Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Jean-Luc Hees’

Cabu sur les ondes

vendredi 1 avril 2011

Le dessinateur Cabu rejoindrait son ami Philippe Val sur France Inter pour animer une émission satirique le samedi. Il serait entouré de deux humoristes (on parle de Patrick Font dont il a illustré le dernier livre) et d’un journaliste. D’autres dessinateurs ont déjà exercé  leur talent à la radio.

C’est le cas de Plantu, Deligne, Aurel, ou Chaunu, qui racontent leurs dessins sur France Info, ou de Gébé, Gotlib, et Fred qui, il y a quelques années, ont animé avec René Goscinny « Le feu de camp du dimanche matin » sur Europe 1. L’émission était sous-titrée « Nous on fait de la radio parce que ça nous repose les yeux ».

Cette prestation radiophonique sera sans doute promue par Véronique Brachet la nouvelle directrice des relations presse de Radio France nommée par Jean-Luc Hees le 4 octobre 2010 et qui n’est autre à la ville que… Mme Cabu. Le contrat de Cabu serait signé le 1er avril.

À noter que Cabu publie également  « Johnny c’est la France » aux éditions Charlie HebdoLes Échappés,  début avril 2011

Florilège

jeudi 14 mai 2009

Une charlie hebdo

À propos du départ de Philippe Val de Charlie 2€ Hebdo :

« Philippe, de ton côté : l’intelligence et l’humour. Par-ci, par-là : le mensonge et la jalousie. Laisse les crapauds ! Ils crèveront dans leur peau ! Ton ami Cabu »
Cabu dans Charlie (13.5.2009).

« Tu avais su, à Charlie Hebdo, t’entourer d’une bonne équipe, des femmes, des hommes, lorsque je les regarde à la réunion, je les aime. Je ne peux travailler qu’avec des gens que j’aime, que j’estime, que j’admire. » 
Wolinski dans Charlie (13.5.2009).

« Politiquement, je suis rarement sur les positions de Val. On s’est engueulés, on s’est réconciliés… »
Charb dans Le Monde (13.5.2009).

« Jean-Luc Hees est nommé par Sarkozy, ça contamine Val par ricochet. J’espère que l’ambiance va s’améliorer. » 
Willem dans 20 minutes (13.5.2009).

« Il faut faire Charlie 3 !, Il y a eu le premier « Charlie » du professeur Choron. Celui relancé par Philippe Val en 1992, qui a connu un âge d’or au moment de l’affaire des caricatures (de Mahomet), en 2006. Maintenant, il y a besoin d’un renouveau, un journal plus social et plus proche des gens. » 
Patrick Pelloux dans Le Monde (13.5.2009).

« C’est un type bourré d’humour, mais il oublie de l’utiliser. Il se sent investi de trop de responsabilités. Il a besoin d’être en confiance pour se lâcher. » 
Luz dans Libération (13.5.2009).

« Le départ de Val ? On l’a annoncé il y a un mois, c’était décidé depuis décembre. Il n’a jamais caché qu’il voulait faire une carrière. Au contraire, tout devient conséquent après l’histoire de l’été dernier. Sa menace perpétuelle, c’était : « Si vous n’êtes pas gentils avec moi, je m’en vais. Moi parti, le journal s’écroulera. »
Catherine Sinet dans Libération ((13.5.2009).

Val à France Inter, suite du feuilleton

samedi 9 mai 2009

Extrait d’un article de Libération (7.5.2009)  signé Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts consacré à « Jean-Luc Hees, le fou du roi Sarkozy ?» 

charlie-leche-cul[…] L’oreille de Philippe Val

Le désormais président de Radio France a-t-il l’oreille du patron de Charlie Hebdo ou bien est-ce l’inverse ? Toujours est-il que Philippe Val devrait être le prochain patron de France Inter, navire amiral de Radio France, scellant ainsi le sort de l’actuel directeur Frédéric Schlesinger. «Je confirme, a déclaré plaisamment Hees au CSA qui l’interrogeait à ce sujet, Philippe Val est mon ami.» Les deux compères se connaissent de longue date : Hees a embauché Val sur Inter, Val a confié des chroniques à Hees dans Charlie Hebdo. Des potes, quoi. Voilà pour la version officielle; l’officieuse dit que c’est Nicolas Sarkozy qui a lui-même décidé du sort de Val à France Inter. Voire qu’il aurait d’abord eu l’idée de confier la station publique au directeur de Charlie Hebdo puis celle de mettre Radio France entre les mains de Hees. […]

À noter aussi la réponse de Charb (ci-dessous) interrogé par un internaute au cours d’un « chat » organisé par le quotidien 20 minutes autour de l’excellent livre «Éternuer dans le chou-fleur» qu’il vient de publier avec Antonio Fischetti (Éditions Les Échappés). 

