Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Pinatel’

Vente de dessins de Loup, Cabu, Bellus, Rousso, etc.

lundi 29 février 2016

Bellus St Cyr« Dessins de presse, XXème siècle », c’est le titre de la vente de dessins de Loup (13 dessins), Cabu (6 dessins), Chimulus, Wiaz, Vial, Lebon, Rousso (20 dessins), Dobritz, Morez, Trez, Barberousse, Bellus, Calvi (dessins signés Clivanel), Redon, Aramis, Dubouillon, Effel, Gus, Innocent, Kb2, Lap, Morchoisne, Napo, Pichon, Puig Rosado (18 dessins), Pinatel, Soupault, Siné (2 dessins), Tetsu (12 dessin), Vuillemin (5 dessins), le 5 mars 2016, à 14h 30, 6, avenue Hoche, 75008 Paris, organisée par Maître Cornette de Saint-Cyr.

La totalité des dessins est visible sur le site de l’étude :

http://www.cornettedesaintcyr.fr/html/index.jsp?id=26480&lng=fr&npp=10000

Comme d’habitude le « travail » des « experts » est toujours approximatif lorsqu’il s’agit de dessins de presse : les dessins de Kamb présentés comme étant ceux de Innocent, Faizant annoncé alors que ce sont des dessins de Michel Faizant / Chimulus, un dessin de Piem attribué à Pichon, sans oublier des dessins de Loup « réalisé sur le plateau de TF1, pour l’émission «Droit de réponse» de Michel Polac » alors qu’ils étaient dessinés chez lui pour être diffusés dans la séquence « Rebuts de presse » à laquelle participaient également Cabu et Siné.

Les « experts » ? On retrouve dans cette vente Michel Roudillon et Xavier Guénant « spécialiste du dessin de presse », qui officiaient déjà pour les ventes de l’étude Marie-Françoise Robert (aujourd’hui fermée),  avec la particularité pour Xavier Guénant de mettre en avant les dessinateurs d’extrême-droite.

En illustration la couverture du catalogue (signée Bellus) et un dessin de Vuillemin (lot n°323).

323

Quand l’extrême droite n’est pas Charlie

vendredi 3 juillet 2015

Quand les dessinateurs d’extrême droite ne sont pas Charlie, mais utilisent le nom (et le graphisme du titre) pour publier un hors-série spécial…

Au sommaire des dessins et des interviews de Chard, Aramis, Ignace, Konk, Miège, Pinatel, Tcho, sur leur métier.

6a00d83451619c69e201b7c7a4645e970b-800wi3621203603

Merci à Alain G.

Hors série d’été : Chard dessinatrice

vendredi 1 août 2014

Special-CHARDLe quotidien Présent qui n’aime pas qu’on le qualifie d’extrême-droite mais qui se présente comme un journal « de la presse nationale et chrétienne », publie un numéro hors-série de 8 pages couleurs daté août-septembre, consacré à sa « grande dessinatrice Chard » (Françoise Pichard).

chard249Après le départ à la retraite du dessinateur Konk, Chard est avec Miège et Pinatel un des rares dessinateurs a exprimer des idées d’extrême droite. Sans oublier cependant Adolf, Joe Le Corbeau (Noël Gérard) et Zéon proches d’Alain Soral et de Dieudonné.

Page Wikipedia de Chard (dessinatrice).

Site Internet de Chard (d’où est tiré le dessin en illustration).

Quel dessinateur à la Une du Figaro ?

mardi 1 avril 2014

Dernière minute : la réunion annoncée dans cet article a été reportée au 1er avril 2015.

Le quotidien d’opposition Le Figaro cherche toujours pour sa Une, un « successeur » à Jacques Faizant qui fut l’éditorialiste du journal de 1960 à 2005. Après le résultat des dernières municipales et avec la montée du Front national, Le Figaro souhaite muscler son combat éditorial contre le pouvoir socialiste en utilisant des dessins.

La rédaction a bien pensé à rappeler Konk que Franz-Olivier Giesbert avait embauché lorsqu’il dirigeait le journal de 1988 à 2000, mais celui-ci a décidé d’arrêter définitivement le dessin après son départ à la retraite en 2011. Le profil du poste n’est pas évident et les dessinateurs de droite ou d’extrême droite avérés sont rares, hormis Pinatel vétéran du journal Minute qui à 85 ans est toujours en activité.

D’autres solutions comme celle de faire appel à plusieurs dessinateurs ont été envisagées, avec notamment ceux du site Délit d’Images  qui publie Miège (au graphisme très proche de celui de Konk mais que l’affaire de sa proximité avérée ou pas avec Christiane Taubira a disqualifié), ou Na! (sur BFMTV, mais qu’on a pu voir aussi sur le site du  Nouvel Obs ou Rue 89). Hélas pour ce dernier, son style « jeté » déplaît à Serge Dassault, propriétaire du Figaro et amateur, comme son père Marcel Dassault créateur de Jour de France, de bons dessins d’humour.

Autres signatures possibles, celle du caricaturiste Eloi qui publie dans Nouvelles de France (site de droite, libéral et conservateur), Adolf au pseudo explicite, ou enfin Joe le Corbeau (Noël Gérard) qui a dessiné plusieurs ouvrages avec Alain Soral (Alain Bonnet) et Dieudonné comme co-auteurs. Cependant la mise en examen de Joe le Corbeau pour avoir diffusé sur Internet la photo d’un individu faisant une « quenelle » devant l’école Ozar Hatorah de Toulouse, l’a rayé de la liste des prétendants possibles.

