Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour le mot-clef ‘Blutch’

L’émotion de Catherine Meurisse

mercredi 27 avril 2016

CMEurisseCouvertureNous avons été quelques-uns à entrevoir le livre « La Légèreté » de Catherine Meurisse bien avant sa sortie en librairie. C’était le soir de la présentation en avant-première du livre d’Honoré « Petite anthologie du dessin politique » (La Martinière). « Lisez la préface de Philippe Lançon elle est formidable », nous conseillait alors Catherine Meurisse, comme si les mots pouvaient être plus forts que les dessins, ses dessins. Le texte de Lançon est puissant, qui s’en étonnerait, mais comment rester insensible au récit que la dessinatrice fait sur plus de 130 pages du funeste jour où fut massacrée une partie de la rédaction de Charlie Hebdo et surtout, des longs mois de désespoir qui suivirent.

Ce 7 janvier, beaucoup d’entre nous intègreront le mot sidération dans leur vocabulaire face à l’incompréhension de cette tragédie. Ceux qui l’ont vécue au plus près tentent depuis de se reconstruire, physiquement, psychologiquement, professionnellement. Certains ont choisi les mots ou le silence, d’autres comme Luz avec Catharsis (Futuropolis) ont opté pour le dessin. On savait à la lecture de Charlie Hebdo que le dessin pouvait être cruel, goguenard, cynique, iconoclaste, virulent, on découvre avec le talent de Catherine Meurisse qu’il peut aussi émouvoir. ff

La légèreté de Catherine Meurisse paraît le 29 avril 2016 (éditions Dargaud).

A lire aussi, à propos de cet album l’interview de Catherine Meurisse sur le site de l’éditeur. A noter également que le magazine Kaboom publie dans son numéro daté mai-juillet sous le titre « L’après Charlie » une contribution de Blutch sur Catherine Meurisse, et une de Jean-Christophe Menu sur Luz.

Comment Charlie va (peut-être) sauver Angoulême

jeudi 29 janvier 2015

9782344009345_1_75Dessin de presse, bande dessinée, dessin animé, pour le grand public, aidé en cela par des médias peu scrupuleux, c’est souvent le même métier.

Festival de la bande dessinée d’Angoulême ou Charlie Hebdo, cette année ce sera la même chose. Ce blog l’a déjà écrit reprenant les informations du site ActuaBD, l’édition 2015 se présentait assez mal ; grève des dédicaces, dénonciation publique des conditions de travail des auteurs, mode de désignation du Grand Prix, absence de Bill Watterson qui aurait du présider cette 42ème édition, etc., etc.

Et puis la tuerie de Charlie a mis tout cela, pour l’instant, au second plan.

Le FIDB et 9ème Art, la société commerciale qui co-organise la manifestation, se sont empressés d’introduire dans le programme un hommage à Charlie Hebdo.

Là-dessus, les éditeurs de BD, réunis au sein du Syndicat National de l’Edition, ont eu l’idée de boucler en quelques jours « La BD est Charlie », un livre collectif de dessins réunissant plus de 173 auteurs parmi lesquels, Pétillon, Zep, Larcenet, Trondheim, Blutch, Crumb. L’album imprimé à 100 000 exemplaires sera présenté en avant-première pendant le festival et disponible en librairie le 5 février au prix unique de 10 euros, bien évidemment « l’intégralité des bénéfices sera reversée aux familles des victimes. »
psiko2015A noter que les noms de Cavanna, Choron, Gébé, fondateurs de l’hebdomadaire, rarement cités depuis le 7 janvier, figurent dans l’ouvrage.

Special-CharUn livre collector, mais aussi des revues de BD collector. Après Spirou, Casemate « L’esprit BD » propose un hors-série spécial « 277 dessinateurs sont Charlie », avec 32 pages de dessins hélas pas toujours très inspirés de « dessinateurs se sentant un peu Charlie », et « un peu Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski,… » etc..
Autre magazine, le Psikopat de Carali, qui lui mêle depuis longtemps dessins sur l’actualité et bandes dessinées, et dont le numéro de février est dédié au victimes de Charlie Hebdo avec un dessin de couverture signé Coco (en illustration).

« La Bd solidaire » titre Le Monde dans son édition du 28 janvier 2015, oubliant que le milieu de la BD et celui du dessin de presse n’ont jamais fait bon ménage. Qui se souvient des articles de Charlie Hebdo dénonçant les dérives mercantiles du festival, il est vrai sponsorisé à l’époque par les hypermarchés Leclerc ? Aujourd’hui, c’est Cultura, la Caisse d’Epargne, la SNCF, Sodastream, GDF Suez, qui participent à la glorification de Charlie Hebdo. Il n’est pas sûr que Cabu, Charb, Tignous, Honoré, et même Wolinski, Grand Prix 2005 à l’usure, auraient vraiment apprécié cette récupération posthume.

Les dessinateurs solidaires entre eux, faudrait-il plutôt écrire, car vivre de ce métier est déjà difficile, en mourir encore plus. f.f.

Les chambres bleues

jeudi 5 juin 2014

Belle affiche signée Blutch (qui apparaît dans le film) pour « La chambre bleue » long métrage de Mathieu Amalric, adapté d’un roman de Georges Simenon et actuellement dans les salles.

