Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘François Cavanna’

Le faux Hara Kiri condamné

dimanche 27 novembre 2016

 Lu dans Livres Hebdo :

l9886« Des plagiaires d’Hara Kiri condamnés

Le tribunal de grande instance de Paris a condamné la société Riviera Mediainvest à régler 52 700 euros aux enfants et à la veuve de François Cavanna pour avoir édité de janvier à juillet 2016 un magazine intitulé Hara Kiri, plagiat du célèbre titre satirique publié de 1960 à 1970. Basée à Londres et contrôlée par une direction française, Riviera Mediainvest a invoqué que François Cavanna avait consenti à la publication de livres reprenant les couvertures d’Hara Kiri (chez Hoëbeke), mais n’a elle-même sollicité aucune autorisation des ayants droit, défendus par Me Anne Boissard. Le plagiat a généré 133 519 euros de chiffre d’affaires, selon le tribunal. Hervé Hugueny. »

A lire sur ce sujet : « Satire Hebdo, Hara Kiri, les faux semblants« .

Merci à Bernard Joubert et Christophe Caution.

Cavanna (François) 1923-2014

vendredi 7 février 2014

Voilà, Cavanna est parti. Ou presque, il laisse ses nombreux livres et le mauvais esprit qu’il a sainement inoculé à plusieurs générations de lecteurs.

Incinéré le 6 février 2014 en présence de plusieurs centaines de personnes venues lui rendre un dernier hommage au Père Lachaise à Paris.
Devant une belle gerbe de roses rouges, en forme de  journal, du mensuel Hara-Kiri (une idée de Siné mensuel ) et un diaporama, la famille a évoqué sa vie de père, de grand-père, de beau-père, puis ont pris la parole, Siné, Delfeil de Ton, Charb le directeur de Charlie Hebdo 3, Denis Robert qui préparait un film sur lui et qui a lu une biographie écrite par Cavanna, Jean-Marie Laclavetine l’éditeur chez Gallimard de  « Lune de miel », Virginie Vernay qui l’accompagna ces dernières années, le dessinateur Gondot, Michèle Bernier, la fille du Pr Choron, et des anonymes, le tout ponctué de chansons italiennes, de chansons de Georges Brassens, d’Yves Montand ou Georges Moustaki. Marcel Amont a même lu la seule chanson écrite par Cavanna.

Ce fut un peu longuet mais en même temps, on retraçait l’immense carrière de Cavanna, dessinateur, homme de presse passionné, agitateur d’idées, anticonformiste invétéré, découvreur de talents, humoriste, écrivain, 90 ans, presque 91, ce n’est pas rien.

Lui qui avait tenté de faire une carrière de dessinateur aurait été heureux de voir tous ceux qui étaient là, les « survivants » de Hara-Kiri, Cabu, qui l’a longtemps vouvoyé, Wolinski, ceux de Charlie, Luz, Riss, Tignous, Honoré, Catherine Meurisse, Foolz, ceux de Siné mensuel, Lindingre, Faujour, Carali, Mric, Desclozeaux, Flavien, et aussi Poussin, Lefred Thouron, Bridenne, Jy, Camille Besse, Jean Solé.
Dans la foule on a vu également Jean-Christophe Menu, Berroyer, Langaney, Yves Frémion, Bruno Gaccio, Gonzague Saint-Bris, Régine Deforges, Sylvie Caster, Isabelle Alonso, Bernard Maris, Patrick Pelloux, Gérard Biard, Albert Algoud, Jean-Yves Festjens, Pacôme Thiellement, le photographe Arnaud Baumann, qui a débuté à 23 ans à Hara-Kiri, et bien d’autres… (photos à voir sur le site Pure people).

Et puis les applaudissements ont retenti, fervents, lorsque le cercueil a été porté vers les flammes de l’enfer (sans doute) et de l’éternité.
Cavanna aurait aimé ce moment là.

En illustration Cavanna par Sépia-Cavanna

Création du Prix Papiers Nickelés

vendredi 17 janvier 2014

Le vibrionnant Yves Frémion (Fluide glacial, ex-Barricade) qui, se murmure-t-il, devrait être chargé de la programmation de l’espace humour de la Galerie Glénat à Paris, lira ses œuvres poétiques et humoristiques le mercredi 22 janvier 2014 à 21 h au bar-slam Culture Rapide, 103 rue Julien Lacroix 75020 Paris. Il crée par ailleurs le « Prix Papiers Nickelés », distinction qui porte le nom de la revue de l’image populaire qu’il anime, et dont le n°39 vient de paraître (couverture en illustration).

