affaire des caricatures | Fait d'images - le blog de françois forcadell sur Iconovox.com - Part 3

Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Archive pour la catégorie ‘affaire des caricatures’

145 écrivains U.S. contre Charlie Hebdo

vendredi 1 mai 2015

New_Yorker_Charlie_Hebdo_1.0Lu dans Libération, à propos de la réaction de 145 écrivains américains qui boycottent la remise du prix PEN America Center pour le « le courage et la liberté d’expression », à Charlie Hebdo le 5 mai à New-York :

[…] « Si nous approuvions la liberté d’expression seulement à ceux avec qui on est d’accord, la notion même de liberté d’expression serait très limitée», explique Andrew Solomon, président américain du PEN : « La récompense n’est pas nécessairement en accord avec le contenu exprimé ».

Sur Twitter, Salman Rushdie, menacé depuis de longues années par une fatwa pour son ouvrage Les Versets sataniques, a accusé ses confrères, qui n’étaient au départ que six, d’être des « lavettes ». Pour l’écrivain, ils ont « horriblement tort ». Selon lui, « démystifier la religion n’est pas de la haine ». Mais de « la satire » précise-t-il.

L’article intégral de Libération.

En illustration la Une du New Yorker (Ana Juan) parue après l’attentat du 7 janvier contre Charlie Hebdo.

Luz en Une des Inrocks

mercredi 29 avril 2015

Après Livres Hebdo, le dessinateur Luz, de Charlie Hebdo, est en couverture des Inrocks. L’hebdomadaire lui consacre un grand article, toujours à l’occasion de la parution de son livre “Catharsis” (Futuropolis), le 21 mai.

Illustration : © Luz/Futuropolis

LuzUneInrocksLuz-Inrocks-2pages

 

 

 

 

 

 

LuzFuturopolis

Extrait : […] Je me force. Il y a un poids énorme sur mes épaules, celui du collectif, de la mémoire, une lourdeur personnelle – qui serais-je si je ne dessinais plus ? Même si c’est par orgueil, je ne pouvais pas dire : “Je vous laisse tomber”. Je commence à griffonner. Toujours le même personnage : un petit bonhomme sidéré. Celui-là même que j’avais dessiné la veille au 36, quai des Orfèvres lorsque les policiers m’ont demandé ce que j’avais vu. Ce personnage a vu quelque chose qu’il ne voulait pas voir. Catharsis commence par un dialogue entre lui et moi : “Et toi, t’as vu quoi ?” Je passais du rire aux larmes. Pour avancer, il fallait que je raconte l’histoire de ce bonhomme et cela ne pouvait pas être dans Charlie. […]

Charlie Hebdo, un bon filon pour P. Val et R. Malka

mercredi 29 avril 2015

Affiche du film de Daniel Leconte "C'est dur d'être aimé par des cons"Sidérant.

Alors que Philippe Val et son “ami” son “frère” l’avocat Richard Malka, se sont pendant des années honteusement goinfrés sur le dos de Charlie Hebdo, on lit maintenant ceci dans L’Express, sous la signature de Renaud Revel *:

“Deux « Charlie » pour une Croisette

L’ancien dirigeant de Charlie Hebdo, Philippe Val, l’avocat de l’hebdo satirique, Richard Malka, ainsi que le réalisateur Daniel Leconte, font le siège du Festival de Cannes et de son président, Pierre Lescure, pour que leur dernier film, « C’est dur d’être aimé par des cons 2″, mis en chantier au lendemain même de l’attentat, mais auquel une majorité de journalistes de « Charlie » a refusé de collaborer, soit présenté sur la Croisette. A l’embarras du délégué général du Festival, Thierry Frémaux, qui a sur son bureau un autre film sur le sujet : celui de Denis Robert « Cavanna, jusqu’à l’ultime seconde j’écrirai ». Et dont Frémaux pense le plus grand bien.”

A noter que la production du film a sollicité de nombreux dessinateurs.

Après l’attentat de Charlie Hebdo, le film c’est “Dur d’être aimé par des cons” (qui avait connu une carrière désastreuse au cinéma malgré une présentation au festival de Cannes),  a été de nouveau projeté lors de divers hommages. Les producteurs ont alors déclaré que les droits seraient reversés aux victimes. Pour le 2, on n’a aucun doute sur la destination des recettes.

* L’Express a rajouté ceci à son article (toujours en ligne) : “Richard Malka a tenu à réagir à la suite de cet entrefilet, expliquant qu’il n’a participé de près ou de loin à la confection de ce film. Et donc, qu’il n’a fait le siège de quiconque. Il est vrai qu’on l’a très peu vu dans les médias après le 7 janvier…

MalkaTV

Illustration : affiche signée Cabu. Merci à Charlie enchaîné

Luz parle de “Catharsis” dans Livres Hebdo

samedi 25 avril 2015

1039_unetronqueeLivres Hebdo consacre la Une de son n°1309 et un long article (signé Véronique Rossignol, Anne-Laure Walter), au dessinateur Luz et à son livre “Catharsis” à paraître le 21 mai 2015 (Futuropolis).