Surprise des recherches Google sur une image, on tombe sur l’affiche du film « La habitación azul » (La chambre bleue), film mexicain de Walter Doehner réalisé en 2002 et qui – semble-t-il – n’a rien de commun avec celui de Mathieu Amalric. Ou presque.

Le dessin au Salon du livre de Paris 2014

vendredi 21 mars 2014

Pour les amateurs de dessins une des bonnes raisons de se rendre au Salon du livre de Paris (21-24 mars 2014) est l’exposition inédite (peu annoncée) de dessins originaux de Sempé proposée par la galerie Martine Gossieaux.

La seconde exposition qui mérite le détour est « Regards de femmes » que les éditions Dargaud ont réalisé avec des dessins de Claire Bretécher, Florence Cestac, Annie Gœtzinger, Catherine Meurisse, Marion Montaigne, Anne Simon, et Vanyda.

De nombreux dessinateurs seront présents pour des signatures sur les stands des éditeurs. La plus grande concentration d’auteurs est annoncée pour le samedi 22, avec, entre autres, Druillet, Zep, Nicolas Poupon (Glénat), Pétillon, Blutch (Dargaud), Geluck (Casterman), Loïc Sécheresse, Pénélope Bagieu (Gallimard Jeunesse), Desclozeaux (Cherche midi), et le dimanche 23, Catherine Meurisse (Futuropolis).

Plus de détails sur le site du Salon.

Le salon célèbre également les 50 ans du personnage Mafalda et les 60 ans de carrière de son créateur Quino (82 ans) présent le  samedi à 15h 30 pour une séance de signature exceptionnelle (stand Glénat). L’Argentine est le pays invité de ce 34ème salon du livre.

Toujours le samedi 22, à 19h un débat est organisé autour du thème « La politique, ça vous fait rire ? » avec la participation de Laurent Baffie et Philippe Geluck (Grande Scène).

A noter aussi que le salon a lancé pour la 3ème fois consécutive un concours pour sélectionner l’illustration qui figure sur le carton d’invitation de l’inauguration. Cette année c’est un dessin de Bac Chu-Vu  (ci-contre) qui a été choisi parmi les 600 envois d’amateurs ou de professionnels.

Aimer, boire et dessiner

mardi 18 mars 2014

L’affiche du dernier film d’Alain Resnais « Aimer, boire et chanter » (dans les cinémas le 26 mars), a été dessinée par Blutch. Un dessinateur qu’appréciait beaucoup le cinéaste (décédé le 1er mars à 91 ans) qui lui avait confié l’affiche de ses précédents films « Les herbes folles » et « Vous n’avez encore rien vu » (en illustration). Dans un entretien avec Olivier Delcroix (2009), Resnais évoque sa relation avec le dessinateur et l’influence de la bande dessinée sur son œuvre.

Tout au long de sa carrière, Alain Resnais avait fait appel à des dessinateurs pour concevoir ses affiches ;  Bilal (« Mon oncle d’Amérique », « La vie est un roman »), Floc’h (« On connaît la chanson », « Smoking, No Smoking »), et c’est un grand portrait réalisé par ce dernier qui accueillait l’assistance lors de ses obsèques (photo Reuters Charles Platiau – RFI). Ce dessin figure aussi sur la couverture du livre « Positif, revue de cinéma » d’Alain Resnais (Folio).

Sur le site « Oui, oui, madame ! Tout ça est fait à la main ! » on apprend également qu’Alain Resnais, avait fondé en 1962, avec Francis Lacassin, Jean-Claude Forest, Pierre Couperie, Jacques Lob et quelques autres, le « Club des bandes dessinées » qui édita la revue « Giff-Wiff ». Il avait aussi participé, avec Jacques Doillon et Jean Rouch, à la réalisation du film « L’An 01 » inspiré de l’œuvre du très regretté Gébé.

Merci à Boll.

La BD hors les cases

vendredi 14 mars 2014

Il n’y a pas que le dessin de presse qui souffre de son image si l’on en croit l’article que publie Paris Match à propos de « Pulp Festival » manifestation qui se déroulera du 14 au 16 mars 2014 à La Ferme du Buisson, à Marne-la-Vallée (77).

Extrait de l’article de Yannick Vely :

« L’idée est lumineuse. Pour sortir la BD des préjugés qui l’affublent de n’être qu’un art mineur destiné en priorité aux petits et grands enfants, La Ferme du Buisson, en partenariat avec ARTE, accueille de vendredi à dimanche les meilleurs auteurs de BD du moment pour trois jours d’un festival d’un genre particulier. Oubliées les longues séances de dédicaces, terminées les expositions répétitives autour d’un dessinateur, place à des installations ludiques et à des spectacles vivants mettant en scène le neuvième art dans tous ses états. Pour sa première édition qui vise modestement les 5.000 places vendues en trois jours, le PULP Festival peut compter sur une distribution prestigieuse : côté BD, Philippe Dupuy, Blutch, Christophe Blain, François Olislaeger, Loo Hui Phang, côté arts vivants, Mathieu Amalric, Barbara Carlotti ou encore la chorégraphe Mathilde Monnier. »

Le programme de Pulp Festival

En illustration, l’affiche dessinée par Jean-Claude Forest, Guy Pellaert, Christophe Blain.