Une réunion à laquelle participeront Serge Dassault, Président du groupe, Marc Feuillée, directeur général de la publication, Alexis Brézet, directeur des rédactions, et Joseph Maggiori directeur artistique du Figaro magazine, devrait révéler aujourd’hui le nom de l’heureux élu.

En illustration un dessin de Jacques Faizant (© Michel Faizant), et une BD parodique de Joe le Corbeau..

Charlie Hebdo sur LCP et attaqué par « l’Elysée »

mardi 3 décembre 2013

L’émission Médiapol diffusée (1.12.2013) sur LCP-Assemblée Nationale s’est intéressée à l’impact et l’influence des dessins (« Beaucoup de bruit pour rien ») dans le monde politique et syndical. Tournée dans les locaux de Charlie Hebdo, Riss, directeur de la rédaction, répond aux questions de Valérie Brochard (en illustration).

Dans un des reportages, on peut voir Annie Duprat, historienne spécialiste de la caricature politique, commenter un dessin de Pinatel (Minute, National Hebdo, Valeurs Actuelles, Le Trait), sur l’affaire des diamants de Giscard. Une autre séquence évoque l’application Bitstrips comme vecteur de communication.

(Merci à Mric)

A noter que dans le numéro de cette semaine (n°1120 – 4.12.2013), Charlie Hebdo dévoile que les attaques  (voir blog du 24.11.2013) le qualifiant de raciste, notamment sur des sites Internet algériens, provenaient de… l’Elysée et seraient la conséquence de l’article publié sur Faouzi Lamdaoui, le conseiller de François Hollande qui demandait à ses gardes du corps de lui apporter chaque matin un pain au chocolat.

Le dessin de presse, moins on en publie plus on en parle

lundi 22 octobre 2012

Le vendredi 9 novembre 2012 se dérouleront les « Rencontres autour du dessin de presse », journée d’étude organisée par l’EIRIS (Equipe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Image Satirique – logo en illustration, dessin de Bernard Bouton) à l’occasion de ses 20 ans. L’EIRIS est invitée par la BnF pour « permettre au monde de la recherche scientifique de rencontrer celui des dessinateurs de presse. Expérience inédite et originale porteuse de perspectives enrichissantes pour tous. »

Selon la BnF « L’objectif de la journée d’étude est de balayer quelques aspects du vaste champ iconographique engendré par l’idée de crise. La matinée permettra à cinq spécialistes de l’image satirique d’approcher le thème par des biais différents : analyses générales et synthétiques ou comment faire rire de la triste crise, gros plan sur des images symboles d’espoir et de rêve comme le « Père Noël » ou la « Colombe de la paix », approche d’œuvres de dessinateurs particuliers comme les Espagnols El Roto et Aleix Salo ou Georges Wolinski. L’après-midi donnera la parole à des dessinateurs venus d’horizons divers : Coco, Dominique Lemarié, Ramezani Kianoush, Nicolas Vadot, Nono, Pakman. »

Programme de la journée :

Précision : contrairement à ce qui a été publié sur ce blog, la dessinatrice Coco ne pourra pas participer aux « Rencontres autour du dessin de presse » organisées par l’EIRIS.

9h30 : Présentation de la journée par Sylvie Aubenas, Martine Mauvieux (BnF), Le temps des crises – Caricatures et crises actuelles : regards croisés,

9 h45 : Ursula E. Koch (Munich), Jean-Claude Gardes (Brest) Caricature, caricaturistes et recherche universitaire : Les vingt ans de l’EIRIS,

10h15 : Introduction à la thématique, Alain Deligne (Münster)  Crise(s), critique et Europe,

11h : Réflexions sur la caricature et les crises  Bernard Bouton (Lyon)  Comment les dessins d’actualité rendent-ils compte de la crise ?,

11h15 : Margarethe Potocki (Clermont-Ferrand) Le Père Noël est une ordure : à propos de quelques dessins d’Angel Boligan,

11h30 : Angelika Schober (Limoges) La colombe de la paix, un signe de crise,

11h45 : Discussion,

12h : Isabelle Mornat (Paris XII) : Regards croisés de Salo et El Roto sur la crise espagnole,

12h15 : Martine Mauvieux (BnF) La crise vue par Wolinski,

12h30 : Discussion,

14h30-16h30 : Témoignages de dessinateurs sur leurs œuvres (modérateur Alban Poirier) : Coco, Dominique Lemarié « Arrêt sur image dans le prétoire »  (modératrice : M. Mauvieux) – Ramezani Kianoush (modérateur : B. Bouton) « La corde et les ailes », Nicolas Vadot « Regard d’un dessinateur globe-trotteur sur la crise » (modératrice : E. Leverrier), Nono (modérateur : Jean-Claude Gardes) « Crises, presse, dessin et région ».

16h45 – 18h : Table ronde Animée par Martine Mauvieux et des membres de l’EIRIS, avec notamment Coco, D. Lemarié, R. Kinaoush, Nicolas Vadot, Nono, Pinatel, Pakman.

BNF-François-Mitterrand, Petit auditorium, Quai François-Mauriac – Paris 13e. Entrée libre.