sur leur métier.
D’où l’intérêt (pour les quelques amateurs) du livre « Dessinateurs de presse » de Numa Sadoul “un passionné de bande dessinée, qui a déjà réalisé plusieurs ouvrages sur le sujet” que publient le 12 février les éditions Glénat.
Des entretiens débutés en 2006 (mais réactualisés en 2009 puisque les protagonistes y évoquent la fameuse affaire Siné-Val), que l’éditeur présente ainsi :

“Pour réaliser cet ouvrage consacré au dessin de presse, le journaliste Numa Sadoul a rencontré quelques-unes des plus célèbres figures du genre, de France et de Belgique, dont les illustrations féroces scrutent depuis des années les travers de notre société, formant souvent le curseur des limites de la liberté d’expression. Ainsi, retrouvez Cabu, Charb, Kroll, Luz, Pétillon, Siné, Willem (Grand Prix d’Angoulême 2013) et Wolinski dans des entretiens amicaux mais sans concession, au cours desquels les artistes reviennent sur leurs parcours, se dévoilent, et commentent eux-mêmes leurs œuvres.
Une véritable mine d’anecdotes et de perles d’humour composent ainsi cet ouvrage éclairant et passionnant, qui révèle un amusant paradoxe puisqu’il tend à montrer l’apport artistique, culturel et durable d’un phénomène qui, rebondissant sur l’actualité, est par définition éphémère !”

Note de lecture à venir.