« Quelques questions aux journalistes de Charlie: Votre boss à France Inter, c’est vrai? Tant mieux? Que pensez-vous de l’affaire Siné ? Charlot

Charb : si c’est vrai, merci de nous avertir. Si c’est faux aussi. On ne sait pas si on doit acheter des petits-fours pour le pot de départ ou non, c’est chiant. En tout cas, on a repéré un modèle de vélo d’intérieur comme cadeau. Antonio a déjà acheté le Champagne, on attend un mot pour le mettre au frais ou le boire immédiatement. De toute façon, il sera bu. »

Partira, partira pas ? D’après certaines sources plusieurs rédacteurs et dessinateurs réfléchiraient au rachat des actions que Philippe Val détient dans la société éditrice de Charlie 2€ hebdo.

Illustration : une langue anonyme sur la Une du n°881 de Charlie 2€ Hebdo dessinée par Charb.

Philippe Val, écoutez la déférence

mercredi 29 avril 2009

sine-hebdo-val-tragiqueC’est officiel ou presque, Philippe Val patron et directeur de Charlie 2€ Hebdo serait nommé par son ami Jean-Luc Hees, lui-même choisi par Nicolas Sarkozy pour prendre la direction de Radio France, à la tête de France Inter. Il prendrait ses fonctions le 23 mai.

Une belle promotion pour cet ancien complice de scène de Patrick Font qui, en quelques années, est passé du statut d’artiste de variété iconoclaste au poste de directeur d’une grande radio de service public, non sans avoir pendant ce laps de temps racheté en viager le titre de Charlie Hebdo et en avoir fait, surtout à son profit, une affaire florissante (jusqu’à l’arrivée de Siné Hebdo).

On peut aussi féliciter Charb qui ces derniers temps avait été promu directeur adjoint de la rédaction de Charlie et qui devrait tout naturellement prendre la succession de Philippe Val à la tête de l’hebdo.

Question cruciale : Philippe Val pourra-t-il rester propriétaire et actionnaire principal de Charlie (avec Cabu) tout en dirigeant France Inter. Ces derniers temps le bruit courait que Charb était devenu actionnaire de la société éditrice du journal. En tout cas la transition se préparait.

Le dénommé Val à France Inter

jeudi 9 avril 2009

sine-hebdo-val-tragiqueL’annonce « prématurée » de la nomination de Philippe Val à la tête de France Inter lui a peut-être coûté une belle promotion. Son ami Jean-Luc Hees choisi par Nicolas Sarkozy et adoubé par le CSA a déclaré : « Philippe Val est mon ami, mais l’amitié est un mauvais critère pour effectuer des nominations » (cité par Le Monde).

Nommé ou pas, la rumeur aura fait des dégâts. Ainsi, on a pu lire dans la presse des trucs aussi invraisemblables que « c’est Philippe Val qui aurait soufflé le nom de Hees à Sarkozy », « que Philippe Val est un ami de Carla Bruni ». Vilenies qui n’avaient, d’après lui, pour but que de lui nuire mais qui pourraient aussi entamer sérieusement la réputation d’indépendance d’un directeur de journal satirique. 

Mais ce qui semble avoir fait le plus de dégâts ce sont les dénégations du supposé récipiendaire à l’AFP quand il niait mollement vouloir accepter ce poste.

Autre problème, le silence qu’il a gardé vis à vis de la rédaction de Charlie 2€ Hebdo. Une rédaction qui, convoquée suite à la parution de ces annonces pour une réunion exceptionnelle, n’a rien trouvé à dire, ni à redire sur cette affaire (en dehors d’une mise au point de Val et d’un dessin ironique de Charb annonçant que Val était nommé à la tête de Siné Hebdo).

Siné Hebdo justement qui lui s’est beaucoup amusé de la situation en parodiant la fameuse Une du Professeur Choron (en illustration).

Il ne reste plus qu’à attendre la prise de fonction de Jean-Luc Hees à Radio France au mois de mai et à scruter la liste de ses nominations ou… des nouvelles émissions.

Jean-Luc Hees : de Charlie à l’Élysée

jeudi 19 mars 2009

Jean-Luc Hees - Obama, What else ?Si on en croit la presse (Le Point, 20 minutes, Le Figaro), Jean-Luc Hees collaborateur de Charlie 2€ Hebdo est annoncé comme étant le candidat de Nicolas Sarkozy pour le poste de président de Radio France. Il est également l’auteur de « Obama – what else? » publié aux éditions Les Échappés dont Charlie est actionnaire. Pour la petite histoire, c’est le même Jean-Luc Hees qui, lorsqu’il était à France Inter, avait embauché en 1992 Philippe Val, alors rédacteur-en-chef de Charlie, comme chroniqueur sur la radio.

Il semble que c’est la première fois qu’un collaborateur de la presse satirique est choisi par un président de la République pour occuper un tel poste.

À noter aussi que France Inter offre aux gagnants du « Jeu des 1000 euros », « Si ça continue, ça va pas durer» le dernier livre de Philippe Val, désormais propriétaire et directeur de Charlie 2€ Hebdo, paru aux éditions Les Échappés.

On raconte que Le Canard enchaîné virait ses collaborateurs qui acceptaient la Légion d’honneur. À notre époque plus  rien ne paraît résister à l’attrait du pouvoir et à la gloriole médiatique. Vive la presse satirique libre et… indépendante.

Illustration : dessin de Riss pour Les Échappés.