Extrait :

[…] Pendant presque trois mois, Luz a dessiné tous les jours, retravaillé ensuite les planches, derrière les volets fermés d’un appartement devenu planque. Il le confirme simplement : savoir dessiner, pouvoir redessiner, l’a sauvé. Et il mesure là encore la chance d’avoir eu cet “outil incroyable” – il nous reprend quand on lui propose le mot “arme” – pour traduire ce qu’il avait dans la tête, pour se “désobséder”. “Un des nombreux psys m’a dit que, grâce au dessin, j’avais pu résoudre la majorité de mes problèmes post-traumatiques.” Lui en est sûr : “Ça m’a évité de perdre la tête.” Ce livre n’a donc jamais été “un projet”, le terme implique trop d’intentions à froid. “C’était vital. Chaque dessin me permettait de poser une planche pour avancer au-dessus d’un pont où au-delà il y a le vide et au-dessous la guerre.” […]

“Quand le livre va sortir, je vais le relire une dernière fois puis je ne l’ouvrirai plus jamais. Et je vais pouvoir passer à autre chose.” Luz

L’Echo des caricatures

samedi 18 avril 2015

L’Echo des Savanes n°332, consacre un dossier au dessin de pCCKwyYmXIAACi3S.jpg_largeresse avec pour titre « Peut-on encore tout caricaturer ? »

En conclusion de son texte de présentation Claude Maggiori écrit : « Depuis les attentats à Charlie Hebdo, leur façon de travailler a-t-elle changé ? Sont-ils plus prudents ? Qui a peur ? Qui veut « contextualiser » ? Ou trouver un autre ton, un autre style ? Moins provocateur ? Les réponses sont multiples, passionnantes. Tous sont hantés par cette question de la liberté de dessiner en liberté. Mais quelque chose a changé. Il est loin le temps de l’insouciance.»

Jiho, Chauzy, Maëster, Decressac, Lasserpe, Antonelli, Dilem, Aurel, Nicolas Vial, Gros, Riss, Babouse, Selçuk Demirel, Rémi Malingrëy, Hayao Miyazaki, s’expriment sur leur métier après le massacre du 7 janvier à Charlie Hebdo. Chaque texte est illustré d’un dessin. A noter la réponse la Babouse-Plantu-Geluckplus laconique, celle de Willem, qui répond « Je ne change rien. Je continue comme avant. Sinon on devient malade dans sa tête. »

Ces contributions sont complétées par 8 pages sur l’histoire de la caricature signées par le spécialiste pointilleux de la spécialité, Guillaume Doizy.

Le magazine publie également deux dessins de Coco. Le dessin de couverture est signé Decressac.

En illustration le dessin de Babouse.

Un livre posthume de Charb

mercredi 15 avril 2015

Charb.LObsSous le titre raccoleur “EXCLUSIF : Le testament de Charb” L’Obs publie des extraits du dernier livre de Charb où il répond à tous les détracteurs de Charlie Hebdo, journal dont il était le directeur. Sur son site Internet, L’Obs réserve l’exclusivité à ses abonnés payants, mais ne précise pas si les bénéfices de cette lecture iront “aux victimes des attentats”. Autant acheter directement le livre.

A noter que selon Marika Bret (sur LCI), la famille de Charb avait autorisé cette pré-publication en demandant qu’aucun portrait de l’auteur ne figure en Une. Un engagement que visiblement la rédaction n’a pas respecté.

Extraits de “Lettre ouverte aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes” à paraître aux éditions Les Echappés-Charlie Hebdo :

“C’est parce que les médias ont décidé que la republication des caricatures de Mahomet ne pouvait que déclencher la fureur des musulmans qu’elle a déclenché la colère de quelques associations musulmanes.”

Charb-Obs“En vertu de quelle théorie tordue l’humour serait-il moins compatible avec l’islam qu’avec n’importe quelle autre religion ? (…) Si on laisse entendre qu’on peut rire de tout, sauf de certains aspects de l’islam parce que les musulmans sont beaucoup plus susceptibles que le reste de la population, que fait-on, sinon de la discrimination ? Il serait temps d’en finir avec ce paternalisme dégueulasse de l’intellectuel bourgeois blanc ‘de gauche’ qui cherche à exister auprès de ‘pauvres malheureux sous-éduqués’.”

“En France, la parole raciste a été largement libérée par Sarkozy et son débat sur l’identité nationale. Lorsque la plus haute autorité de l’État s’adresse aux cons et aux salauds en leur disant : “lâchez-vous, les gars”, que croyez-vous que font les cons et les salauds ? Ils se mettent à dire publiquement ce qu’ils se contentaient, jusque-là, de beugler à la fin des repas de famille trop arrosés.”

Le Monde lui aussi consacre un article au livre de Charb et rappelle ” Après les accusations de racisme lancées en 2013, Le Monde avait publié une tribune de Charb et de Fabrice Nicolino, journaliste de l’hebdomadaire gravement blessé dans l’attentat. « Nous continuerons à rire des curés, des rabbins et des imams », écrivaient alors les deux hommes, défendant leur droit à critiquer toutes les religions.”