Le prix, dont le jury est composé de l’équipe des Papiers Nickelés, « récompensera chaque année le meilleur ouvrage (essai, biographie, mémoires, correspondance, étude, etc.) ou travail (revue, site…) sur le dessin imprimé sur papier : BD, dessin d’humour ou de presse, illustration, affiche, gravure, imagerie populaire ». Il sera décerné pour la première fois le mardi 21 janvier 2014 à la galerie Oblique, Village St Paul, 17, rue St Paul, 7504 Paris. A partir de 19h avec la proclamation à 20 h.

Titres qui figurent dans la pré-sélection :

Christophe Cassiau-Horie « Dictionnaire de la bande dessinée d’Afrique francophone » (Africultures),
François Cavanna et Virginie Vernay « La gloire de Hara-Kiri, 1960- 1985 » (Glénat),
Guillaume Doizy et Pierre Brouland « La Grande Guerre des cartes postales » (Hugo & Cie),
Nicolas Finet « Histoire du Transperceneige » ( Casterman),
Patrick Gaumer « Cauvin, la monographie » (Dupuis),
Thierry Groensteen « M.Töpffer invente la bande dessinée » (Impressions nouvelles),
Alain Lachartre « Réclames », grand favori, (Hoëbeke),
Frans Lambeau « Dictionnaire de la bande dessinée belge sous l’Occupation » (Versailles),
Régis Léger « Cuba Grafica, histoire de l’affiche cubaine » (L’Echappée),
Emmanuel Pollaud-Dulian pour « Gus Bofa, l’enchanteur désenchanté » (Cornélius), et pour « Le Salon de l’Araignée » (Michel Lagarde),
Gilles Ratier « J-M. Charlier vous raconte » (Castor Astral),
Gérard Thomassian « Encyclopédie des bandes dessinées de Lug 1950-54 » (Fantasmask).

Feu Hara Kiri

lundi 7 novembre 2011

Parution le 9 novembre 2011 de « Jusqu’à l’os » quatrième volume de la série d’albums parue aux éditions Hoëbeke.  Des albums qui nous remettent en mémoire, avec la complicité du très grand François Cavanna, les plus belles pages du mensuel Hara Kiri, un journal publié à une époque (1960-1985) où on ne brûlait pas encore les journaux dérangeants.

Espérons que l’album – vendu avec une montre collector – vaut mieux que la présentation qu’en fait l’éditeur :

« Collecte méthodique de nombreuses plongées en apnée au tréfonds de l’enfer des archives de Hara-Kiri, ce recueil représente une tentative de sonder l’insondable. Qu’on se le dise, l’ouvrage exhume les pièces maîtresses d’un type de mauvais goût revendiqué, absolu, radical et explosif. Dès lors, ses déflagrations risquent d’éprouver sévèrement les esprits délicats. Miscellanées de vingt-cinq ans de grossièretés, Jusqu’à l’os !, il est vrai, ne sent pas que la rose : il convient donc de l’explorer comme des annales barbares, la chronique d’une belle époque révolue, lorsque le principe de précaution n’était pas encore coulé dans le bronze… Dans un souci pédagogique, Jusqu’à l’os ! s’applique à dégager les thématiques essentielles à la bonne compréhension de ses propos. C’est ainsi que l’œuvre de Hara-Kiri est ici abordée selon une dizaine d’entrées représentatives du grand dessein ayant animé cette publication, dont une sensibilité écologique avant-gardiste (« Torchez-vous avec des arbres pour éviter la déforestation ») ou encore une défense pointilleuse des valeurs républicaines (« Liberté, Égalité, Poing dans la gueule »). La bienséance nous interdisant de détailler la conception de la sexualité et de l’amour courtois selon Hara-Kiri, nous renvoyons les lecteurs aux chapitres concernés : Les Bas Morceaux et Les Salopes. En revanche, les suggestions régulièrement délivrées aux aficionados de la bande à Cavanna (chapitre Vie pratique) méritent d’être lues de 7 à 77 balais. Cette mine d’inventions – telle « la cafetière à vin blanc pour ceux qui n’aiment pas le café au réveil » – s’avère en effet toujours aussi pertinente pour transfigurer le morne quotidien en petit paradis. Enfin, c’est avec un plaisir sans mélange que chaque lecteur découvrira la montre Hara-Kiri, objet-culte dont on comprend aisément que personne n’osa jamais le rééditer. Une aubaine, car cette tocante finement ouvragée permettra à tous de briller avantageusement en société… en attendant qu’une Rolex tombe du camion. » …